•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fédéral injecte 27 M$ dans la recherche sur le coronavirus

Scientifique travaillant dans un laboratoire de recherche pharmaceutique.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le gouvernement du Canada investit 26,8 millions de dollars sur deux ans pour accélérer l’élaboration, la mise à l’essai et l’application de mesures pour gérer l’éclosion de COVID-19.

Les fonds investis soutiendront 47 équipes de recherche de 19 universités canadiennes qui produiront de nouvelles données sur la façon de faire face à l’éclosion de COVID-19.

Le Canada compte certains des plus grands scientifiques du monde, et cet investissement leur permettra de mener des recherches de pointe sur le nouveau coronavirus.

Patty Hajdu, ministre de la Santé

Le gouvernement a choisi de cibler tant la recherche sur les contre-mesures médicales que les contre-mesures sociales et stratégiques afin d’assurer un équilibre dans l’intervention de recherche.

Du côté médical, les recherches porteront sur la transmission et la source du coronavirus, la détection précoce et la surveillance, de même que les vaccins expérimentaux.

Du côté social et stratégique, les projets de recherche examineront la façon dont les personnes et les communautés comprennent la maladie et y réagissent, et mettront au point des stratégies pour lutter entre autres contre la peur, la désinformation et la stigmatisation.

Une concertation organisée à vitesse grand V

La diligence avec laquelle les scientifiques et le gouvernement ont réussi à confirmer le financement de ces dizaines de projets a été soulignée lors du point de presse, tant par les ministres présents que le président des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), le Dr Michael Strong.

Habituellement, il peut s'écouler d'un an et demi à deux ans entre une demande de subvention de recherche et l'annonce de son financement. Nous avons déjà réussi, en travaillant avec le Comité de coordination de la recherche au Canada (CCRC), à écourter cette période à six à huit mois, mais réussir à le faire en cinq à six semaines, c'est du jamais vu, a-t-il lancé.

Michael Strong en conférence de presse.

Le Dr Michael Strong préside les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC).

Photo : Radio-Canada

Il a souligné l'apport inestimable fourni par la communauté universitaire et par les nombreux scientifiques qui ont accepté de monter des demandes de subvention en moins d'une semaine et ceux qui se sont portés volontaires pour les examiner. Chaque demande de subvention a été révisée par au moins trois experts dans le domaine.

Les six partenaires qui recevront le financement sont :

  • les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) : 16,4 M$
  • le Comité de coordination de la recherche au Canada (CCRC) – dans le cadre du fonds Nouvelles frontières en recherche (FNFR) : 7 M$
  • le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) : 1,5 M$
  • le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) : 900 000 $
  • le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRNSG) : 700 000 $
  • Génome Canada : 250 000 $

Les 47 projets de recherche ont été sélectionnés au terme d’un concours de financement lancé le 10 février dernier. Ils produiront de nouvelles données probantes sur la façon de faire face à l’éclosion de COVID-19, selon le gouvernement.

La protection de la santé et du bien-être de la population canadienne est au cœur de nos priorités. C’est à cette fin que nous finançons ces recherches, qui aideront à endiguer l’éclosion de COVID-19, a indiqué la ministre Hajdu.

La ministre du Développement international Karina Gould a souligné par voie de communiqué, que les recherches financées dans le cadre de cette initiative auront une portée mondiale, de sorte à tenir compte des besoins des pays moins développés, très vulnérables à cette éclosion.

Plus de 100 000 personnes sont présentement infectées par le coronavirus dans le monde, dont 51 Canadiens.

Les coronavirus (CoV) constituent une vaste famille de virus pouvant provoquer des maladies diverses, allant du simple rhume à des maladies plus graves. Certains coronavirus se transmettent d’un animal à l’autre, certains, d’un animal à une personne et d’autres, d’une personne à l’autre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Science