•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

SABSA étend ses services en région avec une clinique mobile

Un camion Mercedes blanc porte l'inscription de Sabsa

La coopérative de solidarité SABSA déploie une clinique mobile de santé.

Photo : Radio-Canada / Hans Campbell

Radio-Canada

La clinique de solidarité SABSA a maintenant un véhicule de fonction pour offrir des services à l’extérieur des centres urbains et aider à prévenir les surdoses d'opiacés.

Le véhicule a été aménagé un peu comme une clinique, raconte l’intervenant Thomas Fréchette. À l’intérieur, il y a une table de consultation, du rangement, une centrifugeuse, tout ce qu’il faut pour faire des prélèvements et des tests.

Les services mobiles seront financés par le CIUSSS de la Capitale-Nationale et ils s’ajoutent aux services offerts par la clinique au centre-ville de Québec.

Selon la directrice générale de SABSA, Amélie Bédard, ce n’est pas parce que la toxicomanie est moins visible dans des régions comme Portneuf et Charlevoix que les besoins sont inexistants.

La dépendance aux opiacées et la toxicomanie, elle se retrouve partout. C’est juste que dans certains secteurs, c’est plus invisible, c’est plus caché, c’est plus tabou, a-t-elle expliqué en entrevue à l'émission C'est encore mieux l'après-midi.

Nouvelle clientèle

Le défi principal sera de tisser des liens et une relation de confiance avec une clientèle que les intervenants connaissent moins bien. La clinique SABSA compte y arriver avec l’embauche de personnel provenant des régions ciblées.

Les pairs aidants qu’on a recrutés pour venir travailler avec l’équipe interdisciplinaire sur le mobile sont des gens qui proviennent de ces secteurs-là et qui ont une excellente connaissance du terrain, fait valoir Amélie Bédard.

Thomas Fréchette, qui travaillera lui aussi sur le terrain avec l’équipe mobile, estime que l’expertise développée par SABSA au cours des dernières années sera fort appréciée des ressources d’aide en région qui, parfois, on moins de moyens.

On peut leur offrir une perspective multidisciplinaire avec une infirmière, un pair aidant, un intervenant et on a aussi accès à d’autres ressources qui sont les spécialistes de la clinique à Québec.

L’équipe mobile aura aussi pour mandat de distribuer de la naloxone, un antidote aux surdoses d’opiacés, aux intervenants en région et aux utilisateurs de drogues par injection.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !