•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Président jusqu’en 2036? À une condition, dit Vladimir Poutine

Le reportage de Tamara Alteresco.

Photo : Agence Sputnik

Vladimir Poutine pourrait rester au pouvoir jusqu’en 2036. Le Parlement russe a autorisé le président à se représenter en 2024, sous réserve d’un feu vert de la Cour constitutionnelle et de l’approbation du peuple.

Un référendum aura lieu le 22 avril dans toute la Russie. Les citoyens seront alors appelés à se prononcer sur toute une gamme de changements à la Constitution du pays.

[Faut-il] faire du mariage un acte exclusif entre un homme et une femme? est du nombre des questions qui seront posées aux Russes. Cela rendrait inconstitutionnel le mariage de couples de même sexe dans le pays. Ces unions ne sont déjà pas permises.

L’administration Poutine propose aussi d’ancrer dans la Constitution une déclaration selon laquelle la Russie ne devra jamais céder de territoire. La Crimée est nôtre et le restera, peut-on lire entre les lignes.

Mais le grand enjeu de ce suffrage populaire a le potentiel de mettre un terme à l’énigme entretenue ces dernières années au sujet de l’avenir du président Poutine qui, en vertu de la Constitution actuelle, devrait tirer sa révérence en 2024.

Dans un discours inattendu devant la Douma, la Chambre basse du Parlement, mardi, M. Poutine a déclaré qu’il s'oppose à la notion de président à vie comme à l’époque soviétique. Il a toutefois ajouté que ce sera à la Cour constitutionnelle de trancher s’il peut solliciter d’autres mandats et qu’au final, c’est le peuple russe qui devrait avoir le dernier mot. C’est dire que tout est possible à ce stade-ci.

Remettre le compteur à zéro

Vladimir Poutine avait pourtant écarté ce scénario cet hiver en annonçant que les changements qu’il envisageait d’apporter à la Constitution allaient transférer davantage de pouvoir aux députés pour rééquilibrer les forces politiques en Russie, ce qu'il avait évoqué depuis quelques années.

Il était néanmoins clair que le président Poutine se réservait une place de choix au sein de cette nouvelle structure afin de diriger le pays comme bon lui semble, même après avoir quitté la présidence.

Puis, coup de théâtre à la Douma en ce 10 mars ensoleillé, quand la députée Valentina Terechkova du parti Russie unie (le parti du président) a présenté une motion qui permettrait à M. Poutine de solliciter d’autres mandats et de rester officiellement au pouvoir au moins jusqu’en 2036.

Je propose soit de lever les limites sur les mandats présidentiels, soit de permettre au président actuel de se faire réélire comme n’importe quel autre citoyen pour deux autres mandats [de six ans] une fois que les changements constitutionnels seront implantés en Russie.

Valentina Terechkova

Mme Terechkova est non seulement une des politiciennes les plus respectées de Russie unie, mais elle est aussi la toute première femme de l’histoire à avoir effectué un vol dans l’espace, ce qui en fait une personnalité publique très connue en Russie.

Une députée russe prononce un discours.

Valentina Terechkova, 83 ans, a été traitée comme une héroïne et un symbole de l'émancipation des femmes en Union soviétique après son vol orbital de 1963. Elle a été membre des plus hautes instances du régime communiste pendant les décennies suivantes.

Photo : Reuters / Evgenia Novozhenina

Sa proposition a été adoptée presque sur-le-champ par une majorité de députés au terme de la visite surprise du président Poutine au parlement. Ce dernier en a profité pour remercier la députée, tout en disant qu’il s’oppose à ce qu’on élimine complètement la limite sur le nombre de mandats qu’un président peut effectuer. Il s’est toutefois dit ouvert à l’idée de se représenter en 2024.

En principe, cette option [d’amendement constitutionnel lui permettant de se porter candidat à la présidence en 2024 et par après] serait possible, mais à une seule condition : que la Cour constitutionnelle statue qu’une telle mesure n’est pas contradictoire aux lois du pays, a déclaré le président russe.

M. Poutine a aussi profité de son discours, qui était diffusé en direct à la télévision, pour dire que la Russie avait besoin d’une présidence forte et stable étant donné la situation économique et sécuritaire dans le monde.

Âgé de 67 ans, Vladimir Poutine est au pouvoir depuis déjà 20 ans en Russie, ce qui fait de son règne le plus long depuis celui du dictateur Joseph Staline.

La Cour constitutionnelle pourrait se pencher sur l'ensemble des amendements proposés dès la semaine prochaine en vue du référendum du 22 avril.

Quoi qu'il arrive, M. Poutine semble avoir jeté les bases juridiques qui lui permettront de maintenir une influence absolue sur l’État bien au-delà de 2024, qu’il soit ou non président de la fédération russe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International