•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’histoire d’un chocolatier syrien de la Nouvelle-Écosse adaptée au cinéma

Une scène du film Peace by Chocolate montrant es acteurs syriens Ayham Abou Ammar et Hatem Ali tenant une plaque de chocolats.

Les acteurs syriens Ayham Abou Ammar et Hatem Ali joueront Tareq Hadhad et son père, Assam.

Photo : Peace By Chocolate - The Film/Facebook

Radio-Canada

L’histoire de Tareq Hadhad, qui a fui la Syrie avec sa famille pour fonder une chocolaterie à Antigonish en Nouvelle-Écosse, sera adaptée au grand écran. Le film fera le circuit des festivals cet automne et devrait être accessible au public d’ici la fin de l’année, selon le réalisateur.

Notre histoire est connue et a inspiré des millions de gens à travers le monde, mais là, on franchit une autre étape, raconte Tareq Hadhad, le fondateur et directeur de Peace By Chocolate.

M. Hadhad a espoir que le film mettra un visage sur les nouveaux arrivants au pays.

On sait que les films peuvent changer le monde et les mentalités. Surtout pour nous qui venons du Moyen-Orient, il y a tellement de stéréotypes contre les réfugiés et les immigrants.

Une citation de :Tareq Hadhad, le fondateur et directeur de Peace By Chocolate

Le père de Tareq, Assam Hadhad était chocolatier à Damas pendant deux décennies. Ces produits étaient expédiés à travers le Moyen-Orient.

Quand la guerre a éclaté en Syrie, la chocolaterie a été touchée par les bombes. La famille Hadhad a fui le pays. Les Hadhad se sont établis à Antigonish en 2016 pour lancer leur entreprise, Peace By Chocolate, qui expédie des produits à travers le Canada.

Le chocolatier Tareq Hadhad (en haut à gauche) observe le directeur Jonathan Keisjer (au centre), qui supervise la production.

Le chocolatier Tareq Hadhad (en haut à gauche) observe le directeur Jonathan Keisjer (au centre), qui supervise la production.

Photo : Radio-Canada / Peace By Chocolate - The Film/Facebook

Le réalisateur Jonathan Keijser, basé à Los Angeles, mais originaire de la Nouvelle-Écosse, a expliqué avoir parlé de la famille Hadhad dans les médias. Il a été inspiré par leur histoire et a voulu la porter à l’écran.

La trame dramatique de l’histoire est au sujet d’un charmant jeune Syrien qui a des problèmes à s’intégrer dans sa nouvelle communauté et qui doit faire le choix d’une vie, celui de poursuivre ses rêves d’être docteur ou celui de suivre les traces de son père et de reprendre sa chocolaterie, explique le réalisateur.

Le réalisateur Jonathan Keiser devant un écran de montage en compagnie d'une équipe de production.

Jonathan Keiser est un réalisateur originaire de la Nouvelle-Écosse qui vit à Los Angeles.

Photo : Jonathan Keiser

Selon Jonathan Keijser, c’est une histoire qui saura rendre fiers tous les Canadiens.

Le chocolatier s’est dit honoré lorsque le réalisateur lui a fait part de l’idée et encore plus en apprenant que des acteurs populaires du Moyen-Orient seront de la distribution pour jouer son rôle et ceux de sa famille.

Ces acteurs, ce sont les acteurs que j’ai vu jouer toute ma jeunesse. Ils étaient mes idoles.

Une citation de :Tareq Hadhad, le fondateur et directeur de Peace By Chocolate

Les scènes extérieures du film ont été prises à Antigonish et les scènes intérieures ont été filmées à Montréal. Le tournage s’est terminé le mois dernier.

L'acteur syrien Ayham Abou Ammar (à gauche) joue le rôle de Tareq Hadhad (à droite).

L'acteur syrien Ayham Abou Ammar (à gauche) joue le rôle de Tareq Hadhad (à droite).

Photo : Radio-Canada / Peace By Chocolate - The Film/Facebook

Avec les renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !