•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Wall Street s'écroule après une journée de panique sur les marchés boursiers

La chute des marchés nord-américains a été si brutale lundi matin que les transactions ont été interrompues.

Un homme avec la main sur le visage à la Bourse de New York.

Les échanges ont été suspendus 15 minutes à la Bourse de New York après l'effondrement matinal de l'indice élargi S&P 500 en pleine panique autour du krach pétrolier et des conséquences économiques du coronavirus.

Photo : Associated Press / Richard Drew

Radio-Canada

Les marchés boursiers nord-américains ont clôturé en forte baisse, lundi, en pleine panique autour du krach pétrolier et des conséquences économiques engendrées par l'épidémie de coronavirus.

À New York, le Dow Jones a terminé la journée en baisse de 7,74 %, le NASDAQ a cédé 7,29 % tandis que le S&P 500 a perdu 7,59 % de sa valeur.

Il s'agit de leur plus importante baisse en une journée depuis le 1er décembre 2008, à l'époque de la crise financière.

Dans les minutes suivant l'ouverture des marchés en matinée, l'effondrement de 7 % du S&P 500 a automatiquement entraîné une suspension des échanges pendant 15 minutes, afin de permettre aux investisseurs de reprendre leurs esprits.

Les transactions ont aussi été interrompues sur le Dow Jones et le NASDAQ, qui perdaient respectivement 7,29 % et 6,86 %.

À Toronto, l'indice composé S&P/TSX a clôturé en baisse de 10,3 %, sa pire chute en 14 mois. La dégringolade du prix du pétrole a fait mal au secteur torontois de l'énergie.

L'indice avait dévissé de 8 % dans les premières minutes de transactions en matinée, entraînant là aussi une interruption automatique des échanges pour quelques minutes.

Interrogé en point de presse sur l’éventualité qu’Ottawa creuse encore le déficit pour faire face à la crise du coronavirus, le ministre canadien des Finances, Bill Morneau, a reconnu que la volatilité des marchés a créé un climat d’incertitude qui inquiète les Canadiens. Il a également admis que la situation pourrait durer et que la chute du prix du pétrole constitue un autre défi pour l’économie canadienne.

Toutefois, le ministre a tenu à rassurer la population, se disant prêt à prendre des mesures pour aider les Canadiens, les Canadiennes et les entreprises si nécessaires. Il a aussi tenu à rappeler qu’en plus du bon système de santé, le Canada a un très bon bilan fiscal et un bon système bancaire.

Éric Gignac, vice-président principal et économiste en chef chez iA Groupe financier, qualifie la crise de très volatile. Selon lui, il faudra attendre plusieurs semaines pour savoir à quoi s’en tenir.

Cependant, M. Gignac précise, dans une entrevue à l'émission RDI économie, que le Canada est un « modèle en matière de finances publiques ».

« On est les moins endettés, on pourrait aller avec des mesures temporaires comme des stimuli au niveau fiscal, une réduction de la TPS pendant 3 à 6 mois de 3 à 4 % pour inciter les gens à consommer davantage. »

— Une citation de  Éric Gignac, économiste en chef chez iA Groupe financier

Il va y avoir une réunion avec les premiers ministres provinciaux, ils vont réfléchir à des scénarios pour pas que le Canada ne tombe pas dans une récession, ou si c’est une récession, ça sera une récession technique qui dure 3, 4 mois, pas très profonde, a-t-il prédit.

Le DAX allemand connaît sa pire journée depuis le 11 septembre 2001

En Europe, où les cas de COVID se multiplient par centaines tous les jours, les marchés boursiers ont également connu une très mauvaise journée.

À Francfort, le DAX s'est effondré de 7,94 %, sa plus lourde chute depuis les attentats du 11 septembre 2001, tandis qu'à Paris, le CAC 40 a dégringolé de 8,39 % au terme de sa pire séance depuis 2008. La Bourse de Londres a fait à peine mieux, avec un plongeon de 7,25 %.

Avec une baisse de plus de 20 % depuis son pic de février, le CAC 40 est officiellement dans un marché baissier.

La Bourse de Milan a pour sa part perdu plus de 11 % après le placement en isolement depuis dimanche de plusieurs régions du Nord parmi lesquelles la Lombardie, la plus peuplée et la plus riche du pays, dans le but d'endiguer la propagation du coronavirus.

Au Japon, le Nikkei avait précédemment reculé de 4,4 %, sa pire baisse depuis août 2015, tandis que la bourse australienne a connu une chute vertigineuse de 7,3 %, une baisse sans précédent depuis la crise financière de 2008.

Dans le sillage du prix du brut

Le prix du pétrole brut léger américain (WTI ou West Texas Intermediate) a terminé en baisse de 25 % à New York, à 31,13 $ US (chute de 10,15 $ US durant la journée), après la décision de l'Arabie saoudite de casser ses prix de vente et d'augmenter sa production, au moment où l'épidémie de coronavirus réduit significativement la demande mondiale.

Le baril de Brent coté à Londres perdait de son côté 24 %, à 34,40 $ US.

Il faut remonter à février 2016 pour trouver des prix aussi bas pour ces barils de pétrole et à 1991, pendant la première guerre du Golfe, pour retrouver des chutes aussi spectaculaires.

Cette décision, conséquence de l'échec des discussions entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et la Russie pour tenter de soutenir les cours, est à l'origine du plongeon des indices boursiers.

Bon pour les consommateurs, les prix de l'essence vont descendre, a commenté le président américain Donald Trump dans le premier d'une série de tweets publiés après l'ouverture des marchés.

« L'Arabie saoudite et la Russie se disputent sur le prix et l'approvisionnement en pétrole. Ça et les fausses nouvelles sont la raison de la chute du marché. »

— Une citation de  Donald Trump, président des États-Unis, dans un tweet

Le président américain a aussi tenté de minimiser l'épidémie de coronavirus, en rappelant qu'elle a fait jusqu'ici 22 morts, comparativement à 37 000 pour la grippe saisonnière l'an dernier.

Rien n'est fermé, la vie et l'économie suivent leur cours, a-t-il écrit.

La présidente de la Chambre des représentants, la démocrate Nancy Pelosi, a plutôt estimé que la chute des marchés reflétait le manque de confiance des investisseurs envers le plan de lutte contre le coronavirus de l'administration Trump.

Outre la rupture entre l'OPEP et la Russie et le revirement stratégique de Riyad, le marché du brut se prépare à une diminution durable de la demande mondiale : selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), celle-ci devrait accuser cette année sa première baisse depuis 2009.

L'équilibre du marché dépend désormais de la production américaine, estime Paul Sankey, directeur général de Mizuho Securities USA, qui s'attend à une période prolongée de cours entre 30 $ et 40 $.

La Banque centrale européenne imitera-t-elle la Fed?

Avec le plongeon des marchés d'actions et du pétrole, de nouvelles craintes surgissent sur le marché du crédit où certaines entreprises pourraient se trouver en difficulté pour rembourser leur dette, observent plusieurs intervenants de marché.

Les regards se portent vers les banques centrales et notamment vers la Banque centrale européenne (BCE), qui pourrait, dans la foulée du mouvement de la Réserve fédérale la semaine dernière, abaisser son taux de dépôt lors de sa réunion de politique monétaire prévue jeudi.

Bien qu'une baisse des taux ne soit pas la panacée, comme l'a montré magistralement la réaction du marché à la Réserve fédérale, nous pensons que la BCE va être contrainte de baisser de 10 points de base son taux directeur afin de gagner du temps pour mettre en place une opération spéciale de refinancement en direction des petites et moyennes entreprises et des entreprises de taille intermédiaire de la zone euro, déclarent les économistes de Saxo Banque.

Chute des monnaies

Sur le marché des devises, le dollar poursuit sa descente aux enfers avec la perspective, jugée de plus en plus crédible, d'une nouvelle baisse de taux de la Réserve fédérale après celle d'un demi-point annoncée mardi dernier.

Le billet vert cède près de 3 % face au yen, au plus bas depuis plus de trois ans, et se déprécie de plus de 1 % face à l'euro, qui remonte à plus de 1,14 $, son plus haut niveau depuis janvier 2019. 

Quant à lui, le huard a reculé d'environ 1,6 cent par rapport au dollar américain, pour atteindre 73,04 cents américains.

L'or, valeur refuge

Les métaux de base comme le cuivre et le nickel ont cédé autour de 3 % de leur valeur, tandis que l'or reste orienté à la hausse après avoir brièvement franchi les 1700 $ l'once pour la première fois depuis 2013, avant de clôturer la séance à 1677 $ l'once.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !