•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : Ottawa recommande d'éviter les voyages en croisière

Dre Theresa Tam et la ministre Patty Hajdu s'adressent aux médias devant des drapeaux du Canada.

Dre Theresa Tam a mis en garde les Canadiens sur les risques de voyager en bateau de croisère lors d'un point de presse, en compagnie de la ministre fédérale de la Santé Patty Hajdu.

Photo : The Canadian Press / Justin Tang

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral recommande d'éviter les voyages en croisière alors qu'il s'apprête à rapatrier des Canadiens coincés sur le bateau de croisière Grand Princess, où s'est manifesté le nouveau coronavirus.

L’administratrice en chef de la santé publique du Canada, Dre Theresa Tam, a demandé aux Canadiens de réfléchir à deux fois avant de voyager sur un navire de croisière, et ce, afin de se protéger contre la propagation du nouveau coronavirus.

Aujourd'hui, l'Agence de santé publique du Canada recommande aux Canadiens d'éviter tout voyage en bateau de croisière en raison de la maladie COVID-19, a-t-elle déclaré.

En conférence de presse lundi, la Dre Tam a notamment déclaré qu'il existait des risques à voyager sur des navires pouvant se rendre dans des zones où des cas de coronavirus sont confirmés ou encore inconnus.

Si c'est la première fois que l'agence canadienne fait cette recommandation aussi clairement, c'est parce que la situation mondiale a changé très rapidement, même entre l'épisode du Diamond Princess (le navire retenu dans un port japonais) et maintenant, a expliqué Dre Tam.

Beaucoup plus de pays sont affectés maintenant, a-t-elle souligné. C'est un apprentissage constant dans une situation qui évolue très rapidement.

Au Canada, les risques pour la population demeurent faibles, mais cela pourrait changer rapidement. Nous sommes inquiets pour les populations les plus vulnérables, a-t-elle ajouté.

La COVID-19 au Canada

  • Nombre total de cas confirmés : 77
  • Ontario : 34
  • Colombie-Britannique : 32 (dont un mort)
  • Alberta : 7
  • Québec : 4

Après que les autorités canadiennes eurent fait le point, lundi, la Colombie-Britannique a annoncé en après-midi qu'un premier Canadien était mort des suites de la COVID-19, et que cinq nouveaux cas avaient été recensés dans la province.

Rapatriement en vue

Cet avertissement intervient alors que le Canada se prépare à rapatrier les 237 Canadiens coincés à bord du navire Grand Princess à San Francisco, en Californie. Un avion affrété par le gouvernement canadien devait décoller de l'aéroport d'Oakland à 21 h, heure locale (minuit, heure avancée de l'Est), pour ramener les passagers à la base des Forces canadiennes à Trenton, en Ontario, mardi matin.

Les passagers seront évalués et soumis à une quarantaine durant 14 jours, a fait savoir le ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne.

Les passagers feront l'objet d'un dépistage des symptômes avant de monter à bord de l'appareil. S'ils présentent des symptômes, ils ne seront pas autorisés à monter à bord. Ils feront l'objet d'une évaluation plus approfondie afin de déterminer les prochaines étapes.

François-Philippe Champagne, ministre des Affaires étrangères

Ça va être fait à coût nul pour le gouvernement du Canada, a-t-il indiqué. C'est la compagnie du bateau de croisière qui paiera pour l'avion qui rapatrie les Canadiens.

Au moins 21 personnes ont été contaminées par le coronavirus à bord de ce navire, qui a été maintenu au large des côtes californiennes durant cinq jours par mesure de précaution.

Le navire de croisière transportait 3500 passagers et membres d'équipage vers Hawaï. Des cas de COVID-19 ont été détectés à bord, après la mort en Californie d'un passager qui avait participé à une partie de la croisière.

Effet domino sur d'autres paquebots de Princess Cruises

Les passagers d’un autre paquebot du croisiériste Princess Cruises, le Caribbean Princess, vivent pour leur part une fin de voyage abrupte, après que la compagnie eut révélé que deux membres de l’équipage ont précédemment travaillé sur le Grand Princess.

Ces deux personnes sont asymptomatiques, mais ont été confinées à leur chambre par excès de prudence, affirme la compagnie dans un communiqué.

Informés de la situation, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis (CDC) ont interdit au navire, qui peut transporter 3600 passagers, de naviguer.

Plutôt que d’accoster lundi à Grand Cayman, comme cela était prévu, le navire a donc pris la direction de Fort Lauderdale, en Floride, où il devait originalement terminer son périple de 10 jours mercredi. Il devra rester au large des côtes tant que les membres d’équipage n’auront pas été testés pour la COVID-19.

Les passagers d’un autre paquebot du croisiériste, le Regal Princess, ont vécu une mésaventure similaire dimanche, et pour les mêmes raisons : des membres d’équipage qui se trouvaient à bord avaient aussi travaillé sur le Grand Princess. Les tests de dépistage qu’ils ont subis se sont finalement révélés négatifs.

Le Regal Princess, qui peut transport environ 3500 passagers, a finalement accosté à Port Everglades dimanche, mais sa croisière suivante a été annulée. Les passagers seront totalement remboursés, a fait savoir Princess Cruises, et ils recevront 300 $ pour se payer une chambre d’hôtel.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique