•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'épidémie de coronavirus donne des maux de tête aux voyageurs

Huguette Jutras à l'intérieur d'une maison.

Huguette Jutras pense que les voyageurs qui souhaitent annuler leur séjour en raison du coronavirus sont « pris en otage » entre leur agence de voyages et leur assurance.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Radio-Canada

Résidente de Gatineau, Huguette Jutras ne veut plus partir pour ses vacances au Maroc, même si ce pays ne fait pas l'objet d'un avis de santé aux voyageurs du gouvernement canadien.

La Gatinoise devait s'envoler vers ce pays du Maghreb la semaine prochaine, mais elle a changé d’avis étant donnée l’augmentation de cas de la COVID-19 à l’échelle mondiale. Selon son agence de voyages, si elle annule son voyage, elle perdra environ 5000 $.

Si je veux annuler mon voyage, ce n'est pas par fantaisie, c'est par prévention.

Huguette Jutras, retraitée

La septuagénaire préfère ne courir aucun risque, même si très peu de cas ont été déclarés au Maghreb — seulement deux cas ont été recensés au Maroc, alors que le Canada en dénombre 57.

Elle fait part de son inquiétude : dans ma situation, en allant au Maroc, c'est un pays d'Afrique. Et puis, je le sais que les infrastructures médicales ne sont pas les mêmes qu'ici, au Canada.

Le Dr Marc Desjardins parle au journaliste.

Selon le Dr Marc Desjardins, il faudrait prendre en compte la réaction que pourraient avoir les gouvernements locaux face au coronavirus avant de voyager.

Photo : Radio-Canada

Le microbiologiste de l'Hôpital d'Ottawa Marc Desjardins invite les Canadiens à bien réfléchir avant de partir en voyage.

Est-ce que c'est vraiment le temps de le faire?

Le Dr Marc Desjardins, microbiologiste à l'Hôpital d'Ottawa

Selon le spécialiste, ce n'est pas nécessairement une mauvaise raison d'envisager d'annuler un voyage.

Les règles sur les remboursements deviennent de plus en plus strictes

Selon le coprésident de l’agence Incursion Voyages, Dan Chetrit, le voyage de Mme Jutras concerne une région qui n'est pas affectée par un avis du gouvernement, et ce n'est malheureusement pas une raison valable pour se tourner vers l'assureur.

Pour l’instant, la Chine, la Corée du Sud, Hong Kong, l’Iran, l’Italie du Nord, le Japon, et Singapour font l’objet d’avis actifs de santé aux voyageurs de la part du gouvernement fédéral. Puisque la destination d'Huguette Jutras n'y figure pas, elle ne pourra pas être remboursée.

Au moins deux assureurs, soit Manuvie (Manulife) et TuGo, ont annoncé cette semainequ’ils ne rembourseront plus les voyageurs qui annulent leur déplacement à cause de la COVID-19.

Jusqu'à maintenant, les Canadiens ayant une assurance-annulation pouvaient généralement obtenir un remboursement s'ils avaient réservé un billet d'avion et un hôtel, par exemple, et qu'Ottawa déconseillait par la suite de voyager dans ce pays à cause du coronavirus.

Les croisières particulièrement à risque

Les croisières suscitent particulièrement de craintes concernant le coronavirus, et l'Agence de la santé publique du Canada les déconseille, surtout pour les personnes âgées.

Le paquebot Diamond Princess.

Une fois rapatriés, les passagers canadiens du Diamond Princess ont dû se plier à une quarantaine de 14 jours à Cornwall (archives).

Photo : Getty Images / AFP / Behrouz Mehri

Environ 130 passagers canadiens du bateau de croisière Diamond Princess ont dû subir 30 jours de quarantaine, d’abord au large de Yokohama, dans la baie de Tokyo, puis au centre Nav de Cornwall.

En ce moment, au moins 21 personnes ont été contaminées par la COVID-19 à bord du navire Grand Princess au large de San Francisco. On compte à bord au moins 235 passagers canadiens, a annoncé vendredi le vice-président Mike Pence, qui coordonne la lutte contre la maladie aux États-Unis.

Selon Howard Njoo, sous-administrateur en chef de l'Agence de santé publique du Canada, les navires de croisière présentent un environnement où la COVID-19 peut se propager facilement, étant donné le contact étroit entre les passagers et l'équipage pendant une période de temps significative.

Avec les informations de Yasmine Mehdi et de Maxime Huard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !