•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : Washington lève les tarifs douaniers sur les masques faits en Chine

Une femme porte un masque chirurgical à New York.

Les États-Unis veulent faciliter l'importation de masques en provenance de Chine.

Photo : Reuters / Andrew Kelly

Radio-Canada

Le gouvernement américain, par la voix de son représentant au commerce, a octroyé ces derniers jours des allègements tarifaires pour l'importation de dizaines de produits médicaux fabriqués en Chine, y compris des masques, des serviettes désinfectantes et des gants chirurgicaux, révèlent des documents dévoilés vendredi.

Plusieurs de ces allègements semblent avoir été consentis rapidement, dans la foulée de la propagation du coronavirus; la plupart des demandes approuvées l'ont été un mois seulement après l'échéance du 31 janvier.

D'autres demandes similaires attendent d'être traitées depuis des mois. Chez Apple, par exemple, qui fabrique bon nombre de ses produits en Chine, on attend toujours une décision à propos d'un dossier remis au plus tard le 31 octobre.

Bon nombre de produits médicaux auxquels ont été ajoutés des tarifs à l'importation faisaient partie des biens visés par une quatrième ronde de sanctions tarifaires imposées par Washington à Pékin le 1er septembre dernier, dans le cadre des négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis.

Trump débloque des fonds

Le président américain Donald Trump a par ailleurs approuvé vendredi un projet de loi allouant 8,3 milliards de dollars américains au renforcement des capacités de détection du coronavirus et au financement d'autres mesures pour contenir une épidémie qui a jusqu'à maintenant touché quelque 100 000 personnes à l'échelle mondiale.

L'augmentation du nombre de tests est considérée comme cruciale pour ralentir la dissémination de la maladie respiratoire aux États-Unis, où l'on recensait 14 décès vendredi matin, et plus de 230 cas de contamination dans au moins 17 États. À l'échelle de la planète, la maladie a tué plus de 3400 personnes, dont une grande majorité en Chine, pays où l'épidémie a été détectée pour la première fois.

Nous nous en sortons très bien, a affirmé le président. Mais c'est une maladie qui est passée sous le radar... Elle est sortie de nulle part, mais nous nous en chargeons.

Donald Trump signant un projet de loi à la Maison-Blanche.

Le président américain, accompagné de son secrétaire à la Santé, Alex Azar, a autorisé des fonds de 8,3 milliards pour la lutte contre le coronavirus.

Photo : Reuters / Carlos Barria

M. Trump a également indiqué s'être entretenu avec le gouverneur de la Californie, Gavin Newsom, à propos d'un navire de croisière, le Grand Princess, à qui l'on a interdit d'accoster à San Francisco, après qu'au moins 35 personnes y eurent développé des symptômes grippaux.

Des tests effectués à bord ont finalement permis de confirmer qu'au moins 21 personnes y avaient été infectées par le coronavirus. Le navire pourra se rendre dans un port non-commercial; tous ceux qui doivent recevoir des soins y auront droit, a assuré le vice-président Mike Pence, lors d'une conférence de presse donnée vendredi après-midi à Washington.

Le navire compte 237 Canadiens à son bord; 230 passagers et 7 membres d'équipage.

Trouver un vaccin

Parmi les sommes prévues dans le projet de loi de vendredi, plus de 3 milliards seront consacrés à la recherche et au développement de vaccins, de kits de test et de traitements. Il n'existe pour l'instant aucun vaccin contre la maladie COVID-19, qui s'est répandue dans environ 90 pays et territoires.

Le secrétaire américain de la Santé, Alex Azar, qui était présent lors de la signature du projet de loi par le président, a indiqué que les CDC avaient déjà distribué 75 000 kits de test dans divers laboratoires publics des États-Unis. Il a ajouté qu'un fournisseur privé travaillant avec l'agence fédérale allait expédier 400 000 autres kits dans les hôpitaux privés et d'autres laboratoires américains.

Nous sommes dans les temps, a affirmé M. Azar.

Anthony Fauci, le directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), a reconnu que des problèmes avaient ralenti la distribution des kits de test, mais a soutenu que la distribution se déroulait bien, dans l'ensemble.

De son côté, le vice-président américain Mike Pence, chargé de la lutte contre le coronavirus par le président, a déclaré jeudi qu'il n'y avait pas suffisamment de kits pour répondre à la demande anticipée.

Vendredi, l'hôpital américain John Hopkins faisait état d'un total de 245 cas de COVID-19 aux États-Unis.

South by Southwest annulé, télétravail chez Apple

Les organisateurs de la grande messe de la musique, de la technologie et du film South by Southwest ont annoncé vendredi après-midi qu'ils annulaient l'édition 2020 de l'événement, qui devait se tenir du 13 au 22 mars. C'est la première fois en 34 ans que le rendez-vous de mars n'aura pas lieu, ont-ils regretté dans un communiqué.

Le géant technologique Apple a demandé à environ 12 000 de ses employés de la région de la Silicon Valley, en Californie, de travailler de la maison, « par précaution », a fait savoir un porte-parole, vendredi.

Des responsables du comté de Santa Clara, où se trouve le siège social d'Apple, ont déjà demandé à d'autres grands employeurs de la région d'envisager le télétravail et des techniques pour limiter les contacts.

En date de jeudi, cinq cas de contamination au coronavirus avaient été confirmés.

Un peu plus au nord, dans l'État de Washington, l'Université d'État a annoncé elle aussi, vendredi, que dorénavant ses étudiants suivraient leurs cours et passeraient leurs examens à distance. Sise à Seattle, l'université accueille 46 000 étudiants. L'État de la côte ouest américaine est pour l'instant l'épicentre de l'épidémie au pays de l'Oncle Sam, avec 10 des 12 décès recensés.

Les écoles primaires et secondaires des deux districts touchés ont aussi fermé cette semaine pour 14 jours.

Nous ne sommes plus en mesure d'offrir une instruction de qualité et de maintenir un environnement sûr, a expliqué aux familles la responsable de l'Éducation Michelle Reid.

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !