•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Twitter étend ses mesures de lutte contre les propos haineux

Le logo de Twitter.

Twitter est régulièrement accusé de ne pas en faire assez pour lutter contre les discours de haine.

Photo : AFP/Getty Images / LEON NEAL

Agence France-Presse

Le réseau social tente d'encadrer davantage des échanges en ligne, souvent virulents, voire violents.

Le réseau social avait décidé en juillet dernier de filtrer les propos haineux liés à la religion.

Aujourd'hui, nous étendons cette règle aux propos qui déshumanisent sur la base de l'âge, d'un handicap ou de la maladie, a indiqué Twitter jeudi dans un communiqué en ligne.

La plateforme fournit des exemples de messages qui seront désormais retirés s'ils lui sont signalés : Tous les gens (de tel âge) sont des sangsues et ne méritent pas notre soutien ou encore Les gens qui ont (telle maladie) sont des rats qui contaminent tout le monde autour d'eux.

Ce dernier exemple résonne avec la crise actuelle du nouveau coronavirus, qui force les plateformes à réagir aux contenus haineux ou mensongers, des messages racistes aux faux produits miracles en passant par des théories du complot.

Notre souci principal est de nous attaquer au risque de violences dans la vie réelle, et les recherches montrent que les propos déshumanisants augmentent ce risque, détaille Twitter dans son communiqué, sans faire référence au virus.

Concilier la censure des propos haineux et la liberté d'expression

Le réseau des gazouillis est engagé dans un mouvement plus large de lutte contre les propos haineux sur sa plateforme.

Il applique déjà des règles claires concernant tous les messages appelant spécifiquement à la violence contre un individu ou une communauté, glorifiant le terrorisme ou harcelant une personne en particulier.

Toutefois, comme les autres réseaux sociaux, Twitter est régulièrement accusé de ne pas en faire assez pour lutter contre les discours de haine. Le groupe tente, difficilement, de concilier cet objectif avec la préservation de la liberté d'expression.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !