•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

François Legault et Scott Moe toujours en tête des premiers ministres les plus populaires

Le premier ministre du Québec a perdu 5 points depuis décembre. La popularité de Doug Ford baisse aussi.

Scott Moe, pris de profil, en train de regarder François Legault qui répond aux questions des médias en conférence de presse.

Le premier ministre de la Saskatchewan Scott Moe et le premier ministre du Québec, François Legault, sont toujours en tête de liste des représentants provinciaux les plus populaires, selon un sondage de l'Institut Angus Reid.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Malgré une baisse de 5 % de son taux d’approbation depuis décembre, le premier ministre du Québec, François Legault, demeure en tête de liste des représentants provinciaux les plus populaires au Canada, selon un sondage publié mardi par l’Institut Angus Reid.

Avec un taux d’approbation de 58 %, le Québécois partage la pôle position en compagnie de son homologue de la Saskatchewan, Scott Moe, qui a les yeux rivés vers les prochaines élections provinciales, prévues en octobre prochain.

L’Institut note que la baisse de la popularité de François Legault pourrait être attribuable aux propos qu’a tenus le premier ministre québécois à propos des blocages ferroviaires au cours des dernières semaines.

D’ailleurs, John Horgan, le premier ministre de la Colombie-Britannique, semble lui aussi avoir subi les contrecoups des manifestations en appui aux chefs héréditaires de la nation Wet’suwet’en, note l’Institut, puisque son taux d’approbation (46 %) a chuté de 10 % depuis la fin de l’année 2019.

Un graphique présentant les différentes données d'un sondage.

L'Institut Angus Reid a publié mardi un sondage sur la popularité des premiers ministres provinciaux au Canada.

Photo : Radio-Canada

De son côté, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, n’a visiblement pas été éprouvé par le départ de son vice-premier ministre, Robert Gauvin, en février, qui a décidé de siéger en tant que député indépendant.

L’Institut constate également que l’annonce de la fermeture des urgences dans six hôpitaux de la province durant la nuit n’a pas provoqué de changements à son taux d’approbation (48 %).

Méthodologie

L’Institut Angus Reid a mené un sondage en ligne pour son propre compte entre le 24 février 2020 et le 28 février 2020 auprès de 5042 Canadiens membres du Forum Angus Reid.

Une marge d'erreur ne peut être calculée sur un sondage non probabiliste comme celui-ci.

La descente se poursuit pour Kenney, Pallister et Ford

Presque tous les premiers ministres au Canada ont un taux d’approbation moins élevé qu’il y a un peu plus de deux mois, mais celui du premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, est particulièrement mis à mal, s’établissant maintenant à 47 %. Il s’agit d’une baisse de 7 % par rapport à décembre et une baisse de 13 % depuis septembre.

La situation est similaire du côté de Brian Pallister, au Manitoba. Sa cote de popularité est maintenant de 43 %, soit 4 % de moins qu’à la fin de l’année dernière. Ses négociations avec Ottawa à propos de la taxe sur le carbone pourraient expliquer en partie cette baisse, selon l’Institut Angus Reid.

Pour sa part, le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford est le troisième premier ministre le moins populaire, selon le sondage. Il obtient désormais un taux d’approbation de 31 %, ce qui représente une baisse de 4 % depuis décembre.

Doug Ford doit présentement gérer une importante grève des enseignants, en plus d’avoir récemment critiqué des leaders démocrates lors d’un séjour en sol américain.

Jason Kenney et Doug Ford, avec un chapeau de cowboy, regardent au loin.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, et celui de l'Alberta, Jason Kenney, ont fait une apparition publique lors du Stempede de Calgary, en juillet dernier.

Photo : The Canadian Press / Jeff McIntosh

Les deux premiers ministres provinciaux les moins populaires au pays se trouvent dans les Maritimes.

Malgré une légère hausse de 3 % de son taux d’approbation au cours des deux derniers mois, moins du tiers des Néo-écossais (28 %) considèrent que Stephen McNeil fait du bon travail.

Il est classé tout juste devant le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball, qui a annoncé le 17 février qu’il quittera son poste. Il ferme la marche avec une cote de popularité de 26 %.

L'Institut précise que les données pour l'Île-du-Prince-Édouard ne sont pas dévoilées en raison du bassin trop petit de la population.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !