•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des visites en français au Musée d’art Mackenzie

Une visite guidée d'un groupe de personnes dans la galerie d'art.

John Hampton, directeur de la programmation au Musée d'art MacKenzie, présente la robe cérémoniale de Sitting Bull aux bénévoles francophones.

Photo : Raphaële Frigon

Le Conseil Culturel Fransaskois, la Société historique de la Saskatchewan et l’Association Canadienne-Française de Regina collaborent avec le Musée d’art MacKenzie pour former des bénévoles francophones qui offriront des visites guidées.

Ces visites seront offertes aux groupes scolaires et au public et ce, du 16 au 22 mars dans le contexte du Mois de la Francophonie.

Anne Brochu Lambert, présidente du Conseil Culturel Fransaskois et membre du conseil d'administration du MacKenzie, indique que cet événement émerge d’une collaboration de longue durée :Nous avons découvert avec grand plaisir qu’il y avait beaucoup d’ouverture de la part du musée pour mettre en lumière tout un pan d’histoire qui touche les francophones. On souhaite qu'ils entendent parler d’eux, et ce, dans leur langue.

Selon Anne Brochu Lambert, cette nouvelle initiative démontre l’importance de la francophonie en milieu minoritaire :Il y a toujours ce défi de pouvoir vivre sa culture, au-delà du foyer et de l’école. Pour se sentir vraiment partie prenante dans la société, c’est important qu’il y ait des joueurs d'envergure du Mackenzie.

Les visites scolaires offriront un contenu historique et culturel connexe ainsi que des activités de création artistique. Nicolle Nugent, la directrice de l'éducation au MacKenzie, concède que le musée a fait face à des difficultés à cet égard :Nous avons eu peu de succès dans l'engagement de la communauté française et des élèves francophones ici, à la galerie.

Pour Nicolle Nugent, il s’agit d’un effort conjoint pour améliorer l'offre de service de l’institution en formant des volontaires francophones : Ensemble, nous nous efforcerons de faire participer un public de tous âges à notre exposition. Nous apprendrons comment parler des œuvres d'art, et tout au long du parcours, nous allons apprendre comment accueillir des groupes scolaires.

Les écoles ont un appétit pour recevoir un service et pour avoir accès à l’art dans la langue française.

Une citation de :Anne Brochu Lambert

Pour Anne Brochu Lambert, il s’agit pour les organismes fransaskois partenaires de répondre à un besoin du système d’éducation francophone : On leur a dit pourquoi on ne ferait pas un projet pilote? On va vous fournirdes bénévoles et la compétence linguistique. On a aussi des compétences en arts, voyons si on peut faire quelque chose pour mieux servir la population.

Les visites publiques, tant qu'à-elles, seront offertes le samedi 21 mars et le dimanche 22 mars à 13, 14 et 15 heures.

Pour un dialogue sur les cultures métisses et francophones

La semaine se conclura par une table ronde le 19 mars où six panélistes vont discuter de la coexistence et de l’expression culturelle des populations métisses et francophones. Elle sera suivie d’une présentation sur Sitting Bull et le pionnier Jean-Louis Légaré dans le cadre de l'exposition The Permanent Collection: Walking with Saskatchewan.

Nicolle Nugent est persuadée que le MacKenzie est le meilleur endroit pour cet échange :Le mot "réconciliation" est très largement utilisé de nos jours, mais il faut vraiment réfléchir à ce que signifie la réconciliation pour les métis et la communauté francophone, mais où mieux l'accueillir cet événement qu'au MacKenzie? Nous avons cet engagement envers les communautés et les artistes autochtones dans notre plan stratégique, et dans la fibre même de la galerie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !