•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Où en sont les négociations dans le secteur public?

Entrevue avec le président du Conseil du Trésor Christian Dubé

Christian Dubé, lors d'une conférence de presse, est assis derrière une table. Il parle dans un micro.

Christian Dubé, président du Conseil du Trésor et ministre responsable de l’Administration gouvernementale, a présenté le 12 décembre 2019 des offres aux syndicats des secteurs public et parapublic.

Photo : Radio-Canada

Après avoir mis le pied sur l’accélérateur, le gouvernement et les grandes centrales syndicales ont ralenti le rythme auquel le renouvellement des conventions collectives des employés de l'État québécois sont négociées. Radio-Canada s’est entretenu avec Christian Dubé, le président du Conseil du Trésor et ministre responsable de l’Administration gouvernementale, pour faire le point.

À la mi-mars, il y avait eu cette idée d’accélérer les négociations compte tenu de la crise. Où en êtes-vous?

On aurait tous aimé régler avant la fin des conventions collectives, le 31 mars. C’est tout à fait normal. Ce que notre premier ministre avait demandé au négociateur en chef : étant donné l’urgence de la situation, ne devrait-on pas essayer de faire un blitz de négociations en y incluant les demandes très pressantes au niveau de la sécurité pour le secteur de la santé?

Quand on a vu, pour un ensemble de raisons, qu’on n’était pas capable de régler le renouvellement et la question de la sécurité dans un délai aussi court, on s’est concentrés sur la question de sécurité, ce qui nous a menés aux fameuses mesures COVID-19 en santé, principalement les primes de 4 et de 8 %.

Pour être très clair, les négociations ont beaucoup avancé pendant cette période. Il y avait vraiment un blitz qui se faisait en santé et ce n’est pas du temps perdu. C’est peut-être la précision que j’aimerais vous faire.

Et maintenant, comment qualifiez-vous le rythme de négociations?

Je dirais qu'il est « normal ». Il y a un élan que les deux côtés ne veulent pas perdre. Il n’y a personne qui y soit forcé, mais les centrales syndicales réalisent très bien, comme tous les citoyens du Québec, que les conditions changent tellement et que tout le monde a avantage à avancer parce qu’on ne sait pas ce qui nous attend demain.

Quand vous dites cela, certains vont dire que c’est une menace à peine voilée. Leur dites-vous : la prochaine offre pourrait être moindre que celle faite en décembre?

Pour être très clair, l’offre qu’on a proposée au mois de décembre tient toujours.

Et elle va tenir pour... toujours?

Je ne suis pas garant de l’avenir. J’ai un ministre des Finances qui joue dans un casse-tête très complexe. Je ne dirais pas que ça va tenir toujours. C’est pour ça qu’il y a un avantage à continuer les discussions qu’on a eues depuis plusieurs semaines maintenant. Je pense que tout le monde le réalise. Alors, les négociations continuent.

Dernièrement, il a été question de prolonger les conventions collectives pour une durée de trois ans plutôt que de cinq ans. Aujourd’hui, sommes-nous de retour à l’offre sur cinq ans?

Je ne veux pas être plate, mais ça fait partie des négociations. Pour moi, la période est aussi un élément important. Alors, on avait offert, au début, cinq ans. Il y a eu des discussions de part et d’autre pour regarder une période plus courte. Moi, je pense que tout est sur la table en ce moment.

La prime d'exposition temporaire de 8 % offerte aux préposés aux bénéficiaires dans le secteur public en raison de la COVID-19 est-elle là pour rester?

La plupart des primes que l’on fait à l’intérieur des mesures d’urgence en santé sont renouvelables tous les 10 jours. On a dit que ce serait au moins jusqu’au 1er mai. Au 1er mai, on prendra une décision.

Est-ce le reflet de ce que vous vous souhaitez comme bonification dans la nouvelle convention collective?

Ha ha! C’est une bonne façon de poser la question, mais je ne veux pas discuter des offres sur la place publique.

Au sujet des enseignants, les conditions économiques défavorables à l’horizon pourraient-elles influencer la négociation en vue d’une bonification de leur rémunération?

On n’a pas changé de principe. [Comme pour les préposés aux bénéficiaires], on veut qu’il y ait une offre différenciée pour les enseignants. Notre objectif est toujours le même : finir avec des offres raisonnables pour tout le monde, mais avec des prédispositions pour ces deux secteurs.

Le 1er avril, vous avez ordonné un gel des embauches dans les ministères et organismes en raison de la pandémie. Comptez-vous en profiter, comme le prétendent des syndicats, pour réduire le personnel de la fonction publique?

C’est certain que cette crise va nous questionner dans les prochaines semaines et prochains mois sur nos choix. Notre priorité, c’est le service à la clientèle; il n’y aura jamais de baisse de services à la population, et particulièrement en santé. Lorsqu’on parlait d’embauche de personnel, c’était au niveau administratif. On se rend compte qu’on a des possibilités avec les changements en cours dans la société en général, notamment avec le télétravail. C’est sûr qu’on va regarder d’autres façons de travailler. Une chose que je veux dire, et c’est ce qu’on a demandé à nos ministères de dire, [c'est] comment peut-on se questionner sur la façon dont on dépense et dont on engage.

Pourrait-il donc y avoir des modifications fondamentales dans les secteurs de l'administration publique qui ne donnent pas de services directs à la population, voire une réduction du personnel?

Moi, je n’ai jamais été un fervent de réduction. J’ai toujours été un fervent d’attrition. On a la chance de questionner la façon dont on travaille. On a même des fonctionnaires qui nous disent avoir une meilleure qualité de vie et « mon Dieu, on est encore plus efficaces » avec le travail que l’on fait maintenant grâce aux outils disponibles.

Alors, doit-on en comprendre que l’attrition de 5000 postes dans la fonction publique prévue par votre gouvernement pourrait être plus importante?

Je ne suis pas rendu là. On a annoncé en mars qu’on était sur la cible. On continue. En temps de crise, il faut toujours être prudent. Pour moi, en ce moment, je garde nos objectifs.

L'entrevue a été éditée par souci de concision et de clarté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique