•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'entreprise Louis Garneau se place à l'abri de ses créanciers

66 mises à pied ont été annoncées

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Logo de Louis Garneau Sports.

Logo de Louis Garneau Sports

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Félix Morrissette-Beaulieu

En manque de liquidité, l’entreprise Louis Garneau Sports annonce la mise à pied de 66 employés et amorce une restructuration.

Mardi, un avis d'intention a été présenté en vue de présenter une proposition aux créanciers en vertu de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité.

Ce qu’on a aujourd’hui, c’est un manque de liquidité. Ce n’est pas une faillite, c’est une protection, c’est une loi qui existe pour nous protéger, pour régler nos créanciers, a affirmé Louis Garneau en conférence de presse, mardi.

Louis Garneau en conférence de presse mardi.

Louis Garneau en conférence de presse mardi

Photo : Radio-Canada

Selon le syndic Raymond Chabot Grant Thornton, responsable de la restructuration, la dette de l’entreprise s’élève à 32 millions de dollars.

L'annonce survient cinq mois après la fermeture de sa division textile qui a mené à la suppression de 46 postes à l'usine de Saint-Augustin-de-Desmaures.

Les 66 employés touchés travaillent au siège social de l'entreprise, également situé à Saint-Augustin-de-Desmaures. Ils en ont été informés mardi.

C’est la course la plus difficile que j’aie faite. On a un vent de face. On n’arrêtera pas l’opération, on va livrer nos clients. Je suis désolé pour mes employés.

Louis Garneau
Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Louis Garneau en conférence de presse.

Louis Garneau était ému dans la foulée de l'annonce de la restructuration de son entreprise

Photo : Radio-Canada

L’entreprise ajoute que la proposition aux créanciers lui permettra d'ajuster ses activités dans un contexte qu'elle juge difficile pour l'industrie et le commerce de détail en général.

Louis Garneau dit avoir investi lui-même dans l'entreprise après avoir puisé dans ses finances personnelles, sans succès.

L’entreprise espère conserver son siège social dans la région de Québec.

J’ai décidé avec mon équipe de me battre et de tout faire pour garder l’entreprise à Saint-Augustin, précise M. Garneau.

À l’heure actuelle, l’avis d’intention ne touche pas les exploitations aux États-Unis, au Mexique, en France et en Chine, qui compte pour plus de 200 employés.

Recherche d’investisseurs québécois

Louis Garneau dit être à la recherche d’investisseurs pour mener à bien la relance de l’entreprise. Je cherche des investisseurs, surtout québécois. Il se dit prêt à céder l'entreprise à un investisseur québécois.

Ça aurait été facile de vendre à des intérêts étrangers. Toute ma vie, j’ai essayé de garder l’entreprise au Québec. Il y a encore espoir.

Je ne laisserai pas tomber l’équipe olympique, a dit le président, visiblement ému.

Louis Garneau dit avoir eu des discussions avec le ministre de l'Économie du Québec, Pierre Fitzgibbon, qui l'appuie dans la relance.

Délocalisation

Le syndicat qui représente les employés voit dans l'annonce de Louis Garneau la délocalisation future de l'entreprise.

Il est en train de quitter le Québec. Qu’il le dise, déplore Gaétan Desnoyers, conseiller syndical à la Fédération indépendante des syndicats autonomes.

Habituellement [le recours à la loi] est pour liquider ce qu’on a encore ici. Après, on se met en faillite, craint Gaétan Desnoyers, qui s'inquiète pour les indemnités versées aux employés licenciés par l'entreprise.

Une marque reconnue

La décision de l'entreprise ne signifie pas sa fermeture, rappelle Yan Cimon, professeur de stratégie à la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval.

C'est une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise, c'est que l'entreprise doit passer par ce mécanisme. La bonne, c'est qu'il s'agit d'une restructuration et non d'une fermeture, croit l'expert.

La réputation de Louis Garneau Sports pourrait aussi aider l'entreprise. L'entreprise a beaucoup d'actifs. Elle a une marque forte et reconnue. Faut dire que la cote d'amour de cette marque-là est très forte. Reconnue dans les sports où elle est active, conclut M. Cimon.

L'homme d'affaires en est conscient. En conférence de presse, il a demandé aux Québécois de faire preuve de compassion sur les réseaux sociaux lorsqu'ils commenteront l'annonce de la restructuration de l'entreprise.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Louis Garneau en conférence de presse.

Louis Garneau a demandé aux Québécois de faire preuve de compassion sur les réseaux sociaux

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !