•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il existe au moins deux souches du nouveau coronavirus

L'une serait beaucoup plus agressive que l’autre.

Illustration du SARS-CoV-2.

Le SARS-CoV-2

Photo : NIAID-RML

Radio-Canada

Deux souches distinctes du coronavirus (SARS-CoV-2) se propagent actuellement dans la population mondiale, dont l'une serait beaucoup plus virulente que l’autre, montrent les travaux de scientifiques chinois.

Le nouveau coronavirus est responsable d’une nouvelle maladie infectieuse respiratoire appelée COVID-19 (pour CoronaVIrus Disease). Les premiers cas ont été rapportés dans la ville de Wuhan en décembre 2019.

Les récentes analyses réalisées par des équipes de l’Université de Pékin et de l’Institut Pasteur de Shanghai indiquent que le virus a muté au moins à une occasion à ce jour. L’analyse génétique de 103 génomes de SARS-Cov2 montre l’existence de deux souches (désignées L et S).

La S serait la souche la plus ancienne et la moins agressive. Elle serait responsable d’environ 30 % des infections.

La L serait apparue plus tard et serait plus agressive. Elle se propagerait également plus rapidement. Sa présence aurait cependant tendance à diminuer, peut-être en raison de l'intervention humaine qui aurait exercé, selon les chercheurs, une pression sélective plus sévère sur cette souche.

Ces travaux publiés dans le journal National Science Review (Nouvelle fenêtre) (en anglais) sont basés sur des données très préliminaires. Le chercheur Jian Lu et ses collègues affirment que des études plus exhaustives permettront dans les prochains mois de mieux cerner l'évolution et l'épidémiologie du SARS-Cov2 et du COVID-19.

Rappelons qu’un virus a habituellement tendance à perdre de sa virulence en mutant et en se transmettant de personne à personne. Ce n’est cependant pas toujours le cas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Médecine

Science