•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déversement d'eaux usées dans la rivière Richelieu

Un tuyau déverse de l'eau brunâtre dans le fleuve Saint-Laurent.

Pour des raisons logistiques et économiques, la Ville dit qu'elle n'avait pas le choix d’effectuer ce déversement et demande à ses citoyens de réduire leur consommation d'eau cette semaine.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Radio-Canada

Depuis mardi matin, et ce jusqu'à vendredi midi, un total de 150 millions de litres d’eaux usées non traitées, soit l'équivalent d'une cinquantaine de piscines olympiques, se déverseront dans la rivière Richelieu. Après 22 ans de fonctionnement, la station d'épuration de Saint-Jean-sur-Richelieu avait besoin de travaux majeurs.

Sept stations de pompage ainsi que l’usine d’épuration sont touchées par cette opération.

Ce sont des travaux majeurs importants pour l’installation de nouveaux équipements. On en profite pour faire de l'entretien sur des équipements de la station d'épuration. C'est pour assurer la pérennité de l'usine dans les prochaines années.

Une citation de :Sylvain Latour, porte-parole, Saint-Jean-sur-Richelieu

Pour des raisons logistiques et économiques, la Ville dit qu'elle n'avait pas le choix d’effectuer ce déversement et demande à ses citoyens de réduire leur consommation d'eau cette semaine.

Le déversement a été autorisé par le ministère de l'Environnement et il devrait être 50 fois moins important que celui de 2015 à Montréal, qui avait été surnommé le « flushgate ». Toutefois, ceux qui vivent ou travaillent le long de la rivière Richelieu se posent des questions.

Je suis outrée. C'est dégueulasse, lance une résidente. Si tout est fait selon les normes, je ne vois pas pourquoi on serait inquiet à ce niveau-là, estime pour sa part un autre citoyen.

Une femme s’étonne, quant à elle, que l’on doive effectuer ce genre de déversement en 2020.

L'eau potable de ces résidents de Chambly, comme à Richelieu et à Marieville, est puisée dans la rivière, à moins de 20 kilomètres du déversement. Le directeur de leur usine de filtration se veut rassurant.

C'est sûr qu'on demande à nos techniciens de valider, de vérifier plus souvent la qualité de l'eau, même si on a des analyseurs continus. [...] C'est juste pour être sûr à 100 %, mais on n'a pas de doute sur la qualité de l'eau.

Une citation de :Luc Airoldi , directeur général de l’usine de filtration de Chambly, Marieville et Richelieu

Cependant, plusieurs écologistes se demandent si la Ville et le Ministère pourraient faire mieux.

Sylvain Lapointe, directeur des communications du Comité de concertation et valorisation du bassin de la rivière Richelieu, pense qu’une partie des solides et des déchets auraient pu être ramassés.

Il se dit préoccupé par la toxicité de l'eau ou de ce qui restera comme sédiment dans le fond de la rivière et de l'impact que cela peut avoir sur la biodiversité.

D'après le reportage de Jean-Sébastien Cloutier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !