•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une compagnie minière de lithium veut vider deux lacs et faire don des poissons

Même si la mine permettra de fabriquer des batteries pour les véhicules électriques, elle aura aussi des effets néfastes sur l'environnement.

Une barque sur un lac.

Les lacs qui seront asséchés s'étendent sur une superficie de 12,4 hectares.

Photo : Corporation Lithium Éléments Critiques

Deux lacs asséchés, des cours d'eau rayés de la carte et un millier d'hectares de milieux humides indirectement affectés. Ce sont quelques unes des conséquences environnementales du projet Rose Lithium Tantale, dans le Nord-du-Québec.

Pour faire accepter ce projet de mine à ciel ouvert, l'entreprise Corporation Lithium Éléments Critiques (CLEC) propose à des communautés autochtones de leur offrir le poisson des lacs qu'elle compte assécher.

C'est ce qu'on découvre en parcourant l'étude d'impact présentée par la minière au ministère de l'Environnement du Québec pour son projet évalué à 341 millions de dollars.

En plus de la mine, CLEC prévoit la construction d'un complexe industriel à 750 kilomètres au nord de Montréal. Au total, 1,61 million de tonnes de minerai, surtout du lithium, y seraient traitées entre 2022 et 2039.

Plan du complexe industriel et minier projeté sur une carte.

Plan du complexe industriel et minier projeté. La fosse de la mine serait d'une longueur de 1,6 kilomètre.

Photo : Étude d'impact du projet

Autant de GES que 21 000 voitures

Le ministère de l'Environnement estime que l'ensemble des activités du projet générera 84 283 tonnes de CO2 par année, soit l'équivalent des émissions de 21 000 voitures.

Mais sur son site web, la compagnie met surtout en avant l'utilisation du lithium pour la fabrication des batteries de véhicules électriques.

L'exploitation des réserves de lithium du Québec est au cœur de la stratégie d'électrification et de lutte contre les changements climatiques que doit bientôt présenter le gouvernement de François Legault.

Le mois dernier, le premier ministre a signé une entente avec les Cris, baptisée « Grande Alliance », lors de laquelle il vantait l'exploitation de « métaux stratégiques » comme le lithium.

Il est possible de travailler ensemble sur des projets de développement socio-économique ambitieux, de tirer profit de l'immense potentiel minier du Nord québécois, au bénéfice de nos deux nations, tout en respectant l'environnement, le territoire et les valeurs autochtones.

François Legault, premier ministre du Québec, le 17 février 2020

276 millions de litres d'eau à pomper

Pour construire la fosse de la mine d'une longueur de 1,6 kilomètre, la compagnie explique ne pas avoir le choix de vider l'eau de deux lacs de 7,7 et 4,7 hectares. En conséquence, quelques cours d'eau vont disparaître, conclut le ministère dans son analyse.

Un lac en été.

Le premier lac s'étend sur une superficie de 7,7 hectares.

Photo : Étude d'impact du projet

Au total, 276 millions de litres d'eau seraient pompés, soit l'équivalent de 110 piscines olympiques. L'eau du premier lac serait renvoyée dans le réseau hydrographique et celle du second serait déversée dans un autre lac.

Le promoteur prévoit 10 jours pour pêcher les poissons du premier lac. On y retrouve du meunier noir, du mulet perlé, de l'omble de fontaine et de la lotte. Les poissons seront captés grâce à une technique de pêche électrique qui les immobilise un instant à la surface. Les poissons du deuxième lac, des grands brochets et des meuniers noirs, ne seront quant à eux pas pêchés en raison de leur faible abondance, selon l'étude.

Un lac en été.

Des grands brochets et des meuniers noirs vivent dans le deuxième lac, qui s'étend sur 4,7 hectares.

Photo : Étude d'impact du projet

Le chef de la direction de la minière Jean-Sébastien Lavallée n'a pas souhaité nous accorder d'entrevue. Lors d'un bref entretien téléphonique, il a toutefois précisé qu'assécher des lacs, on voit ça assez régulièrement dans le domaine minier.

Le gouvernement du Québec, mais aussi le gouvernement fédéral, chargé de la Loi sur les pêches, doivent encore approuver le projet. Québec exige, par exemple, un plan de compensation pour la perte d'habitat du poisson.

Le promoteur promet, entre autres, de participer à un programme de réhabilitation de l'esturgeon jaune initié par Hydro-Québec. La mine à ciel ouvert sera située à proximité du réservoir du barrage Eastmain-1.

Un millier d'hectares de milieux humides indirectement affectés

Le projet entraînera la perte de 173,55 hectares de milieux humides, dont quatre milieux humides à valeur écologique élevée, peut-on lire dans l'étude d'impact. Au total, 1158 hectares de tourbières et autres marécages seront indirectement affectés.

Le promoteur reconnaît dans l'étude d'impact que la valeur de l'écosystème est grande et que l'effet résiduel sera fort et important.

Les milieux humides comme les tourbières sont extrêmement utiles pour capter et séquestrer le carbone, ce qui contribue à réduire de façon naturelle la présence des gaz à effet de serre dans l'atmosphère.

Une étude de 2015, financée par le gouvernement, révélait que 95 % du carbone stocké dans les tourbières et les forêts du Québec se situe au nord du 49e parallèle.

Contrairement aux projets menés plus au sud, le gouvernement n'oblige pas le promoteur à lui verser une compensation financière en raison de la destruction de milieux humides. À titre indicatif, un tel impact dans la région de Val-d'Or aurait coûté des dizaines de millions de dollars à l'entreprise.

Le promoteur indique qu’un projet de compensation de la perte des milieux humides sera élaboré et présenté au ministère pour approbation. Il envisage par exemple de créer des étangs.

Invité à commenter ce projet, le ministère de l'Environnement s'est contenté d'écrire par courriel qu'il fait actuellement l’objet d’une évaluation des impacts sur l’environnement et le milieu social, réalisée par le Comité d’examen des répercussions sur l’environnement et le milieu social (COMEX), un organisme indépendant formé de membres nommés par les gouvernements du Québec et de la Nation crie.

Au terme de son analyse, le COMEX recommandera l’autorisation ou non du projet Rose au ministre de l’Environnement et, le cas échéant, déterminera les conditions qui s’y appliquent.

Raphaëlle Savard-Moisan, porte-parole du ministère de l'Environnement du Québec

Des préoccupations chez les Autochtones

Le promoteur a assuré que son projet de mine semblait avoir de l'acceptabilité sociale. On travaille en collaboration avec les communautés, on a un bon soutien, a affirmé le chef de la direction de la minière. On travaille avec le maître-trappeur local.

Toutefois, la lecture des centaines de pages d'étude d'impact soumises aux gouvernements est plus nuancée. On y retrouve le bilan de consultations menées dans trois communautés autochtones : Eastmain, Nemaska et Waskaganish.

Plusieurs intervenants appréhendent la contamination des eaux de surface et souterraines du territoire par l’utilisation de produits chimiques et toxiques lors des activités minières. Ils craignent aussi les effets sur la santé des gens et des travailleurs, ainsi que les effets sur les poissons, les animaux et les plantes.

La grande majorité des intervenants rencontrés ont exprimé des préoccupations concernant les effets potentiels des activités minières sur l’environnement. Il s’agit d’une préoccupation majeure et généralisée. Les craintes d’un désastre environnemental sont élevées.

Extrait de l'étude d'impact du projet Rose Lithium Tantale
Une carte des différents territoires.

La Nation crie de Nemaska est la plus proche du site, qui est toutefois situé sur le territoire traditionnel de la Nation crie d'Eastmain.

Photo : Extrait d'une présentation du projet/CLEC

Des préoccupations, il va toujours y en avoir, dit pour sa part le PDG Jean-Sébastien Lavallée. On fait des mesures de compensation pour mitiger ces préoccupations.

La majorité des intervenants rencontrés se sont montrés favorables au projet, surtout en raison des perspectives d’emploi pour les jeunes, mais sous réserve de protéger et de respecter l’environnement, écrit la minière dans son étude d'impact.

En juillet 2019, une entente de partenariat a été signée entre Corporation Lithium Éléments Critiques, la Nation crie d’Eastmain et le Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee). L'entente prévoit, entre autres, des garanties d'emplois pour les Cris et une collaboration en matière d'environnement. Un accord financier a aussi été trouvé, mais son contenu est gardé secret.

À la Nation crie d'Eastmain, dont c'est le territoire traditionnel, le chef Kenneth Cheezo a d'abord affirmé ne pas avoir entendu parler des lacs asséchés et de la promesse de don de poissons. Il nous a demandé de le rappeler, mais n'a plus répondu au téléphone, malgré nos multiples appels.

De son côté, le chef de la Nation crie de Nemaska, à 40 kilomètres du site, Clarence Jolly, affirme que d'autres discussions auront lieu à propos de ce projet [d'assécher les lacs]. Il a toutefois préféré réserver ses commentaires. On ne s’oppose pas au développement, se contente de dire le chef, tant que l’environnement est respecté.

« Ne pas reproduire les erreurs du passé »

Dans une lettre ouverte adressée au gouvernement Legault, le 17 février, la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine lui demandait d'être visionnaire, exemplaire et cohérent dans une démarche de transition à la fois énergétique et écologique.

Le cofondateur de l'organisme, Ugo Lapointe, se disait préoccupé par l’électrification massive des transports, combinée à l’expansion croissante du parc automobile, (qui) entraînent un boom sans précédent de l’utilisation des ressources primaires.

De 2014 à 2018, les dépenses minières pour le lithium ont été multipliées par neuf. En plus de Rose Lithium, quatre projets de mines de lithium sont en préparation au Québec, en plus d'une mine déjà en place.

Une batterie lithium-ion démantelée.

La firme KPMG estime que le Québec doit bouger rapidement s'il veut réussir à se tailler une place dans le marché des batteries lithium-ion qui, prédit-elle, sera hautement lucratif.

Photo : Reuters / Wolfgang Rattay

En Abitibi-Témiscamingue, le projet de la compagnie australienne Sayona est critiqué par une partie de la population qui craint son impact sur l'esker qui alimente la région d'Amos en eau potable.

Un autre projet de lithium a fait les manchettes ces derniers mois. La compagnie Nemaska s'est placée à l'abri de ses créanciers après avoir reçu 130 millions de dollars d'appui financier de la part du gouvernement du Québec. L'entreprise cherche maintenant de nouveaux investisseurs.

Selon le registre des lobbyistes, Rose Lithium sollicite, elle aussi, un soutien financier du gouvernement du Québec. L'entreprise a toutefois un premier actionnaire solide, puisqu'il s'agit de la multinationale américaine de la finance JPMorgan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Industrie minière

Environnement