•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La garderie Les P’tits Loups de Saint-Georges peine à recruter des éducateurs

Des enfants à la garderie.

En juin 2019, la garderie Les P'tits Loups, à Saint-Georges, a reçu un financement des gouvernements manitobain et canadien.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La garderie francophone Les P’tits Loups de Saint-Georges, située au nord-est de Winnipeg, éprouve des difficultés à recruter des éducateurs en raison d’une pénurie de main-d’oeuvre dans le domaine de la petite enfance.

En juin 2019, la garderie a reçu un financement de 294 000 $ des gouvernements provincial et fédéral. Cette somme devait permettre de terminer les travaux de construction du bâtiment accueillant les petits et assurer l’ouverture de la garderie en septembre 2019.

Toutefois, le centre d’apprentissage n’a pu trouver une directrice qu’au début du mois de mars, et maintenant, c’est la quête d’éducateurs et d’aides en jeune enfance qui met des bâtons dans les roues de l’ouverture de la garderie qui est attendue depuis 5 ans.

C’est vraiment très difficile de trouver des directrices et des éducatrices, surtout francophones, se désole la nouvelle directrice des P’tits Loups, Cédelynne Lachance, qui regrette l’offre actuelle de scolarisation pour les éducateurs et les aides de la jeune enfance au Manitoba.

Après avoir suivi les programmes d’éducation de la jeune enfance de niveaux 1 et 2 à l’Université de Saint-Boniface, Cédelynne Lachance a dû changer d’établissement scolaire afin de suivre le programme de niveau 3, qui est nécessaire pour devenir directrice de garderie et qui n’est pas offert par l’université francophone.

En outre, certains programmes en jeune enfance dans les universités, tels que celui d’Assiniboine College, viennent d’être gelés. Ça empêche que les étudiantes continuent leur formation [...] pour devenir directrices et éducatrices, dit-elle.

Même si les étudiants réussissent leur programme de niveau 2 pour devenir éducateurs, Cédelynne Lachance avoue que c’est un maigre salaire qui les attend dans le monde du travail. La paie de départ pour les éducateurs de la petite enfance nouvellement diplômés au Manitoba est de 15,50 $ l’heure.

« C’est vraiment très difficile de vivre d’un salaire d’éducatrice de la jeune enfance, surtout avec une famille. »

— Une citation de  Cédelynne Lachance, directrice de la garderie Les P'tits Loups

Un autre facteur qui nuit à l’embauche d’éducateurs à la garderie est son emplacement, affirme Mme Lachance. La communauté francophone rurale se situe à environ 125 kilomètres au nord de Winnipeg. Ce n’est pas toujours facile pour les éducatrices et ceux qui aimeraient travailler en jeune enfance, de venir dans une région rurale, avoue-t-elle.

Néanmoins, Cédelynne Lachance confirme que la garderie est dans la dernière ligne droite et qu’elle devrait ouvrir ses portes après que tous les postes seront pourvus et que les dernières inspections seront réalisées les 23 et 24 mars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !