•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Honeywell annonce avoir un ordinateur quantique ultrapuissant

Une photo d'ordinateur quantique, composé de câbles cuivrés et de petits fils d'aluminium tendus entre deux plaques métalliques.

Après Google et IBM, Honeywell prévoit de rendre bientôt accessibles des technologies reposant sur l'informatique quantique.

Photo : La Presse canadienne / Seth Wenig

Agence France-Presse

Le groupe industriel américain Honeywell compte lancer prochainement « l’ordinateur quantique le plus puissant du monde », une annonce ambitieuse dans un secteur encore très mystérieux, mais très convoité.

Située à Charlotte, en Caroline du Nord, l'entreprise a indiqué mardi avoir réussi une percée dans l’informatique quantique qui va lui permettre de sortir l’ordinateur quantique le plus puissant du monde d'ici trois mois, d’après un communiqué.

Les technologies quantiques utilisent des propriétés surprenantes de la matière à l’échelle de l’infiniment petit. L’ordinateur quantique universel serait capable de traiter des masses de données gigantesques et réaliserait des opérations défiant l'imagination.

[Grâce à cette technologie], les spécialistes des matériaux vont découvrir de nouvelles structures moléculaires. Les entreprises de transport vont optimiser la logistique. Les institutions financières auront besoin d’applications plus rapides et plus précises. Les groupes pharmaceutiques vont accélérer les découvertes de nouveaux médicaments.

Une citation de :Darius Adamczyk, pdg d'Honeywell

La course à la suprématie quantique

En octobre, Google a annoncé avoir expérimenté la « suprématie quantique » avec un processeur capable de faire un calcul en trois minutes là où un supercalculateur classique aurait mis… 10 000 ans.

Au même moment, IBM, autre poids lourd très avancé dans la course au quantique, prévoyait de rendre accessible aux équipes de recherche et de programmation une machine quantique de 53 bits quantiques (qubits), soit l’équivalent en puissance de celle de Google.

Selon Ilyas Khan, le patron de Cambridge Quantum Computing, Honeywell travaillait discrètement sur le sujet avec ses partenaires.

La société américaine a investi dans cette entreprise britannique après une période de coopération étroite. C’est peut-être l’un des secrets les mieux gardés du monde technologique depuis plus d’une génération, a-t-il ajouté.

Honeywell a précisé mardi avoir réalisé des investissements dans CQC et Zapata Computing, qui travaillent aux applications de l’informatique quantique du côté des logiciels.

La société américaine a aussi passé des accords avec la banque JPMorgan Chase ainsi qu'avec Microsoft pour développer des algorithmes quantiques.

L’activité centrale d'Honeywell consiste à fournir des équipements divers à sa clientèle, des pièces d’avion aux balayeurs de code-barres, en passant par les masques de protection du visage ou des thermostats pour bâtiments.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !