•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le centre de services animaliers de Rimouski pourrait coûter moins cher que prévu

Un croquis de la façade du centre.

Une esquisse du futur centre de services animaliers qui doit être construit dans le parc industriel de Rimouski.

Photo : Ville de Rimouski

Des plans du terrain situé au 277, rue des Fabricants et du futur centre de services animaliers que la Ville désire y construire, ont été dévoilés aux citoyens présents lors de la séance du conseil municipal de lundi soir. Le maire de Rimouski a également affirmé que la Ville tentait de restreindre les coûts de construction des installations.

Après une question du public sur les coûts de construction d'un tel centre, le maire de Rimouski, Marc Parent, a rappelé qu'un règlement d'emprunt de 3,3 millions de dollars a été adopté par le conseil pour les travaux.

Par contre, Marc Parent a soutenu que la Ville tentait de réduire ces coûts le plus possible, en ne conservant que l'essentiel au soin des animaux. Selon lui, avec des efforts, le projet pourrait être réalisé pour environ 3 millions de dollars.

Au départ, la construction du refuge était évaluée à 1,8 million de dollars.

La Ville avait été critiquée il y a quelques mois pour la hausse des coûts prévus de construction qui sont passés presque du simple au double.

Un croquis montre la façade arrière du futur centre animalier.

Le centre de services animaliers doit être construit sur le terrain situé au 277, rue des Fabricants.

Photo : Ville de Rimouski

Le maire a ajouté que la fermeture du centre temporaire de services animaliers situé dans le secteur de Sainte-Odile confirme l'urgence d'aller de l'avant avec une solution permanente.

Le centre temporaire est fermé depuis un peu plus de deux semaines en raison de problèmes de qualité d'air.

Selon Marc Parent, les installations temporaires de Sainte-Odile ne répondent pas aux normes en termes de ventilation et de capacité d'isolements des animaux pour éviter la propagation de maladies entre eux.

Il ajoute que ce n'est pas la première fois que le centre est contraint de fermer pour des raisons similaires.

Avec la collaboration de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !