•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : le Canada n’a pas l’intention de fermer ses frontières, dit Trudeau

Justin Trudeau.

Justin Trudeau affirme que les actions de son gouvernement sont basées sur les recommandations de l'OMS et d'experts canadiens.

Photo : The Canadian Press / Frank Gunn

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré jeudi que le Canada n'interdirait pas aux voyageurs étrangers en provenance de pays aux prises avec le COVID-19 d’entrer au pays.

Selon lui, les réactions instinctives ne contribueraient pas à arrêter la propagation du nouveau virus.

M. Trudeau a souligné que la démarche du Canada diffère de celle adoptée par certains de ses plus proches alliés.

Le président américain Donald Trump a notamment affirmé que le faible nombre d’infections aux États-Unis s’expliquait par la fermeture des frontières aux voyageurs provenant des pays touchés par l’épidémie.

En Australie, le premier ministre Scott Morrison a annoncé jeudi que les frontières du pays étaient fermées aux étrangers provenant de Chine, d’Iran et de Corée du Sud.

Quant aux citoyens australiens et aux résidents permanents provenant de ces pays, ils devront se placer en isolement durant deux semaines.

Interrogé pour savoir si le Canada pourrait prendre des mesures similaires, M. Trudeau a répondu que les décisions prises par Ottawa sont basées sur les meilleures recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et des formidables experts en santé qui travaillent au Canada et dans le monde.

Selon les dernières statistiques, il y a maintenant 47 cas confirmés de COVID-19 au Canada : 21 en Colombie-Britannique, 23 en Ontario, 2 au Québec et 1 en Alberta.

M. Trudeau a expliqué que la démarche du gouvernement consistait à informer les Canadiens de la meilleure façon de protéger leur famille et à agir sur les conseils d'experts en santé afin d'élaborer une réponse active et à jour à chaque étape du processus.

Selon la ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, les efforts de confinement retarderont, mais n’empêcheront pas, l'éclosion du COVID-19 au Canada.

Le porte-parole du Parti conservateur en matière de santé, Matt Jeneroux, a pour sa part déclaré que le gouvernement devrait envisager des processus de dépistage plus rigoureux pour les personnes entrant au Canada, des quarantaines obligatoires pour celles qui arrivent de pays à haut risque et la suspension des vols entrants dans des zones à haut risque et sortants de celles-ci.

Mercredi, la Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada, a déclaré que la fermeture des frontières n'est pas une façon efficace de contenir le virus. Elle a souligné que les mesures à la frontière fonctionnent mieux lorsqu’elles visent à informer les voyageurs des symptômes et de ce qu’ils doivent faire s’ils tombent malades.

Aucune interdiction de voyager

Le Canada n'a imposé aucune interdiction de voyager pour le moment.

Affaires mondiales Canada a publié des avis aux voyageurs vers divers pays, qui sont mis à jour régulièrement pour refléter l'évolution des niveaux de risque.

Sur le site du ministère, il est indiqué d’éviter tout voyage non essentiel en Chine, mais d’éviter tout voyage en Iran. En ce qui concerne la Corée du Sud, le ministère recommande de faire preuve d’une grande prudence. Quant à l’Italie, le plus important foyer du virus en Europe, il est indiqué de prendre des mesures de sécurité normales et d'éviter les voyages non essentiels dans le nord du pays.

Aux voyageurs revenant de Hubei, en Chine – l'épicentre de l'épidémie –, et de l'Iran, où une épidémie importante est en cours, on demande de s'isoler pendant deux semaines après leur arrivée au pays.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !