•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'industrie aérospatiale veut plus de femmes et de candidats de la diversité

Un employé lève la tête pour regarder la turbine d'un avion.

Environ 37 000 postes seront à combler dans le secteur de l'aérospatiale.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

L'industrie aérospatiale veut plus de femmes et plus de travailleurs issus de la diversité et, pour ce faire, elle devra combattre certains problèmes d'image.

Cette question de l'image de l'industrie, qui est souvent vue comme faite de cycles de licenciements collectifs puis d'embauches, est évoquée dans un livre blanc qui a été dévoilé lundi par Aéro Montréal sur l'emploi dans l'aérospatiale.

On y précise qu'au 1er janvier dernier, l'industrie comptait 42 100 travailleurs, représentant une hausse de 11,5 % du nombre d'employés en deux ans.

Au cours des 10 prochaines années, on prévoit la création de 12 400 emplois et le renouvellement de 24 700 pour compenser les départs ou les changements de postes. Ce sont donc environ 37 000 postes qui seront à pourvoir.

On y cite des raisons évoquées pour expliquer les difficultés de recrutement dans cette industrie, comme l'insuffisance des bassins de candidatures pour pourvoir les postes, le manque d'expérience et la réputation de l'industrie touchée par les nombreuses annonces de licenciements des dernières années.

De l'argent pour la formation

Le ministre du Travail, Jean Boulet, a assisté à la sortie du livre blanc et en a profité pour annoncer l'octroi d'une somme de 1,85 million de dollars pour parfaire les compétences des travailleurs chez les fournisseurs de l'industrie aérospatiale.

Ce qu'on a pu constater avec les deux premières phases, c'est que ça avait permis d'accélérer le délai de livraison des pièces, d'accroître leurs compétences, d'augmenter leur productivité, de diminuer aussi les défectuosités dans les pièces livrées et dans le travail fait, a souligné le ministre Boulet en entrevue après son allocution.

À ce jour, 68 petites et moyennes entreprises s'en sont prévalues et 1500 travailleurs vont profiter des activités de formation, a précisé le ministre du Travail et de l'Emploi.

Le Livre blanc pour des organisations inclusives dans la grappe aérospatiale du Québec propose notamment de renouveler les effectifs en privilégiant l'équité, la diversité et l'inclusion. Il suggère aussi de renforcer les expertises de gestion en la matière au sein des PME et des grandes entreprises du secteur.

L'École de technologie supérieure (ETS), à Montréal, où a eu lieu le lancement du livre blanc, a souligné ses propres efforts en matière de recrutement de femmes dans son domaine.

Le secteur du génie, c'est un des derniers domaines où les femmes sont encore en rattrapage ou ont encore de la place à prendre parmi les gens. Ici, à l'ETS au cours des dernières années, on a réussi à faire passer, parmi nos cadres, le pourcentage de femmes de 23 à 46 %. On est dans la zone de parité maintenant, a relevé Cédrick Pautel, secrétaire général.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Industrie aérospatiale

Économie