•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bientôt des cliniques spécialisées pour détecter les personnes atteintes de la COVID-19

Un homme équipé de protections est penché sur un microscope.

Tester un patient implique de prélever des sécrétions au fond de la gorge ou dans le larynx et de les envoyer au Laboratoire de santé publique afin que les prélèvements y soient analysés.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’Hôtel-Dieu de Montréal fait partie des cliniques d'évaluation de cas de COVID-19 qui pourraient ouvrir très prochainement au Québec.

L’annonce du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) devrait avoir lieu en début de semaine. Elle fait suite à la sortie de médecins dénonçant le manque d'équipement et de préparation des cliniques de médecine de famille.

L'ancien hôpital affilié au Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM) était en partie fermé depuis 2017. Mais à partir de la semaine prochaine, l'ancienne salle d’urgence devrait être prête pour accueillir les futurs patients.

Depuis quelques jours, le ministère y pilote l'installation de bureaux à cloisons séparés pour tester les patients et s'assurer qu'il n'y aura pas de contamination.

Le vieil hôpital continuera en outre d'abriter des bureaux et des cliniques externes du CHUM. Pour s’assurer que les visiteurs potentiellement infectés ne se dispersent pas dans les couloirs de l'ancien hôpital, la clinique ne comptera qu’une seule porte d’entrée, celle située au coin de l’avenue des Pins et de la rue Saint-Urbain.

Pour le microbiologiste Karl Weiss, il était plus que temps de mettre en place ces cliniques pour augmenter la capacité à tester ces gens-là, une procédure complexe à effectuer.

La majorité des gens qui sont atteints par cette infection n’étant pas très malades, ils n’ont pas forcément besoin de venir engorger le système hospitalier

Dr Karl Weiss

Ce dernier précise que ces cliniques ne seront pas un centre de dépistage où l’on se rend au gré de son humeur ou on se rend pour voir si l’on est positif ou pas, alors qu’on est en bonne santé. Avant de pouvoir pousser la porte d’une clinique, il faudra, entre autres, appeler les infirmières d’Info-Santé au 811 pour obtenir un rendez-vous.

Comme il n’existe actuellement aucun vaccin, la meilleure façon de contenir ce virus est de mettre en place des mesures de quarantaine, ce qui implique de savoir qui est contaminé, selon lui. Au Québec actuellement, on n’a pas beaucoup de cas, mais ce qu’on constate dans les autres pays, c’est qu’une fois que les cas sont là, c’est ensuite une explosion des cas, précise le Dr Weiss.

De même, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec s'est également déclarée en faveur de ces cliniques et s'est dite prête à collaborer avec les autorités gouvernementales afin de relayer toute information aux médecins de famille et d’urgence, ainsi qu'aux cliniques médicales.

Nous sommes en contact régulier avec le ministère de la Santé. Aussitôt que de l’information pertinente nous est transmise, elle est transmise à nos membres, soyez-en assurés. Comme vous pouvez être assurés que les médecins de famille répondront présents s’il y a des besoins médicaux particuliers à combler en lien avec [la] COVID-19, y compris dans des cliniques d’évaluation de cas potentiels.

Dr Louis Godin, président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec

Pas juste à Montréal

En plus de l'Hôtel-Dieu, d’autres cliniques de dépistage ouvriraient dans la région de Montréal, mais aussi à Québec et en Montérégie.

Dans le cas de l’Hôtel Dieu, ce serait le personnel du CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal qui serait invité sur une base volontaire à travailler dans la nouvelle clinique. Mais comme le réseau est déjà surchargé, le ministère de la Santé et la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec évaluent actuellement les besoins en effectifs médicaux et comment les combler.

Il ne faut en effet pas oublier que le personnel peut lui aussi être infecté par le virus.

Le vieil hôpital continuera d'abriter des bureaux et des cliniques externes du CHUM, notamment la cardiologie, l'endocrinologie, la physiatrie et l'Unité hospitalière de recherche, d'enseignement et de soins sur le sida (UHRESS), le temps que la deuxième phase de construction du nouveau CHUM soit terminée au coin de la rue Saint-Denis et du boulevard René-Lévesque Est, en 2021.

Avec les informations de Marie-Josée Paquette-Comeau et de Carla Oliveira

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !