•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pression monte à la barricade de Listuguj

Une grande affiche rouge où on peut lire « Listuguj supports Wet'suwet'en » a été apposée sur un abri.

L'injonction obtenue par le gouvernement du Québec pour libérer la voie ferrée est valide jusqu'à jeudi à 23 h 59.

Photo : Radio-Canada

À moins de 40 heures de l'échéance de l'injonction de Québec pour déloger les manifestants, la pression monte à la barricade de Listuguj, en Gaspésie. Des discussions tenues mardi soir au sein du groupe ont mené au maintien du blocage, mais une autre rencontre communautaire est déjà planifiée, alors que les demandes politiques pour une intervention rapide se multiplient.

Les manifestants ont également convenu mardi soir d'organiser prochainement un cercle de guérison.

Il s'agit d'un espace de discussion traditionnel dans lequel tous les membres de la communauté peuvent s'exprimer. Dans ce cas-ci, ils s'exprimeront sur le maintien ou non du blocage ferroviaire.

Une manifestante présente au campement mercredi matin a affirmé que le maintien de la barricade risquait d'envenimer les relations avec les non-Autochtones.

Un train transportant des pales d'éolienne est stationné sur la voie ferrée, le 3 mars 2020.

Cela fait 24 jours que le blocage ferroviaire est en cours à Listuguj.

Photo : Radio-Canada / Marie-Jeanne Dubreuil

Par ailleurs, les pertes financières de la Société du chemin de fer de la Gaspésie s'élèvent maintenant à un demi-million de dollars. D'autres mises à pied sont envisagées, si la crise perdure.

L'injonction qui autorise le gouvernement provincial à employer la force pour supprimer les entraves sur le rail gaspésien arrive à échéance jeudi à 23 h 59.

La Sûreté du Québec a accru sa présence dans les environs de Listuguj depuis quelques jours.

Réactions politiques

Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, et le député péquiste de Bonaventure, Sylvain Roy, demandent à Québec d'intervenir rapidement.

Du côté du gouvernement, on espère la levée pacifique des barricades dans les prochaines heures.

Selon le gouvernement du Québec, le scénario idéal serait que les Mohawks de Kahnawake lèvent leur barricade et que les Micmacs de Listuguj leur emboîtent le pas en démantelant la leur.

Les impacts économiques les plus importants seraient observés à Listuguj, selon des sources gouvernementales.

Le gouvernement Legault a l'intention de faire une demande à Ottawa pour compenser une partie des pertes de la Société du chemin de fer en Gaspésie.

D'après les informations d'Isabelle Larose et de Sébastien Bovet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !