•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un dernier hommage à la jeune Océane Boyer

Une foule de gens observent un groupe libérer une colombe, qui s'envole au-dessus des têtes.

Le reportage de Mathieu Papillon.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Des centaines de personnes ont assisté vendredi matin aux funérailles d’Océane Boyer, l’adolescente de 13 ans qui a été brutalement assassinée la semaine dernière.

C’est une célébration d’espérance, un regard vers l’avenir , a confié l’abbé Robert Lemire avant la cérémonie qui a duré près d'une heure.

M. Lemire connaît la famille de la victime depuis de nombreuses années. C'est même lui qui a baptisé Océane.

Dès 8 h 30, de nombreuses personnes, des proches, des amis, des familles, des retraités, des voisins, mais aussi des anonymes, se sont rendus devant l’église Sainte-Anastasie, à Lachute, pour rendre un ultime hommage à la jeune fille retrouvée morte le 26 février.

On est tous tellement émus qu’on ne réalise pas ce qu’il se passe, a déclaré Lyne Morel, la tante de la maman d’Océane. Toute cette solidarité, a-t-elle souligné, c’est beau.

C’est tellement touchant. Le Québec est avec eux. Le monde est avec Caroline et Francis [les parents].

Une citation de :Lyne Morel, tante de la mère d’Océane
Des gens en pleurs se prennent l'un et l'autre dans leurs bras.

Les parents d’Océane Boyer et la fille de François Sénécal ont pleuré l'adolescente.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

On tient à remercier toute la population du Québec et de partout à travers le monde, a tenu à souligner l'oncle de la victime, Mario Noël. Selon ce dernier, qui a tatoué le nom de sa nièce sur son bras gauche, Océane était une petite bouille d'énergie, une petite fille qui bougeait tout le temps.

Mélanie Laroque était en pleurs en arrivant devant l’édifice. Sa fille, Coralie, présente à ses côtés, partageait les bancs d'école avec Océane. Je venais la chercher, je l’emmenais à la maison, a-t-elle raconté, la voix marquée par l'émotion.

On ne peut pas imaginer à quel point c’est dur. Coralie et Océane devaient partager la même chambre pour un voyage à New York, a-t-elle ajouté.

Plan moyen d'une femme et trois filles portant des manteaux d'hiver, à l'extérieur.

Mélanie Laroque, accompagnée par ses enfants, a bien connu Océane Boyer, qui fréquentait la même école que sa fille.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Devant l’église, Francine Goyer a dit de son côté ne pas trouver les mots. Je vais juste essayer de soutenir la famille, a-t-elle glissé avant de rejoindre les parents d’Océane, arrivés en tout début de matinée dans l’église.

La famille, d’ailleurs, n’a pas voulu condamner les proches de François Sénécal. Selon l’abbé, la femme et les enfants de celui qui est accusé de meurtre au premier degré ont été conviés par les parents d’Océane à s’installer à leurs côtés, dans l’église.

Depuis sa terrasse, Nathalie Poirier a observé cette longue file de personnes qui patientaient pour présenter leurs condoléances, avant d’entrer dans l’église. On connaissait tous un petit peu la famille ou quelqu’un de la famille. C’est vraiment effrayant ce qui est arrivé, a-t-elle dit, tandis qu’à ses côtés, son ami Robert Daoust s'est dit révolté.

Gros plan de Pierre-Hugues Boisvenu, pleurant.

Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu est venu apporter son soutien à la famille d'Océane Boyer.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Parmi les centaines de personnes présentes, on retrouvait également le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu. Ce dernier a perdu ses deux filles. L’une d’entre elles a été assassinée en 2002. C’est essentiel d’être ici, c’est une obligation, a spécifié, les larmes aux yeux, celui qui milite pour le droit des victimes.

[Perdre un enfant], c’est un coup terrible. On perd ses rêves, on ne voit pas son enfant grandir. Tout s’en va en fumée.

Une citation de :Pierre-Hugues Boisvenu, sénateur
Une photo encadrée d'Océane Boyer est posée sur le banc passager d'une voiture.

La jeune Océane Boyer a été retrouvée morte le 26 février dernier, à Brownsburg-Chatham.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Océane Boyer a quitté son domicile de Lachute le matin du 26 février pour se rendre à l’école et n’est jamais arrivée à destination. Son corps a été retrouvé par un citoyen le jour même vers 11 h 15, en bordure d'une route à Brownsburg-Chatham, dans les Laurentides. Il portait des marques de violence.

Considéré comme un ami de la famille depuis une vingtaine d’années, François Sénécal, 51 ans, a été accusé vendredi dernier, au palais de justice de Saint-Jérôme, du meurtre d’Océane Boyer.

La suite du procès est prévue le 20 mars.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.