•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement de Blaine Higgs présente un budget pour assurer sa survie

Ernie Steeves, le 10 mars 2020.

Le ministre des Finances du Nouveau-Brunswick, Ernie Steeves, a présenté un second budget équilibré le 10 mars 2020 à Fredericton.

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

Alors que la menace du déclenchement d’une élection provinciale hâtive n’a jamais été aussi présente au Nouveau-Brunswick, le gouvernement minoritaire de Blaine Higgs propose un budget équilibré qui contient des mesures chères aux partis d’opposition.

Le gouvernement progressiste-conservateur dépose un budget de 10,2 milliards de dollars qui prévoit un surplus budgétaire de 92,4 millions de dollars et une réduction de 129 millions de la dette nette pour l’exercice financier 2020-2021.

En plus de générer un surplus, le gouvernement Higgs investit dans plusieurs secteurs de prédilection des verts et des alliancistes, tels que la santé, l’aide sociale et l’éducation.

Le gouvernement présente un budget “survivaliste”.

Richard Saillant, économiste

L’annonce, plus tard mise en veilleuse, de fermer la nuit six urgences au Nouveau-Brunswick a provoqué un tollé et nourri la menace des libéraux de renverser le gouvernement minoritaire.

L’appui du Parti vert et de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick n’aura donc jamais été aussi important.

Il y a des mesures dans ce budget qui rendent difficile au chef du Parti vert de ne pas l’appuyer.

Richard Saillant, économiste

Plus pour les démunis et pour les verts

La principale requête des verts était celle d’un meilleur financement de l’aide sociale afin de réduire la pauvreté dans la province.

Alors que le gouvernement avait dilué le financement du ministère de 6 millions de dollars au dernier budget, maintenant, il investit 5,4 millions de dollars afin d'augmenter les taux d’aide sociale.

Il ajoute aussi une indexation des taux d’aide sociale, selon l’indice de la consommation, un enjeu devenu le cheval de bataille des verts.

Richard Saillant.

L'économiste Richard Saillant croit qu'il y a très peu de perdants dans ce budget, puisqu'il n'y a ni compressions majeures ni compressions ciblées.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Le gouvernement veut démontrer un souci pour les enjeux sociaux. Il veut présenter un visage plus humain. Il veut aussi gagner les bonnes grâces d’un parti plus de gauche, comme le Parti vert, par exemple, analyse l’économiste Richard Saillant.

Mesures en santé

La plus grande part de gâteau revient au système de santé, avec le tiers du budget qui lui est consacré.

Le gouvernement progressiste-conservateur compte investir 2,9 milliards de dollars dans ce secteur, ce qui représente une augmentation de 3,9 %. Dans le précédent exercice financier, l’augmentation n’était que de 1,8 %.

Ce sont principalement les mesures nécessaires pour compenser l’inflation et les coûts supplémentaires induits par le vieillissement de la population, explique Richard Saillant.

Par ricochet, il finance des mesures éparses.

Il investit 5 millions de dollars dans de nouvelles mesures pour améliorer l’accès aux soins de santé dans les régions rurales et 5,5 millions de dollars dans les services en santé mentale partagés entre le système d’éducation et les programmes de traitement des dépendances.

De plus, 5 millions de dollars seront dégagés pour agrandir la flotte de véhicules d’Ambulance Nouveau-Brunswick et pour ajouter de nouveaux véhicules adaptés.

Le gouvernement crée aussi un programme de vaccination pour rendre l’accès aux vaccins contre la grippe gratuit aux résidents.

Lorsqu’on demande à l’économiste et analyste Richard Saillant qui sont les perdants de ce budget, sa réponse est sans équivoque. Très peu de gens. Il n’y a pas de coupures majeures ni de coupures ciblées.

Embauche en éducation

Le gouvernement progressiste-conservateur souhaite avant tout s’attaquer aux problèmes de pénuries de personnel qui se font sentir dans les écoles du Nouveau-Brunswick depuis plusieurs années.

Il investira donc 7,1 millions de dollars pour embaucher de nouveaux enseignants et 6,1 millions de dollars pour recruter plus d’assistants dans les classes.

Le budget prévoit aussi une réduction de 2,5 % des taux d’intérêt sur les prêts étudiants et une augmentation de 0,75 % l’heure du salaire des éducateurs de la petite enfance.

Récemment, le député libéral de Saint-Jean-Havre, Gerry Lowe, avait envisagé la possibilité de défier sa ligne de parti et d’appuyer le budget progressiste-conservateur en échange d'une école dans sa circonscription, mais aucune construction d’une nouvelle école ne fait partie du plan financier. Le premier ministre Blaine Higgs avait d’ailleurs déjà mentionné que ce type de mesure relève normalement du plan d’immobilisations, qui a été présenté à l’automne.

Surplus budgétaire

Pour une deuxième année de suite, le gouvernement Higgs présente ainsi un budget équilibré. Et pour une deuxième année, il peut remercier les revenus de la péréquation du gouvernement fédéral.

En effet, les deux tiers des revenus supplémentaires proviennent du fédéral.

Les transferts du gouvernement fédéral représentent le tiers des revenus de la province, mais environ les deux tiers de l'augmentation des revenus. À plus long terme, le Nouveau-Brunswick ne peut pas compter sur une telle augmentation rapide des transferts. À l’avenir, lorsque la croissance va revenir à la normale, ça va être plus difficile de joindre les deux bouts, analyse l’économiste.

Nous affichons un surplus budgétaire et nous allons baisser les taxes pour les gens du Nouveau-Brunswick, dit fièrement le ministre des Finances et du Conseil du Trésor.

Nous avons fait des choix difficiles pour être en mesure de rembourser la dette.

Ernie Steeves, ministre des Finances et du Conseil du Trésor

Ainsi, le gouvernement prévoit une réduction de la dette de 129,3 millions de dollars.

Des mesures pour les entreprises et les propriétaires

À compter de 2021, la double imposition sera chose du passé.

Les impôts fonciers applicables aux biens résidentiels non occupés par les propriétaires, tels que les appartements ou encore les immeubles commerciaux, ne seront prélevés qu’une seule fois.

C’était sur la liste d’épicerie de Kris Austin de l’Alliance [des gens], mais c’était aussi une revendication de la communauté d’affaires.

Richard Saillant, économiste

Les impôts pour les entreprises seront donc réduits, mais un problème demeure, selon l’économiste. Ce qui manque dans ce budget, c’est une stratégie plus large pour le logement. On a une augmentation de l’immigration, mais on a des taux d'inoccupation qui diminuent aussi, dit-il.

Environnement

Dès le 1er avril 2020, la taxe sur l’essence diminuera aussi. Elle sera réduite de 4,63 cents le litre. Rappelons que le Nouveau-Brunswick a présenté son propre plan de tarification sur le carbone pour ne plus qu’Ottawa impose le sien.

D’ailleurs, 36 millions de dollars seront investis dans des initiatives de lutte contre les changements climatiques. Mais comment ces fonds seront-ils investis? Le ministre des Finances, Ernie Steeves, n’a pas voulu en dire plus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !