•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opération séduction à l'Hôpital du Pontiac

Trois femmes posent derrière une table à l'entrée de l'Hôpital du Pontiac à Shawville

Le CISSS de l'Outaouais organisait une journée portes ouvertes à l'Hôpital du Pontiac mercredi pour promouvoir les opportunités de carrière.

Photo : Radio-Canada / Boris Proulx

Radio-Canada

Recruter jusqu'à 60 nouveaux employés à l'Hôpital du Pontiac, c'était l'objectif de la journée portes ouvertes qui a eu lieu mercredi après-midi à Shawville par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais.

Dans le cadre de cet événement ayant pour thème « Le début de ta future carrière », les personnes intéressées pouvaient venir discuter avec des employés de l'hôpital et soumettre leur candidature.

Vue de la porte qui mène au service d'obstétrique de l'Hôpital du Pontiac à Shawville, une porte peinte avec une cigogne qui porte un enfant.

Le service d'obstétrique de l'Hôpital du Pontiac à Shawville est fermé depuis le 21 février, pour une période de six mois.

Photo : Radio-Canada / Laurie Trudel

Pour être en mesure de rouvrir le service d'obstétrique en septembre, l'établissement doit avoir formé au moins cinq nouvelles infirmières, en plus des trois qui le sont actuellement. Mais l'hôpital engage dans tous les secteurs, autant des adjoints administratifs que du personnel de soins et des cuisiniers.

Le directeur adjoint des ressources humaines du CISSS de l'Outaouais, Robert Giard, pose face à la caméra.

Le directeur adjoint des ressources humaines du CISSS de l'Outaouais, Robert Giard, précise que des postes sont vacants dans tous les départements de l'Hôpital du Pontiac.

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

On manque d'infirmières. Mais quand l'infirmière vient travailler et que le poste d'agent administratif n'est pas comblé, on vient alourdir la tâche, a souligné Robert Giard, directeur adjoint aux ressources humaines au CISSS de l'Outaouais.

M. Giard a précisé l'une des pistes sur lesquelles son équipe travaille pour tenter de recruter de nouveaux employés.

On discute depuis 6 ou 7 mois avec les maisons d’enseignement pour essayer de rapprocher la formation parce qu’on sait que ça va être plus facile de former des gens d’ici que des gens de l’extérieur.

Robert Giard, directeur adjoint aux ressources humaines au CISSS de l'Outaouais

Le directeur adjoint aux ressources humaines pense que la région a des atouts à faire valoir. Pour les gens qui ne connaissent pas la réalité d'une petite région, qui ne connaissent personne dans cette région-là, ça peut être déstabilisant. C'est plus facile pour les gens qui aiment la nature, estime-t-il. Mais les gens vont apprécier le fait que l'équipe de travail est comme une famille, on finit par connaître tous les clients. Ça permet de développer sa polyvalence en travaillant sur plusieurs plateaux de travail.

Objectif : une réouverture en septembre

La présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), Diane Francoeur, estime qu'il sera difficile pour l'Hôpital du Pontiac d'avoir une équipe adéquatement formée en obstétrique d'ici le mois de septembre.

Une infirmière, avant d'être confortable, ça va lui prendre au moins six mois d'exposition clinique. Dans un petit milieu comme ça, les infirmières doivent souvent prendre des décisions, appuyées par le médecin. Elles doivent avoir été exposées à plusieurs accouchements difficiles et à certaines situations cliniques, a expliqué Dre Francoeur.

Mme Francoeur accorde une entrevue dans les bureaux de la fédération.

Diane Francoeur, la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), estime que la fermeture du département d’obstétrique de l'Hôpital du Pontiac peut compliquer recruter le recrutement de certains médecins.

Photo : Radio-Canada

En plus des infirmières, il manque aussi des médecins accoucheurs à l'Hôpital du Pontiac. La FMSQ pourrait aider à leur recrutement, mais la fermeture du département d'obstétrique est venue brouiller les cartes.

On avait déjà engagé des gens pour aller remplacer en chirurgie, dont un chirurgien général qui fait des césariennes ce qui est une denrée très rare. Mais placer cette personne-là dans une période où l’unité est fermée, c’est un peu ridicule. On pourrait l’utiliser à meilleur escient ailleurs donc il faut tout détricoter, a ajouté la docteure Francoeur.

Des rencontres entre des gestionnaires du CISSS de l'Outaouais, des élus et la population du Pontiac sont prévues dans les prochains jours pour continuer la campagne de séduction.

Avec les informations de Boris Proulx et Laurie Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Établissement de santé