•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Canadien force la mise en quarantaine de 1500 personnes en Égypte

Des douaniers vêtus de masques dans un aéroport.

Le nombre de personnes infectées en Égypte a considérablement augmenté ces derniers jours après la découverte de dizaines de nouveaux cas à bord d’un navire de croisière sur le Nil.

Photo : Getty Images / -

Les autorités égyptiennes ont pris les grands moyens pour éviter la propagation du coronavirus après la découverte d’un cas positif de COVID-19 chez un Canadien de 54 ans, originaire de l’Alberta.

Il s’agit d’un expert pétrolier qui travaille pour l’une des plus grandes compagnies dans le désert occidental, non loin de la frontière libyenne.

Le Canadien – que nous omettons d’identifier pour des raisons de confidentialité – est arrivé en Égypte à la fin du mois de février, en provenance du Canada, après un transit de quatre heures dans une capitale européenne.

Ce n’est que neuf jours après son arrivée en Égypte que les symptômes, qu’il croyait liés à une grippe, se sont aggravés, le poussant à consulter un médecin sur son lieu de travail.

Une fois son infection confirmée, il a été transporté dans une ambulance auto-désinfectante à l’hôpital Al-Naguila, à Marsa Matrouh, une localité au bord de la Méditerranée, à deux heures de route du champ gazier où il travaille et réside.

C’est cet hôpital que les autorités ont désigné pour soigner toutes les personnes atteintes du coronavirus sur son sol.

Selon un porte-parole du ministère de la Santé, l’homme de 54 ans se trouve « dans un état stable ».

Un employé muni d'un masque prenant la température d'un voyageur.

Des employés aéroportuaires prennent la température des voyageurs qui arrivent au Caire.

Photo : Getty Images

1500 personnes confinées

Les autorités ont également affirmé avoir mis en quarantaine 1500 personnes ayant été en contact avec lui, dont un chauffeur, des employés de maison, mais surtout des collègues qui l’ont côtoyé depuis son arrivée, ainsi que des voisins. Ceux-ci doivent rester isolés pendant une quinzaine de jours dans trois centres différents, mis sur pied sur leur lieu de travail, dans le désert occidental.

1427 autres personnes, ayant « possiblement » été en contact avec le Canadien hospitalisé, sont quant à elles confinées à domicile avec une surveillance quotidienne. L’homme infecté aurait, depuis son arrivée, visité quatre champs pétroliers et gaziers sur les 500 qu’exploite la compagnie dans la région.

Une équipe de 30 médecins et infirmiers, ainsi que six ambulances, dont trois auto-désinfectantes, ont été mis à leur disposition, selon le ministère de la Santé.

Nader Saad, un porte-parole du gouvernement, a par ailleurs assuré que sept personnes ayant été en contact direct avec le Canadien ne sont pas infectées, selon les résultats de leur test. Il assure toutefois qu’ils resteront en quarantaine pendant une quinzaine de jours avec les 1500 autres personnes « par mesure de précaution ».

Jointe par téléphone en Alberta, l’épouse du Canadien infecté n’a pas voulu donner de commentaires aux médias. Elle confirme toutefois que son mari se trouve présentement en Égypte.

Dans un message envoyé à Radio-Canada par courriel, Krystyna Dodds, porte-parole d’Affaires mondiales Canada assure qu’Ottawa est « au courant du cas confirmé de COVID-19 d'un citoyen canadien en Égypte ».

Les agents consulaires fournissent une aide consulaire au ressortissant canadien. Les représentants consulaires du Canada en Égypte restent en contact avec les autorités locales au sujet de cette affaire.

Krystyna Dodds

Miser sur la « transparence »

Les autorités égyptiennes ont essuyé des critiques au début de la crise du coronavirus en raison du manque de transparence dans leurs communications. Les responsables démentaient la présence de cas confirmés dans ce pays de 100 millions d'habitants, alors que plusieurs personnes infectées ayant séjourné en Égypte ont été recensées en France, au Canada et aux États-Unis, entre autres.

Au Canada, les trois derniers cas confirmés concernent des voyageurs arrivés d’Égypte.

En réponse aux critiques, M. Saad a affirmé que son gouvernement travaille en étroite collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé et qu’il mise sur la transparence pour ne pas donner la fausse impression qu’on ne travaille pas. Des campagnes de sensibilisation pour guider les Égyptiens et leur fournir les informations nécessaires se sont multipliées et plus de 1800 tests ont été effectués jusque-là, selon lui.

Le temple de Karnak, dans l'ancienne ville de Louxor, en Haute-Égypte, avec des illuminations aux couleurs du drapeau chinois.

Dimanche dernier, l’Égypte a illuminé trois célèbres sites historiques en signe de solidarité avec la Chine.

Photo : Getty Images

Samedi, les autorités égyptiennes ont confirmé la découverte de 33 nouveaux cas de COVID-19, portant le nombre total à 48. Les nouveaux cas sont des employés à bord d’un navire de croisière sur le Nil, très populaire auprès des touristes. 150 passagers, dont les nationalités n’ont pas été révélées, sont présentement en quarantaine à bord du navire.

Début février, l'Égypte avait suspendu certaines de ses liaisons avec la Chine et rapatrié environ 300 de ses ressortissants de la ville de Wuhan, foyer du virus. Début mars, la ministre égyptienne de la Santé, Hala Zayed, s'est rendue à Pékin pour témoigner de la « solidarité » de l'Égypte avec la Chine, où est apparue l'épidémie en décembre 2019.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !