•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus en Italie : plus de 100 morts, toutes les écoles ferment

Toutes les écoles et les universités du pays seront fermées jusqu'au 15 mars pour tenter d'endiguer la propagation du coronavirus.

Un professeur est vu de dos devant une classe vide.

À l'Université Bicocca de Milan, le professeur de chimie Luca De Gioia enregistrait lundi un cours pour ses étudiants devant une classe vide. Jusqu'ici, seules des universités des régions du nord du pays avaient fermé leurs portes.

Photo : Reuters / Guglielmo Mangiapane

Radio-Canada

Des centaines de milliers d'écoliers et d'étudiants italiens se retrouvent en congé forcé en raison de la propagation du coronavirus dans le pays.

Le gouvernement du premier ministre Giuseppe Conte a annoncé mercredi que toutes les écoles et les universités du pays fermeront dès jeudi, jusqu'au 15 mars.

La décision n'a pas été facile mais nous l'avons prise à titre de précaution.

Lucia Azzolina, ministre de l'Éducation de l'Italie

La vice-ministre de l'Économie et des Finances, Laura Castelli, a souligné dans un communiqué que le gouvernement est conscient de l'impact de la mesure de suspension des activités scolaires sur la vie des familles.

Des dispositions sont en cours de définition et prévoient la possibilité pour l'un des parents, en cas de fermeture des écoles, de s'absenter du travail pour prendre soin des enfants mineurs, a-t-elle précisé.

Les écoles et les universités de Lombardie, de Vénétie et d'Émilie-Romagne, les régions du nord du pays les plus touchées par le coronavirus, ont déjà été fermées il y a 10 jours.

L'approche draconienne du gouvernement a été annoncée après que la Protection civile italienne eut confirmé une fois de plus la progression de la maladie, qui peut dégénérer en pneumonie mortelle dans les cas les plus graves.

Selon ce dernier bilan, le COVID-19 a maintenant fait 107 morts en Italie, soit 28 de plus que la veille. Le nombre de personnes touchées est passé de 2502 à 3089 en 24 heures, ce qui constitue une hausse de 23 %.

D'autres mesures draconiennes

Le gouvernement italien a aussi annoncé mercredi un décret obligeant la tenue des événements sportifs du pays à huis clos jusqu'au 3 avril.

Le décret gouvernemental prévoit la suspension des événements de toute nature qui impliquent la concentration de personnes et ne permettent pas le respect d'une distance de sécurité d'au moins un mètre.

Malgré leur efficacité, nos hôpitaux courent le risque d'être submergés, nous rencontrons des difficultés dans les unités de soins intensifs.

Giuseppe Conte, président du Conseil italien

Toutes ces mesures contribueraient à plomber l'économie du pays, déjà anémique, et particulièrement l'industrie du tourisme, qui représente 13 % du produit intérieur brut.

L'organisation patronale représentant les acteurs de l'industrie, Confturismo, a estimé mercredi que le secteur était à genoux.

Elle s'attend à recevoir 32 millions de touristes en moins sur les 12 mois allant jusqu'à mars, ce qui représenterait un manque à gagner estimé à 7,4 milliards d'euros (11 G$ CA).

Après la Chine et la Corée du Sud, l'Italie est le troisième pays le plus touché par le coronavirus. Il est aussi le principal foyer de propagation de la maladie en Europe. Une dizaine de ses municipalités ont été placées en quarantaine en février.

Lufthansa cloue 150 appareils au sol

Lufthansa, l'une des plus importantes compagnies aériennes du monde, a pour sa part annoncé mercredi qu'elle va clouer au sol 150 de ses 770 avions en raison du coronavirus, dont 25 faisaient des vols long-courriers.

Un porte-parole de la compagnie allemande a confirmé à Reuters que cette dernière s'ajuste aux circonstances extraordinaires engendrées par la maladie.

Le groupe Lufthansa avait déjà annoncé lundi qu'il allait prolonger la suspension de tous ses vols vers la Chine jusqu'au 24 avril, vers l'Iran jusqu'au 30 avril, en plus de réduire son offre de services pour le nord de l'Italie.

Les compagnies aériennes font les frais de la propagation du COVID-19, de nombreux clients préférant reporter ou annuler leur voyage étant donné la situation. Plusieurs pays imposent aussi des restrictions aux voyageurs.

Israël a par exemple décidé mercredi d'imposer une quarantaine à toutes les personnes qui arrivent de France, d'Allemagne, de Suisse, d'Espagne et d'Autriche, a annoncé le premier ministre Benyamin Nétanyahou.

L'État hébreu avait déjà fait de même pour les voyageurs en provenance de Chine, d'Italie et de Singapour.

Paris va encadrer le prix des gels hydroalcooliques, Riyad suspend la Omra

En France, le gouvernement a décidé d'encadrer le prix des gels hydroalcooliques pour éviter les hausses abusives observées dans certains cas en raison de la forte demande liée à la propagation du coronavirus.

Il y a effectivement des cas isolés où des prix inacceptables ont été pratiqués, donc il faut prendre cette décision d'encadrement des prix des gels hydroalcooliques. Elle sera prise dans la journée.

Bruno Le Maire, ministre de l'Économie de France, sur BFM Business

Le directeur général de la Santé de France a confirmé mercredi 73 nouveaux cas de COVID-19, portant le bilan national à 285 cas. Le nombre de morts n'a pas changé, on en dénombre toujours 4. Or 15 personnes se trouvent aux soins intensifs.

Des gens font la file devant la pyramide du Louvre.

À Paris, le Musée du Louvre à Paris a rouvert ses portes mercredi après-midi. Il était fermé depuis dimanche en raison du droit de retrait invoqué par son personnel face à la crise du coronavirus. La direction dit avoir pris des mesures complémentaires à celles déjà mises en place, mais sans donner de précisions.

Photo : Getty Images / AFP/PHILIPPE LOPEZ

L'Arabie saoudite a pour sa part décidé de suspendre temporairement la Omra, le petit pèlerinage musulman qui peut être entrepris tout au long de l'année, rapporte l'agence de presse officielle SPA.

Cette décision concerne les citoyens et les étrangers et vise à assurer la sécurité des foules, ajoute l'agence, citant une source au sein du ministère de l'Intérieur. L'octroi de visas pour la Omra avait été suspendu la semaine dernière.

La Corée du Sud et l'Iran rapportent une progression plus faible du COVID-19

Les deux autres principaux foyers de propagation du coronavirus à l’extérieur de la Chine, la Corée du Sud et l’Iran, rapportent mercredi une baisse significative du nombre de nouveaux cas enregistrés depuis 24 heures.

Des soldats portant des combinaisons grises, des gants et des lunettes vaporisent un produit désinfectant dans une rue.

À Séoul, des soldats sud-coréens portant des combinaisons de protection continuent leur opération de désinfection, en cours depuis plusieurs jours.

Photo : Reuters / Heo Ran

Séoul, qui avait déclaré 851 nouveaux cas de COVID-19 mardi, n'en a répertorié que 435 autres depuis, ce qui constitue la progression de la maladie la plus faible en une semaine.

Au total, 5621 personnes ont contracté la maladie dans le pays, dont 32 qui y ont succombé, soit deux de plus que la veille.

Téhéran a pour sa part fourni un bilan de 586 nouveaux cas mercredi, contre 835 la veille. La République islamique enregistre maintenant 2922 cas, dont 92 se sont avérés fatals, soit 15 de plus que mardi.

En Chine, où l’épidémie a pris naissance l’automne dernier, les autorités ont recensé 120 nouveaux cas de contamination pour un total de 80 422 personnes infectées au COVID-19. 38 nouveaux décès portent le bilan cumulatif à 2984.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

International