•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les résultats d’une étude sur la présence de pesticides dans l’eau potable boudés par Québec

Quelqu'un se verse de l'eau dans un verre à partir d'un robinet,

Saint-Pacôme et Rivière-Ouelle étudient la possibilité de construire un aqueduc qui acheminerait de l'eau potable entre les deux municipalités.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

L'auteur d'une étude faisant état de la présence de pesticides et de produits pharmaceutiques réputés cancérigènes dans l'eau potable de certaines municipalités déplore le silence radio des autorités.

Sans vouloir être alarmiste, Barry Husk, président de la firme Blue Leaf, la firme à la source de l'étude cosignée par des professeurs et chercheurs de l'Université de Sherbrooke, estime que les résultats d'échantillons prélevés dans près d'une vingtaine de municipalités de l'Estrie et du Centre-du-Québec doivent être pris au sérieux.

Barry Husk lit une copie de l'étude.

Barry Husk, président de la firme Blue Leaf, la firme à la source de l'étude cosignée par des professeurs et chercheurs de l'Université de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

On recommande au ministère de prendre ces résultats en considération et qu’on examine de plus près les risques potentiels sur la population et qu’on examine de plus près la règlementation qui concerne les eaux potables au Québec, surtout pour les petites municipalités, explique Barry Husk, président BlueLeaf inc.

Sur les 70 produits examinés dans l'enquête étalée sur trois ans, les chercheurs ont décelé la présence de neuf composés pharmaceutiques et six catégories de pesticides. Certains ont notamment été retrouvés dans l'eau potable de Drummondville.

La Ville de Drummondville, qui doit bientôt se doter d'une nouvelle usine de filtration, assure qu'elle ne demeure pas les bras croisés devant cette étude publiée en 2019 dans le Water Quality Reasearch Journal.

Malgré ces résultats, la Ville assure que les citoyens ne doivent pas craindre de consommer l'eau qu'elle distribue par l'entremise de son aqueduc.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !