•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Construire un conte sur 500 km avec des masques et des écrans virtuels

Un jeune arborant un masque à plumes roses devant un décor dessiné.

De jeunes Rimouskois ont virtuellement partagé la scène avec des jeunes de Saint-Camille pendant la semaine de relâche.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des jeunes de Rimouski et de Saint-Camille font fi des 500 km qui les séparent et créent une pièce de théâtre ensemble. Grâce à la téléprésence, ces jeunes créateurs du Bas-Saint-Laurent et de l’Estrie ont mis leurs efforts en commun pour produire un conte masqué pendant la semaine de relâche.

Briser les frontières physiques

Grâce à l’utilisation d’un logiciel, les deux groupes de créateurs peuvent se voir et se parler pendant qu’ils sont à l’oeuvre, raconte l’animatrice à la Coop Paradis, Stéphanie Beaudoin.

[La téléprésence] nous permet, à nous, un groupe de Rimouski et un groupe de Saint-Camille à environ 500 km de distance, d'être ensemble et de créer du théâtre, de créer un conte masqué, indique Stéphanie Beaudoin.

C'est comme s'il existait un tiers-lieu : on a Rimouski et on a Saint-Camille et on a comme un nuage. Et dans le nuage, on se retrouve.

Stéphanie Beaudoin, animatrice, Coop Paradis
Stéphanie Beaudoin en entrevue.

Dans l'écran derrière Stéphanie Beaudoin, les jeunes des deux communautés peuvent se voir et interagir.

Photo : Radio-Canada

On parle tour à tour avec le micro, ça se fait super bien. On oublie rapidement qu'il y a un seul micro pour tout le monde et qu'il y a du délai. On est comme une famille et on joue ensemble, affirme l’animatrice.

Technologie numérique et matière recyclée

Le logiciel utilisé permet la mise en place d'une régie à deux salles pour connecter les deux lieux filmés, souligne la directrice technique de la Coop Paradis, Émilie Parent-Watt.

Moi ici, j'ai une partie des choses qui sont les miennes, mes sources. Et j'ai les sources qui viennent de Saint-Camille, l'autre village qui est avec nous autres. Je reçois ce que Saint-Camille a et moi j'envoie [ce que j'ai] à Saint-Camille. Et tout ça est mixé ensemble, explique-t-elle.

Un jeune devant un décor tient un masque fabriqué avec des matières recyclées.

Une semaine de relâche haute en couleur pour de jeunes Rimouskois qui participent à la création d'un conte par téléprésence

Photo : Radio-Canada

Ce projet intitulé Masqu'ensemble! est une initiative de Masq’alors!, le festival international du masque du Québec en Estrie.

Si pour la mise en commun des décors et des scènes la technologie est utilisée, ce sont des matières recyclées qui sont à la base de la création.

Ghislaine Grante, animatrice chez Masq’alors!, travaille depuis 10 ans à la fabrication de masques à partir de matières recyclées. Selon elle, l’oeuvre créée est utile pour la planète, car des bouts de plastique récupérés ont été mobilisés pour sa conception.

Avec les informations de Nadia Ross

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Jeunesse