•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prix de l’essence en baisse après la chute des prix du pétrole

Silhouette d'une pompe à essence devant un poste d'essence couvert de verglas.

L’épidémie de COVID-19 a affecté la demande et le prix du pétrole brut, ce qui diminue le prix de l’essence, soutient l'analyste Roger McKnight.

Photo : Reuters / Michaela Rehle

Radio-Canada

Les automobilistes seront peut-être les seuls à bénéficier de la baisse des prix du pétrole puisque le prix de l’essence est en baisse. Au cœur de cette chute se trouve l’inquiétude de l’économie mondiale concernant l’épidémie de COVID-19 ainsi qu’une dispute entre deux géants de l’énergie, la Russie et l’Arabie saoudite.

Le prix de l’essence est en baisse à Calgary comme partout à travers le pays, explique l’analyste pétrolier de l’entreprise GasBuddy, Allison Mac.

Le prix a chuté plus spécifiquement à Calgary. Il est en baisse de 3 ¢ le litre comparativement à la semaine dernière, ce qui n’est vraiment pas habituel à ce temps-ci de l’année, dit-elle.

L’incertitude entourant la COVID-19 rend difficile la prévision d’une remontée des prix, ajoute Allison Mac.

La nouvelle a un côté positif : le marché a chuté, mais les automobilistes peuvent profiter d’une baisse des prix.

Une citation de :Allison Mac, analyste pétrolier

Si la baisse du prix de l’essence est une bonne nouvelle, il s’agit aussi d’un signe que les temps sont difficiles, assure Chantal Doucet, une automobiliste de Calgary. Malheureusement, c’est un symptôme de quelque chose de plus grand. La province en a été atteinte, la ville en a été atteinte et 87,5 ¢ c’est très bas, dit-elle.

Un prix qui s'aligne sur les États-Unis

Le prix de l’essence au Canada va suivre celui des États-Unis, explique Roger McKnight, qui est analyste pétrolier pour En-Pro International. Il ajoute que le prix en vigueur à Calgary, de même que dans l’ensemble des Prairies, s’aligne sur celui de Minneapolis.

L’épidémie de COVID-19 a affecté la demande et le prix du pétrole brut, ce qui, à son tour, a fait diminuer le prix de l’essence et du diesel, soutient-il.

C’est vraiment imprévisible. Nous pouvons établir le prix du pétrole lorsque celui-ci est dans le sol, mais c'est plus difficile à faire lorsqu'il est extrait.

Une citation de :Roger McKnight, analyste pétrolier

Roger McKnight estime que d’ici mercredi, le prix de l’essence baissera de 7 ¢ le litre. La règle d’or veut que chaque dollar de fluctuation du prix du baril de pétrole change le prix de l'essence de six dixièmes de cent, illustre Roger McKnight.

Limiter la production pour stabiliser les prix

Vendredi, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole a tenté de convaincre la Russie d’imposer un plafond à sa production de pétrole dans le but de stabiliser les prix.

Lorsque celle-ci a refusé, l’Arabie saoudite a de son côté décidé d’ouvrir à nouveau sa production pétrolière, augmentant du même coup l’approvisionnement et contribuant à la chute des prix du pétrole.

En déclenchant une guerre des prix du pétrole, l’Arabie saoudite a fait chuter le marché de 25 %. Les actions de Cenovus ont perdu plus de la moitié de leur valeur et celles de Suncor se sont stabilisées à 18 % sous leur valeur de la veille.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !