•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brian Pallister s’oppose aux petits déjeuners gratuits dans les écoles

En flou, des élèves qui déjeunent à une longue table.

Pour Keren Taylor-Hughes, la présidente-directrice générale de Moisson Winnipeg, nourrir les élèves améliore l’attention et favorise l’apprentissage des jeunes.

Photo : Radio-Canada / LAURENCE ROYER

Gavin Boutroy

Le premier ministre du Manitoba a déclaré mercredi lors d’un échange au palais législatif qu’il s’opposait à la création d’un programme de la province pour offrir des petits déjeuners gratuits dans les écoles. Une prise de position dénoncée par des enseignants et des organismes charitables.

Lors de la première journée de la session législative du printemps, le chef du Nouveau parti démocratique (NPD) Wab Kinew a demandé la création d’un programme de petits déjeuners universels pour les élèves de la maternelle à la douzième année du Manitoba.

Le premier ministre a rétorqué que ce n’est pas le rôle d’un gouvernement. Si des enfants ont faim lorsqu’ils vont à l’école, c’est que des parents n’honorent pas leurs responsabilités, a lancé M. Pallister.

Il a déclaré par la suite qu’un gouvernement devrait examiner les raisons de la faim d’un élève, telles que la pauvreté des parents, en ajoutant que son gouvernement progressiste-conservateur était engagé à aider les familles à joindre les deux bouts.

Enlever des enfants à leurs familles

Le premier ministre soutient par ailleurs qu’un programme de petits déjeuners à l’école a l’effet non voulu d’empêcher que des enfants passent du temps précieux avec leurs parents.

Il affirme que de nombreuses études montrent les effets positifs de souper en famille. Vous ne pouvez pas prendre le repas et le donner à un établissement, l’arracher à une mère monoparentale pour qu’elle ne puisse pas passer du temps avec son enfant, dit-il.

Le NPD s'est récemment déclaré en faveur d’un programme de petits déjeuners gratuits pour les écoles publiques au Manitoba, afin qu’aucun élève ne souffre de la faim à l’école. C’est une cause que soutient le syndicat des enseignants, le Manitoba Teachers Society, qui représente plus de 16 000 enseignants.

Wab Kinew affirme qu’il n’était pas convaincu par les arguments du premier ministre. Je ne comprends pas les valeurs d’une personne prête à se mettre debout et affirmer que nous ne devrions pas nourrir des enfants qui ont faim, dit-il.

En collaboration avec des organismes communautaires, la province a servi 4,8 millions de goûters et de repas aux élèves au courant de l’année scolaire précédente.

« J’ai faim »

Sheena Rohne, une enseignante de quatrième année à Vita, au sud-est de Winnipeg, est confrontée à la faim de ses élèves tous les jours.

Elle affirme que certains élèves lui demandent tous les jours à manger. Certains autres lui glissent des notes. Sur une note qu’elle a reçue récemment, il était tout simplement inscrit : « j’ai faim ».

Une petite note jaune placée sur un bureau.

Une note en anglais sur laquelle il est écrit « j'ai faim », dans la plume d'un enfant. L'enseignante Sheena Rohne affirme qu'elle a pleuré lorsqu'elle a reçu cette note d'un élève.

Photo : Sheena Rohne

Ça me fend le coeur, j’ai des enfants, et je ne peux pas imaginer de devoir demander à quelqu’un d’autre de les nourrir, dit-elle, en ajoutant qu’elle était déçue des commentaires du premier ministre.

Je ne crois pas qu’il comprenne ce auquel on est confronté tous les jours dans nos salles de classe », poursuit Mme Rohne, Je comprends qu’il y a le problème plus large de la pauvreté [...] Mais je pense que nous avons besoin de quelque chose aujourd’hui, demain, pour nourrir les enfants dans nos salles de classe.

Les enfants, responsabilité de la collectivité ?

Pour Keren Taylor-Hughes, la présidente-directrice générale de Moisson Winnipeg, nourrir les élèves améliore l’attention et favorise l’apprentissage des jeunes. Elle affirme que ces programmes coûtent moins cher sur le long terme qu’un jeune qui a faim, car ils favorisent l’assiduité scolaire.

Moisson Winnipeg offre entre autres un programme de petits déjeuners gratuits le week-end pour des élèves de 43 écoles dans des quartiers défavorisés, et que la demande ne cesse d’augmenter, car le prix des aliments augmente.

Daniel Germain est le président et co-fondateur du Club des Petits déjeuners. Il travaille sur cet enjeu depuis 25 ans. Pour lui, les propos du premier ministre sont « surprenants ».

Un enfant sur quatre et un enfant sur deux dans les communautés des Premières Nations [sont dans des situations de pauvreté]. Nous, on a toujours pensé que les enfants appartiennent à la communauté, dit M. Germain.

C'est un peu comme l'expression : ça prend un village pour élever un enfant. Donc la responsabilité collective c’est de s'assurer qu'on peut accompagner les enfants vers la réussite scolaire, conclut-il.

Avec les informations d'Aidan Geary et d'Ian Froese

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Pauvreté