•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Maison Nazareth précise quel montant sera exigé des résidents

Les responsables du refuge pour sans-abris ont pourfendu ceux qui les critiquent.

Trois hommes de profil parlent devant des micros posés sur une table.

Au centre, Jean Dubé, directeur général de la Maison Nazareth, le 5 mars 2020

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les responsables de la Maison Nazareth, un refuge pour sans-abris, ont organisé une conférence de presse jeudi à Moncton et durant laquelle ils ont précisé quels frais ils comptent exiger des itinérants et pourfendu ceux qui critiquent leur plan d’affaires.

L’organisme prélèvera un montant de 144 $ du chèque d’aide sociale des résidents de la Maison Nazareth, a expliqué le directeur général Jean Dubé. Il s’agit d’un montant réservé à l’hébergement qui est ajouté à la somme que reçoit du gouvernement provincial un assisté social qui fournit l’adresse de l’organisme comme lieu de résidence.

Trois hommes assis à une table devant des micros.

Damien Dauphin (gauche), Nicolas Parisi (centre) et Jean Dubé (droite), respectivement vice-président du conseil d'administration, président du conseil d'administration et directeur général de la Maison Nazareth, le 5 mars 2020

Photo : Radio-Canada

S'ils ne demeuraient pas ici, ils n'auraient pas le 144 $. C’est un frais d'hébergement. S'ils n'étaient pas ici, ils n'auraient que le montant de base, a dit M. Dubé.

Les gens qui ne reçoivent pas une aide sociale de 537 $ par mois n’auront pas à payer, a précisé M. Dubé, réitérant les commentaires faits en entrevue avec Radio-Canada samedi dernier.

Si une personne n'a aucun revenu, [elle] paiera zéro, a-t-il déclaré jeudi. Il rappelle que le refuge d'urgence est un hébergement dont la durée est d'une nuit à un mois. Ils ne paieront pas, parce que le premier mois est gratuit. Pour le refuge d'urgence, il n'y a pas de frais, dit-il.

Honte à vous

Aux côtés du président du conseil d’administration de la Maison Nazareth, Nicolas Parisi, Jean Dubé a vivement dénoncé les personnes ayant critiqué les intentions de l’organisme de demander des frais aux gens qu'il héberge.

Jean Dubé et Nicolas Parisi estiment que la nouvelle au sujet des frais demandés aux résidents de la Maison Nazareth a circulé dans les médias contre leur gré. Cette information, a affirmé M. Dubé, c'est sorti par un des clients par Facebook.

Groupe de messieurs assis à une table devant des micros.

Damien Dauphin (gauche), Nicolas Parisi (centre) et Jean Dubé (droite), respectivement vice-président du conseil d'administration, président du conseil d'administration et directeur général de la Maison Nazareth, le 5 mars 2020

Photo : Radio-Canada

Les deux hommes ont discouru longuement sur les critiques dont ils ont été l’objet depuis la semaine dernière, mais refusé de nommer les personnes envers qui ils dirigeaient leurs attaques.

Vous savez qui vous êtes, honte à vous, a lancé Jean Dubé. Des commentaires comme ceux-là ne sont pas productifs. Les gens qui ont donné ces commentaires devraient avoir honte.

M. Parisi a parlé de son côté d’une insulte envers le refuge.

Des lits superposés dans un dortoir.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le nouveau refuge de la Maison Nazareth, à Moncton au Nouveau-Brunswick, en janvier 2020

Photo : Radio-Canada

Demander un montant d’argent à certaines des personnes hébergées à la Maison Nazareth a toujours fait partie du plan d’affaires de l’organisation, ont indiqué les responsables, jeudi.

Un plan d'affaires qui ne sera pas public

Jean Dubé a déclaré que le plan d’affaires de 15 ans préparé par un comptable agréé ne serait pas rendu public.

Le plan financier nous a coûté plusieurs milliers de dollars, a-t-il dit. Ça appartient à la Maison Nazareth. De partager ça présentement, on ne se sent pas confortables avec ce qu'on lit dans les médias. Parce que vous savez qu'il y a d'autres organisations aussi qui nous ont critiqués, donc aller leur donner cette information-là, non merci.

Nicolas Parisi assis à une table devant des micros.

Nicolas Parisi, président du conseil d'administration de la Maison Nazareth, le 5 mars 2020 à Moncton

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

Nicolas Parisi a précisé que ce plan d’affaires avait été partagé avec les gouvernements du Nouveau-Brunswick et du Canada.

Des informations sur les revenus et dépenses de l'organisme de bienfaisance se trouvent toutefois sur le site du gouvernement fédéral.

Avec des renseignements de Tori Weldon (CBC) et Marielle Guimond

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !