•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pétrolières devront soumettre des informations à la Commission des services publics

Silhouette d'un homme observant le prix de l'essence à la pompe.

Le ministère de l'Énergie espère que la mesure apportera de la transparence dans l'industrie pétrolière.

Photo : Reuters / Carlos Barria

Radio-Canada

La Commission des services publics de la Colombie-Britannique (BCUC) a désormais le pouvoir de réclamer des informations aux pétrolières en vertu de la nouvelle Loi sur la transparence des prix de l'essence, entrée en vigueur lundi.

Elle sera en mesure de demander des données variées, notamment sur les volumes d'approvisionnement, d'importation et d'exportation, ainsi que les prix aux détaillants et les prix aux consommateurs du pétrole raffiné, indique le ministère de l’Énergie.

Le gouvernement provincial veut ainsi tenir les entreprises responsables, explique le ministre de l’Énergie, des Mines et des Ressources pétrolières, Bruce Ralston.

Les Britanno-Colombiens sont fatigués de se sentir escroqués à la pompe. Il est temps de faire la lumière sur les prix du carburant, affirme M. Ralston dans un communiqué.

Le premier ministre John Horgan a commandé une enquête en mai 2019 pour déterminer les causes de la flambée du prix de l'essence dans la province, lorsque les prix ont atteint un record de 1,70 $ le litre dans le Grand Vancouver.

Le rapport de la commission, publié en août de la même année, indique qu’il existe un manque de concurrence dans l’industrie qui coûte 490 millions de dollars par an aux consommateurs.

Avec les informations de CBC et de la Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !