•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’affaire Khashoggi refait surface aux États-Unis

Le journaliste Jamal Khashoggi et le dirigeant saoudien Mohammed Ben Salmane

Le journaliste Jamal Khashoggi (à gauche), critique du pouvoir saoudien, a été assassiné dans les locaux du consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, possiblement sous les ordres du dirigeant Mohammed Ben Salmane.

Photo : Reuters / Courtoisie/Amir Levy

Radio-Canada

Des membres du Sénat veulent entamer une procédure afin qu’un rapport classifié des services de renseignements sur le meurtre de Jamal Khashoggi soit rendu public.

L’année dernière, le Congrès avait exigé que le directeur du renseignement révèle le commanditaire du meurtre perpétré au sein du consulat saoudien à Istanbul, en Turquie.

Mais le chef du renseignement a refusé, invoquant la préservation de la sécurité nationale.

Ce dont ils ont vraiment peur est, je crois, totalement évident: ils ont peur de gêner quelqu'un qui est proche du président Trump et de l'administration Trump, a déclaré l'élu démocrate Tom Malinowski.

À l’unanimité, le Sénat américain a estimé que le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane était responsable du meurtre exécuté en octobre 2018 par un commando d'agents du royaume saoudien.

Le sénateur démocrate Ron Wyden a indiqué qu’il invoquerait une disposition légale de 1976 qui permet à la commission du Renseignement du Sénat de déclassifier un rapport.

Dans le cas où la commission vote pour que le rapport soit déclassifié, le président dispose de cinq jours pour présenter ses objections par écrit.

Michael De Dora, du « Comitee to Protect Journalists » a déclaré que le meurtre du journaliste violait aussi bien la loi américaine qu’internationale. Selon lui, l’inaction du gouvernement américain signifie aux Saoudiens que les États-Unis vont tolérer ce comportement.

La fiancée de Jamal Khashoggi, Hatice Cengiz, présente à Washington, a dit que la publication du rapport permettrait de répondre à des questions déterminantes : qui a commandité le meurtre et où se trouvent les restes du journaliste, qui n'ont jamais été retrouvés.

Avec les informations de La Libre, Washington Post, et AlJazeera.net

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International