•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet de GNL Québec : un investisseur majeur abandonne le navire

Le reportage de Mathieu Dion

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'avenir du projet de gazoduc et d'usine de liquéfaction de gaz naturel au Saguenay vient de perdre un allié majeur : le milliardaire Warren Buffet. Son fonds Berkshire Hathaway a renoncé la semaine dernière à investir dans GNL Québec, de quoi compromettre l'avenir du projet Énergie Saguenay.

C'est sûr que c'était un investisseur très important pour la suite du projet, admet la directrice principales-Affaires publiques et relations avec les communautés de GNL Québec, Stéphanie Fortin. La perte du groupe piloté par Warren Buffet prive de milliards de dollars le projet d'usine.

Les blocages ferroviaires seraient la principale cause de son retrait.

Les acteurs économiques de la région ont vivement réagi à la nouvelle. Un investisseur a besoin des signaux positifs d'un gouvernement et bien sûr que quand on bloque les chemins de fer pendant 29 jours, il y a de l'inquiétude, croit le président de Promotion Saguenay, Michel Potvin.

De son côté, le directeur général de Port Saguenay soutient que le Canada est vu comme un endroit risqué pour investir au niveau des ressources naturelles. Il s’agit pour lui d’une mauvaise nouvelle.

Réactions politiques

Le premier ministre du Canada a réagi à la nouvelle. Justin Trudeau assure que des mesures sont en place pour trouver un équilibre entre environnement et économie.

Avec les changements climatiques, avec la conscientisation environnementale de tellement de consommateurs et d’investisseurs, nous avons besoin de faire plus pour démontrer que les emplois qu’on est en train de créer, que les investissements qu’on est en train d’attirer vont pouvoir réussir dans un monde où la réalité des changements climatiques frappe de plus en plus fort.

Justin Trudeau s'adresse à un micro.

Le premier ministre Justin Trudeau a réagi à la nouvelle.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Le député bloquiste de Lac-Saint-Jean, Alexis Brunelle-Duceppe, n'est pas surpris par la décision du fonds d'investissement du milliardaire Warren Buffet. Selon lui, il s'agit d'une tendance lourde des investisseurs à s'éloigner des projets d'énergie fossile. Il estime que la région, avec son industrie de l'aluminium et la forêt, est bien placée pour trouver une alternative au projet de GNL Québec.

La planète s’en va vers une transition, vers une économie verte. Puis là, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, un des endroits au monde où on est le mieux placé pour profiter de cette transition-là, on a l’aluminium le plus vert au monde, en prime, on a la foresterie et le bois qui est une ressource renouvelable puis qui va contrer plus facilement les GES en captant les émissions de carbone, indique-t-il.

À Québec, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et députée de Chicoutimi, Andrée Laforest, ne croit pas que le projet de GNL Québec soit compromis malgré le désistement d'un important investisseur. Mme Laforest n'exclut pas une aide financière du gouvernement provincial pour soutenir ce projet qui, dit-elle, créera 6000 emplois lors de la phase de construction.

On se croise les doigts. Il faut aller chercher d'autres investisseurs. On doit mettre beaucoup d'efforts pour garder le projet ici.

Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l'Habitation

Quant à lui, le député péquiste de Jonquière ne pense pas que des frictions avec les Autochtones d'un bout à l'autre du pays soient la principale raison du retrait de Berkshire Hathaway.

Ils en mettent beaucoup sur le dos des Autochtones. C'est davantage financier. S'il y avait de l'argent à faire là, ils seraient au rendez-vous, soutient Sylvain Gaudreault.

L'acceptabilité sociale du projet doit être démontrée alors que le BAPE tiendra sa première séance le 16 mars sur GNL QC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Énergie

Économie