•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : qu’arriverait-il si les écoles canadiennes devaient fermer?

D'éventuelles fermetures d'écoles pourraient menacer le droit à l'éducation, mais aussi avoir des répercussions sociales et économiques importantes, selon l'Agence de la santé publique du Canada.

Des chaises sont retournées sur les pupitres d'une salle de classe sans élèves.

Il est possible qu'un élève ou un enseignant soit infecté à un moment ou à un autre de la crise du coronavirus. Quelles seraient alors les conséquences de l’apparition d'un premier cas dans une école?

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Radio-Canada

Au Canada, aucun cas de COVID-19 n'est encore apparu dans une école primaire ou secondaire, mais la crise du coronavirus a tout de même eu un impact sur bon nombre d’élèves au pays. Des conseils scolaires ont notamment annulé des voyages de classe à l'étranger et les mesures de prévention se multiplient.

Le plus récent rapport de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) indique que de nombreuses écoles ont été fermées dans une quinzaine de pays afin de contenir la propagation de la COVID-19, ce qui représente plus de 300 millions d'élèves concernés à travers le monde.

Et bien que les fermetures temporaires d'écoles, en raison de crises sanitaires ou autres, ne soient pas nouvelles, la rapidité de propagation du coronavirus et la perturbation que celle-ci engendre sont sans précédent.

Aussi, si la situation se prolonge, en plus de perturber lourdement l’économie des pays, elle pourrait « menacer le droit à l'éducation », selon la directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay.

Un professeur est vu de dos devant une classe vide.

Les autorités italiennes ont décidé de fermer les écoles et les universités dans tout le pays jusqu’au 15 mars.

Photo : Reuters / Guglielmo Mangiapane

Quelle situation au Canada?

Un cas présumé de COVID-19 a entraîné la fermeture d'une école de commerce dans le centre-ville de Vancouver pendant au moins trois jours, le temps que le bâtiment soit désinfecté, a précisé l'école jeudi.

Des élèves du lycée régional du Sussex au Nouveau-Brunswick, qui s'étaient rendus en Italie cette semaine, ont par ailleurs reçu l'ordre d'éviter de retourner à l'école durant deux semaines après leur retour prévu chez eux samedi.

Mais étant donné que, pour le moment, il n'y a pas de transmission généralisée de la maladie COVID-19 au pays, l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) n'a pas recommandé la fermeture des écoles canadiennes.

Que se passerait-il si un premier cas se présentait?

Tous les élèves de la classe d'un étudiant ou d'un enseignant touché seraient « mis en quarantaine à leur domicile », assure Colin Furness, professeur adjoint à la faculté d'information de l'Université de Toronto.

Et il serait aussi possible que toute l'école soit fermée, que tous les étudiants et le personnel soient testés, selon Stephen Hoption Cann, professeur à l'École de la population et de la santé publique de l'Université de Colombie-Britannique.

En outre, la décision de fermer une école entière serait un effort coordonné avec les responsables locaux et provinciaux, les conseils scolaires et les responsables de la santé, selon M. Furness.

Quel genre de problèmes peuvent entraîner les fermetures d'écoles?

L'ASPC a reconnu qu'une fermeture d'école entraînerait à long terme des conséquences importantes pour certains groupes, comme les familles monoparentales et à faibles revenus, les enfants participant à des programmes de nutrition en milieu scolaire, ou encore les parents n'ayant pas d'horaires de travail flexibles ou de congés payés.

Les cours pourraient-ils se poursuivre?

L'apprentissage à distance reste une option. Dans le comté de Miami-Dade, en Floride, le district a notamment fourni des ordinateurs portables, des tablettes et des téléphones cellulaires à certains élèves afin qu'ils puissent les emporter chez eux en prévision d'une éventuelle épidémie.

Le comté a également fourni une connexion Internet à des étudiants à faible revenu, a rapporté le New York Times.

L'Université de Toronto et l'Université de la Colombie-Britannique élaborent, quant à eux, des plans d'urgence pour organiser des vidéoconférences et faire passer les examens à distance, a rapporté le Globe and Mail.

Néanmoins, l'organisation de l'enseignement dans les écoles primaires et secondaires pourrait être un défi.

La fermeture d'une école est-elle un bon moyen de contenir le virus?

Au Japon, des écoles ont été fermées dans tout le pays. Mais certains experts s'interrogent sur l'efficacité de cette stratégie pour contenir la propagation du coronavirus.

Comme les groupes de personnes les plus touchés par la maladie sont dans la cinquantaine ou la soixantaine, la fermeture des écoles primaires, secondaires et de premier cycle n'a pas beaucoup de sens du point de vue de la santé publique, a précisé Reiko Saito, professeur à l'École supérieure des sciences médicales et dentaires de l'Université de Niigata, dans un courriel adressé au Japan Times.

Comment faire face à la transmission communautaire du coronavirus?

Selon le rapport du Centre pour le développement mondial (CGD), un examen de 79 articles sur les fermetures d'écoles pendant les pandémies de grippe montre qu'il n'y a pas d'effet cohérent de la fermeture des écoles comme stratégie pour contenir les épidémies.

Le CGD a également déclaré que si les écoles sont fermées, les contacts entre les enfants en dehors de l'école doivent également être limités.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !