•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Droit entame un virage numérique décisif

L'immeuble affiche le nom du journal, à proximité d'une pancarte annonçant le marché.

Les bureaux du quotidien Le Droit sont situés au marché By d'Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Marier

Radio-Canada

Les lecteurs du journal Le Droit devront prochainement payer pour lire les articles en ligne. Maintenant que le plan financier de la coopérative formée des six quotidiens régionaux du Groupe Capitales Médias (GCM) a obtenu le feu vert, le virage numérique du journal ottavien peut aller de l'avant.

On se sent soulagés, on se dit enfin : "On va pouvoir passer à la vie coopérative". [...] Les bailleurs de fonds ont approuvé la coopérative, on peut aller de l'avant avec les prochaines étapes, lance le président de la coopérative de solidarité Le Droit, Patrick Duquette.

La nouvelle entité, qui porte le nom de Coopérative nationale de l'information indépendante (CN2i), a bouclé mercredi les ententes avec ses sept bailleurs de fonds, parmi lesquels figurent Investissement Québec (IQ), le Fonds de solidarité FTQ ainsi que le Mouvement Desjardins.

Au total, le montage financier est de 21 millions $, dont 12,3 millions $ octroyés sous forme de prêts, essentiellement pour accélérer le virage de la coopérative, a souligné CN2i. Une somme de 3 millions $ a été récoltée par les six coopératives de solidarité dans leurs communautés respectives.

De leur côté, les employés investissent 5 % de leur salaire dans le projet de rachat. Les nouveaux crédits d'impôt provincial et fédéral pour la presse écrite viennent compléter le montage financier, selon la coopérative.

Le virage numérique sera aussi décisif pour la survie de ces journaux.

On va quand même y aller progressivement. On va réduire peu à peu notre empreinte papier pour aller vers un modèle d'abonnement numérique payant, ce qui est déjà le cas pour notre édition papier, détaille M. Duquette.

Patrick Duquette pour la caméra dehors, en hiver.

Patrick Duquette, président de la coopérative de solidarité Le Droit (archives).

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Il ne cache pas que le succès de ce virage dépend aussi largement de l'appui des communautés. Jusqu'à maintenant, la réponse a été excellente, estime-t-il.

Notre rentabilité dépend du succès de ce virage numérique.

Patrick Duquette

Professeur en droit et en gestion à l’Université d’Ottawa, Gilles LeVasseur reconnaît que le quotidien francophone, dont la salle de rédaction déménagera prochainement du côté de Gatineau, doit relever un certain nombre de défis : jongler entre le numérique et le papier, aller chercher de nouveaux lecteurs, développer les abonnements et avoir un système de ressources humaines et de régimes de pension opérationnels dans tous les quotidiens.

Gilles LeVasseur en entrevue dans les bureaux de Radio-Canada Ottawa.

Gilles LeVasseur est professeur en droit et en gestion à l’Université d’Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada

À ce titre, il prend l'exemple du quotidien anglophone Globe and Mail, qui a dû procéder à d'importantes mutations.

On prévoyait son décès il y a 5, 7 ans passés. Et le Globe and Mail a gardé la version papier, ils ont coupé la grandeur du journal, ils ont coupé la quantité de pages, mais ils ont beaucoup amélioré la qualité du contenu, raconte le professeur.

Les ventes de la version papier ont augmenté justement parce qu'on était capable de jumeler ces deux éléments-là, conclut-il.

M. Duquette se dit confiant pour la suite. C'est évident qu'on a beaucoup d'espoir et d'optimisme. Si notre modèle coopératif fonctionne, j'imagine qu'il y en aura d'autres qui vont le suivre, espère-t-il.

Avec les informations de Nathalie Tremblay et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !