•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des fissures ont causé l'explosion d'un gazoduc en Colombie-Britannique en 2018

Une boule de feu au centre d'une forêt, devant des montagnes.

Une boule de feu s'élève dans le ciel après l'explosion d'un gazoduc de l'entreprise Enbridge près de Prince George, dans le nord de la Colombie-Britannique, en octobre 2018.

Photo : La Presse canadienne / Dhruv Desai

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a conclu, mercredi, que des fissures non détectées à temps sont à l'origine de l'explosion du pipeline gazier Enbridge à Shelley, près de Prince George, en Colombie-Britannique qui a entraîné l'évacuation de 125 personnes le 9 octobre 2018.

Les fissures sont passées inaperçues, selon le BST, parce que l'opérateur du pipeline, Westcoast Energy Inc, a repoussé une inspection de plusieurs mois. Elle était prévue pour 2017, mais elle a été reportée à l'automne 2018, selon le rapport.

Le ruban de polyéthylène qui protège l'extérieur du tuyau de 91 cm de diamètre s'est dégradé avec le temps, explique le BST. L'humidité a alors corrodé la conduite et provoqué des fissures. La pression du gaz a agrandi ces fissures.

Westcoast Energy utilisait un modèle destiné à prévoir la propagation des fissures, mais, selon le BST, cette propagation a été plus rapide que prévu.

Le modèle utilisé pour prévoir la propagation des fissures ne prenait pas en compte toutes les incertitudes.

Une citation de :Bureau de la sécurité des transports du Canada

Peu après l'accident, toute personne vivant dans un rayon de 2 km autour de la fuite a reçu un ordre d'évacuation.

La terre fine est creusée et partiellement brûlée, au milieu d'une forêt de pins dont certains sont encore fumants.

L'explosion a creusé un cratère de 9 m de profondeur, de 35 m de long et de 13 m de large, selon le BST.

Photo : Bureau de la sécurité des transports du Canada

Enbridge a ensuite coupé l'arrivée de gaz dans ce pipeline ainsi que dans un pipeline voisin de 76 cm de diamètre, réduisant de 40 % les réserves de gaz du fournisseur Fortis BC. Les Britanno-Colombiens ont alors été invités à limiter leur utilisation du gaz naturel pendant trois mois.

Le BST indique dans son rapport qu'en juillet 2019, Westcoast Energy a assuré avoir renforcé son programme de gestion des fissures par corrosion sous contrainte, similaires à celles qui sont à l'origine de l'explosion, et revu ses procédures d'inspection.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !