•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces femmes qu’on tue : faire la lumière sur les féminicides

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Céline Galipeau sur le plateau de l'Émission spéciale du Téléjournal sur le phénomène des féminicides.

Regardez l'émission spéciale « Ces femmes qu’on tue » animée par Céline Galipeau.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

En 2018, 63 femmes ont été tuées au Canada parce qu’elles étaient des femmes. Ce phénomène porte un nom, celui de féminicide. Mais d’où vient cette violence, pourquoi est-elle dirigée contre les femmes et comment s’en sortir? Céline Galipeau a tenté de trouver des pistes de réponse dans une émission spéciale diffusée jeudi.

Trouver des solutions pour tenter d’endiguer le phénomène de la violence conjugale passe notamment par un travail concerté entre les intervenants que sont les organismes d’aide, la police, la justice, l’éducation et la santé.

C’est ce qu’ont souligné deux ministres du gouvernement Legault qui ont dévoilé, jeudi soir à l’émission, quelques pistes de réflexion sur les changements qui pourraient bientôt être proposés.

Le problème, depuis plusieurs années, c’est qu’on travaille chacun dans nos champs de compétences. Il faut voir le problème dans sa globalité, a confié la ministre de la Justice, Sonia LeBel.

Pour illustrer cette problématique, Mme LeBel a évoqué son passé de procureure, où des interdictions de contact pouvaient être décidées au criminel, alors que des droits de garde avaient été octroyés par le Tribunal de la famille.

Les deux ministres écoutent attentivement la question de Shirley, victime de violence conjugale.

Lors de l'émission Ces femmes qu'on tue, les ministres Charest et Lebel ont répondu à des questions du public.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

En Espagne, par contre, le gouvernement a pris le taureau par les cornes depuis une quinzaine d’années. Là-bas, on distribue aux victimes de violence conjugale des cellulaires d’urgence directement connectés à la police.

Des tribunaux spécialisés ont aussi été instaurés, de même qu’un système d’évaluation des risques qui peut aller jusqu’à la protection policière 24/7. En outre, une tierce personne peut porter plainte, au nom d’une victime, pour dénoncer un cas de violence conjugale.

Ainsi, l’Espagne a enregistré 54 féminicides l’année dernière, soit 14 % de moins que le Canada qui est pourtant 33 % moins peuplé.

Alors, à quand un tel système ici?

Ce qu’on retient du modèle espagnol, c’est la globalité d’intervention. Les victimes se sentent accompagnées dès le jour 1.

Isabelle Charest, ministre québécoise de la Condition féminine

Mme Charest a récemment mentionné que le gouvernement Legault voulait promouvoir les comités A-GIR, déjà présents dans sept régions du Québec. Ces groupes pluridisciplinaires regroupent, entre autres, des intervenants sociaux, la police, la DPJ, la justice et les services de probation. Ils travaillent conjointement sur les cas les plus problématiques de violence conjugale.

À Laval, cette cellule spécialisée a ouvert 84 dossiers depuis sa création en 1998 et n’a enregistré aucun meurtre. Les trois ou quatre cas de féminicides enregistrés sur le territoire lavallois durant cette période ne relevaient pas du comité.

Oser porter plainte

Au Québec, 30 % des femmes violentées seulement portent plainte. Mais bien souvent, elles doivent ensuite se heurter à la froideur de l’enquête policière et à la lenteur de la justice.

Le système n’a pas été pensé pour aider, encadrer, supporter les femmes victimes de violence, note Louise Langevin, professeure titulaire à la Faculté de droit de l’Université Laval.

Le procès pénal lui-même est une source de violence à l’égard les femmes, ce qu’on appelle la revictimisation.

Louise Langevin, professeure à l’Université Laval
Les deux femmes sourient, côte à côte.

Nancy et Shirley, deux femmes victimes de violence conjugale, ont offert des témoignages poignants lors de l'émission « Ces femmes qu'on tue ».

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Parlez-en à Nancy et Shirley, qui ont témoigné face à la caméra de leurs calvaires respectifs. Le conte de fée qui tourne rapidement au vinaigre, les souvenirs d’enfance brûlés, les caméras et les micros installés à votre insu, la manipulation qui fait se sentir coupable, les injures qui avec le temps deviennent des claques, puis des coups de plus en plus violents, les phases de réconciliation et de promesses qui ne durent pas pour finalement aboutir au sentiment que la mort est proche.

De sa dernière raclée, Nancy se rappelle avoir eu le visage bleu, la gorge écrasée, le nez cassé, les ligaments de l’œil déchirés tellement il m'a frappé.

Leurs anciens conjoints ont écopé respectivement de deux semaines et de 90 jours de prison.

Revoir les peines

Toutefois, infliger des peines plus sévères ne peut pas se décider à l’échelon d’une province, puisque le Code criminel est de juridiction fédérale.

À la dernière rencontre fédérale-provinciale, qui a eu lieu en janvier, le Québec a été la seule province à mettre sur la table la question de la violence conjugale, a soutenu la ministre LeBel.

Le Québec compte néanmoins agir aussi sur la sensibilisation des juges, l’accompagnement des victimes, la formation des policiers et la prévention dès le plus jeune âge à l’école.

Si le phénomène n'est pas nouveau, le terme « féminicide », lui, n'est apparu qu'en 2014 dans les pages du Petit Robert. Cinq ans plus tard, en 2019, le dictionnaire en faisait son mot de l'année.

C'est donc dire qu'il n'existait pas à proprement parler lorsque 14 femmes sont mortes entre les murs de Polytechnique Montréal, il y a 30 ans. À ce jour, il n'existe toujours pas dans les pages du Larousse.

L'ONU, qui reconnaît le terme « féminicide », recensait près de 87 000 femmes tuées dans le monde en 2017. De ce nombre, plus de la moitié ont été assassinées par un conjoint ou un membre de leur famille.

Besoin d'aide pour vous ou un proche?

SOS Violence conjugale

1 800 363-9010

sosviolenceconjugale.ca (Nouvelle fenêtre)

Ligne québécoise de prévention du suicide

1 866 APPELLE

besoinaide.ca (Nouvelle fenêtre)

Réseau des Centres d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC)

1 866 532-2822

cavac.qc.ca (Nouvelle fenêtre)

Pour avoir accès à toutes les ressources disponibles au Québec, cliquez ici.

Notre dossier Ces femmes qu’on tue

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !