•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alerte Amber : un jeune de Toronto victime de la dette de drogue d'un proche

Mark Saunders en point de presse.

Le chef de police de Toronto, Mark Saunders.

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

Radio-Canada

L'adolescent de Toronto retrouvé sain et sauf après une alerte Amber est la victime innocente d'une dette de drogue contractée par son demi-frère, selon le chef de police Mark Saunders.

Le jeune a été trouvé jeudi soir dans une grange abandonnée dans un secteur rural à Brampton, en banlieue de Toronto, à une trentaine de kilomètres du lieu de son enlèvement, selon la police.

Il était « désorienté » et se trouve maintenant « en sécurité avec sa mère et son père », après avoir été examiné à l'hôpital, raconte le chef de police.

M. Saunders n'a pas révélé comment la police avait identifié le lieu où il se trouvait.

Selon le chef de police, le jeune de 14 ans a été enlevé pour une dette de plus de 4 millions de dollars contractée par son demi-frère plus âgé, relativement à un vol de cocaïne l'été dernier.

L'adolescent enlevé n'avait « absolument rien à voir » avec la situation et le monde criminel, dit M. Saunders.

[Les criminels] s'en sont pris à l'adolescent parce qu'ils n'arrivaient pas à trouver son demi-frère.

Mark Saunders, chef de police de Toronto

Les enquêteurs ont eu des « contacts limités » avec le demi-frère et ne savent pas où il se trouve maintenant, a précisé M. Saunders.

Quant à l'adolescent kidnappé, la police dit vouloir lui donner le temps de se remettre des événements avant de l'interroger. Il est protégé par la police. Il est probablement le jeune le plus surveillé à Toronto en ce moment, a lancé le chef de police.

Un VUS de police barre la route près du lieu où le jeune a été retrouvé.

L'adolescent a été retrouvé près d'une propriété rurale à Brampton, en banlieue de Toronto, selon la police.

Photo : CBC/Jeremy Cohn

Selon la police, le jeune a été enlevé vers 8 h 30 mercredi matin. Deux hommes l'auraient forcé à monter à bord d'une Jeep, alors qu'il se rendait à l'école. Il aurait crié : « Aidez-moi! Aidez-moi! »

Le véhicule incendié a été retrouvé dans la soirée à Caledon, au nord-ouest de Toronto.

Les deux suspects recherchés sont des hommes noirs de 18 et 22 ans, mesurant environ 1,8 m. Ils portaient des blousons noirs au moment de l'enlèvement.

Les policiers n'ont eu aucun contact avec les ravisseurs. Ils demandent à tout témoin ou personne détenant des indices de communiquer avec eux.

Les parents pas prévenus

Les parents de l'adolescent avaient appelé la police mercredi soir parce que ce dernier n'était pas rentré de l'école.

Le Conseil scolaire public anglais de Toronto (TDSB), à qui appartient l'école en question, a ouvert une enquête parce que les parents du jeune de 14 ans n'avaient pas été prévenus de son absence en matinée.

Le porte-parole du Conseil, Ryan Bird, indique que quatre enseignants de l'école Newtonbrook ont été affectés à des tâches à domicile pour l'instant, parce qu'ils n'avaient pas remis leur feuille de présence avant 11 h comme prévu.

Les parents de l'adolescent n'ont reçu un appel automatisé de l'école signalant l'absence de leur fils qu'après 18 h mercredi.

De son côté, le ministère du Solliciteur général défend le travail de la police, qui a mis plus de six heures avant de déclencher une alerte Amber, tout juste après minuit jeudi.

Le porte-parole de la ministre Sylvia Jones, Stephen Warner, explique qu'avant la diffusion d'une telle alerte, la police doit confirmer que la victime a moins de 18 ans et est en danger. Elle doit aussi avoir une description de la victime et/ou du véhicule recherché, notamment.

Le chef Saunders a aussi expliqué, vendredi, que la police ne connaissait pas au départ l'identité de l'adolescent enlevé. Les enquêteurs n'avaient que des témoignages disant qu'un jeune avait été contraint de monter à bord d'une Jeep.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !