•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelles règles pour les chiens dangereux : Gatineau va devoir s’adapter

Un chien s'approche en courant et en montrant les dents.

A partir de mardi, les règles changent au Québec : ce sont les municipalités qui doivent prouver qu'un chien est potentiellement dangereux (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

Un nouveau règlement québécois sur l’encadrement des chiens entre en vigueur mardi. La Ville de Gatineau doit adapter sa propre réglementation et revoir sa définition d'un chien dangereux.

Jusqu’ici, Gatineau identifiait certaines races de chien comme étant potentiellement dangereuses. C’est le cas notamment des pitbulls, des staffordshire bull-terrier et des american staffordshire terrier. Or, la nouvelle réglementation provinciale change la donne : elle ne cible pas de races précises.

Désormais, les chiens potentiellement dangereux sont ceux qui auront attaqué, agressé et mordu et pour lesquels nous devrons faire la preuve qu’ils sont potentiellement dangereux avant de leur attribuer ce statut, a précisé Renée Amyot, conseillère municipale du district de Limbour.

Renée Amyot lors d'un point de presse

La conseillère municipale du district de Limbour, Renée Amyot, regrette que la nouvelle réglementation québécoise ne cible pas de races de chien potentiellement dangereux (archives).

Photo : Radio-Canada

Ce sont les vétérinaires et les médecins qui seront tenus de signaler aux municipalités les cas de blessures infligées par des chiens. Il reviendra ensuite aux villes de déclarer si le chien est potentiellement dangereux.

Notre réglementation précédente était plus costaude. À mon avis, elle prévenait certaines morsures de chien, mais nous n’avons plus le droit de le faire, nous devons nous ajuster.

Renée Amyot, conseillère municipale du district de Limbour

Les municipalités ont un peu de temps pour adapter leurs règlements. Selon Mme Amyot, Gatineau devrait modifier sa politique sur les chiens lors de la rencontre du conseil municipal du 17 mars.

Des mesures plus sévères pour les chiens dangereux

Une fois qu’un chien aura été déclaré dangereux, les municipalités auront des pouvoirs importants. Elles pourront imposer à un propriétaire de se départir d’un animal, de ne plus en posséder ou même aller jusqu’à l’euthanasie pour les chiens qui auront mordu ou attaqué une personne, causant la mort ou infligeant une blessure grave.

Graciela Morote est éducatrice canine et intervenante en comportement animal à Gatineau. Elle regrette que la nouvelle réglementation canine n’insiste pas plus sur la prévention.

Ça permet au maître de comprendre les besoins, les comportements et le langage des chiens. On va tout de suite identifier des comportements qui pourraient être problématiques dans le futur plutôt que de réagir quand les problèmes arrivent, a estimé Mme Morote.

Je pense que de l’éducation canine devrait être recommandée.

Graciela Morote, éducatrice canine

Et à Ottawa ?

De son côté, l’Ontario a fait le choix en 2005 de viser une race de chien dangereux en bannissant les pitbulls. Mais la province pourrait également revoir ses règles.

Le député progressiste-conservateur Rick Nicholls a déposé un projet de loi visant à annuler l'interdiction des pitbulls en vigueur dans la province. Comme au Québec, le but est de ne plus cibler une race de chiens en particulier.

Un pitbull

En Ontario, la Loi sur la responsabilité des propriétaires de chiens, adoptée en 2005, devrait prochainement faire l’objet d’une refonte (archives).

Photo : EyeEm/Getty Images

Alix Packerd, fondatrice du groupe Ottawa Citizens Against Breed Specific Legislation (Citoyens d'Ottawa contre la législation spécifique sur les races), travaille avec le député Nicholls sur cette nouvelle loi. Elle estime qu'il faut insister sur la responsabilité des propriétaires de chiens plutôt que de cibler des races dangereuses.

De nombreuses statistiques montrent que ces lois basées sur des races ne font rien pour améliorer la sécurité publique. Elles n'aident pas la province à se protéger des morsures de chiens, a indiqué Mme Packerd.

D'autres mesures du nouveau règlement québécois :

  • À partir de mardi, tous les chiens sortis dans un espace public devront porter une laisse d’une longueur maximale de 1,85 mètre, sauf dans un parc à chiens, à la chasse, dans un cours de dressage ou dans une compétition canine.
  • Les chiens de 20 kilos et plus devront porter un licou ou un harnais en tout temps.

Avec les informations de Boris Proulx

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique municipale