•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'importance des arts et de la culture pour l'économie du Nouveau-Brunswick

Image d'un graphique de la province du Nouveau-Brunswick, avec un signe de dollars, une note de musique et l'icône d'un peintre.

L'industrie culturelle représente 550 millions du produit intérieur brut de la province du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Kristel Mallet

Radio-Canada

Deux études récentes révèlent que l'industrie des arts et de la culture a une incidence importante sur l'économie du Nouveau-Brunswick.

Le premier rapport réalisé en 2019 par l'économiste David Campbell offre une vue d'ensemble du secteur culturel, de ses travailleurs et de son apport économique dans la province. D'après les données de Statistique Canada de 2017 mentionnées dans le rapport, le secteur culturel représente environ 550 millions de dollars du produit intérieur brut de la province. Le secteur arrive donc deuxième, juste après le raffinage du pétrole.

Tableau montrant le PIB provincial par secteur au Nouveau-Brunswick.

La raffinerie de pétrole Irving est la plus grande du pays.

Photo : Radio-Canada / Kristel Mallet / Camille Bourdeau

Une nouvelle étude a été commandée par six organismes culturels embauchant environ 40 % des travailleurs du milieu culturel de la province. L’étude montre que, bien que la culture soit l'un des secteurs économiques les plus importants, le Nouveau-Brunswick est l'une des provinces canadiennes qui reçoivent le moins de financement de la part des secteurs privé et public.

Les six organismes ayant demandé l'étude

  • Ballet Atlantique Canada
  • Galerie d'art Beaverbrook
  • Symphonie Nouveau-Brunswick
  • Théâtre l’Escaouette
  • Théâtre Nouveau-Brunswick
  • Théâtre populaire d'Acadie

Pour ces organismes, ce nouveau rapport servira donc à démontrer qu'investir dans la culture rapporte au gouvernement. Ça nous permet d’avoir les données probantes pour montrer la valeur et l’apport que l’on contribue au niveau de l’économie, dit Rachel Maillet-Bard, membre du conseil d’administration de Ballet Atlantique Canada.

Un moment donné, il va falloir reconnaître qu'investir dans les arts et la culture, c’est investir dans les retombées économiques; l’argent nous revient.

Une citation de :Philippe Beaulieu, président de l’Association acadienne des artistes professionnels du Nouveau-Brunswick
Philippe Beaulieu, le président de l’Association acadienne des artistes professionnels du Nouveau-Brunswick, sourit à la caméra devant trois tableaux d'art acadien sur le mur de briques.

Philippe Beaulieu, le président de l’Association acadienne des artistes professionnels du Nouveau-Brunswick

Photo : Radio-Canada / Camille Bourdeau

Importations et exportations culturelles

Le Nouveau-Brunswick est la province canadienne qui possède le produit intérieur brut par personne le plus faible en ce qui a trait aux contributions culturelles. Cela s'explique entre autres parce qu'il y a un déficit entre les importations et les exportations culturelles.

Tableau des contributions du secteur culturel au PIB par personne, par province.

La province du Nouveau-Brunswick se retrouve en bas de la liste.

Photo : Radio-Canada / Kristel Mallet / Camille Bourdeau

Pour chaque dollar canadien dépensé pour importer des produits culturels dans la province, seulement 0,29 cent sont dépensés pour en exporter. On ne peut pas faire une planification à long terme. Au niveau [du développement] d'un marché, ça pose plusieurs défis, explique Élise Desveaux Graves, codirectrice générale du théâtre l’Escaouette.

Deux femmes et un homme sont assis autour d'une table de cuisine sur une scène pendant une pièce de théâtre.

Les comédiens de la pièce de théâtre « Tsunami » dans la salle de l'Escaouette (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Robichaud

Arts, culture et immigration

Outre les revenus bruts, Ballet Atlantique soutient que la culture peut faire partie de la solution pour attirer de nouveaux arrivants dans la région. Rachel Maillet-Bard signale que l’organisme reçoit plus de 400 demandes par année, pour une capacité de 7 à 12 danseurs. Ces demandes viennent aussi de l’extérieur du pays. Ballet Atlantique aimerait d'ailleurs que le secteur culturel participe davantage dans les campagnes de recrutement en immigration.

Une femme en entrevue dans les locaux de Radio-Canada.

Rachel Maillet-Bard, membre du conseil d’administration de Ballet Atlantique Canada

Photo : Radio-Canada / Camille Bourdeau

Le secteur culturel représente actuellement près de 7600 emplois dans la province. À la veille du budget provincial qui sera rendu public le 10 mars prochain, les six organismes souhaitent que les autorités gouvernementales investissent de façon stratégique, afin de permettre à ce secteur de se développer et de potentiellement rapporter encore plus.

D'après le reportage de Camille Bourdeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !