•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre d’Océane Boyer : François Sénécal de retour devant le juge

Une fourgonnette de la Sûreté du Québec dans un stationnement enneigé.

François Sénécal est arrivé mercredi matin au palais de justice de Saint-Jérôme à bord d'une fourgonnette de la Sûreté du Québec.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

L’homme de 51 ans qui doit répondre du meurtre au premier degré d’Océane Boyer commis la semaine dernière, à Lachute, a comparu au palais de justice de Saint-Jérôme mercredi matin pour la suite de son procès.

Lors de sa brève comparution devant une salle bondée, l'accusé n'a adressé aucun regard ni à ses proches ni à des membres de la famille de la victime. Au cours de l'audience, le juge a levé les scellés sur divers mandats obtenus par les policiers pendant l'enquête.

Dans le cadre de l’enquête, les policiers ont exécuté divers mandats qui étaient sous scellé, c’est-à-dire non accessibles à la défense et au public. Le juge a ordonné ce matin l’ouverture de ces mandats-là afin que la défense puisse en analyser le contenu, a expliqué le procureur de la Couronne, Me Steve Baribeau.

Précisant qu'une ordonnance de non-publication vise le contenu de ces mandats, Me Baribeau a ajouté que la divulgation de la preuve aux avocats de François Sénécal n'est pas encore complète.

La suite de son procès a été reportée au 20 mars.

Rappelons que François Sénécal est accusé d’avoir drogué l’adolescente de 13 ans mercredi dernier avant de l’assassiner à l’aide d’un objet contondant et de laisser son corps en bordure d’une route de Brownsburg-Chatham.

L’homme, qui était un ami proche de la victime et de sa famille, a été arrêté le lendemain par les enquêteurs de la Sûreté du Québec.

Selon des informations obtenues par Radio-Canada, François Sénécal entretenait une relation inappropriée avec la jeune fille au cours des mois précédant le meurtre.

Peu de temps avant sa mort, Océane Boyer aurait tenté de rencontrer un psychologue, ce qui aurait inquiété François Sénécal puisque ces professionnels ont le devoir de signaler de tels cas, où un adolescent peut être en danger, à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ).

Le matin du 26 février, la jeune fille aurait quitté son domicile de Lachute, dans les Laurentides, pour se rendre à l’école et aurait croisé la route de François Sénécal.

Ce dernier aurait amené Océane Boyer chez lui et l’aurait droguée. C’est à ce moment qu’il aurait mis fin aux jours de l’adolescente.

François Sénécal aurait par la suite tenté d’effacer les traces de son crime. Il se serait rendu dans un lave-auto pour nettoyer l’objet contondant qui aurait servi à tuer la jeune fille. La scène aurait été captée par une caméra de vidéosurveillance.

Les résultats de plusieurs expertises sont toujours en attente, dont celle de l’ADN, qui devrait permettre de déterminer si la jeune Océane Boyer a été agressée sexuellement avant d’être tuée.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Crimes et délits

Justice et faits divers