•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ulay et Marina Abramović : une histoire d’amour qui a changé le monde de l’art à jamais

Une photographie qui montre Ulay et Marina Abramovic, dos à dos, les cheveux attachés l’un à l’autre.

Beaucoup des oeuvres d'Ulay et de Marina Abramović font appel à la durée, comme dans Relation in time, où les artistes restent immobiles pendant 17 heures, les cheveux attachés l’un à l’autre.

Photo : Marina Abramovic Institute

L’artiste Ulay est mort lundi à l'âge de 76 ans. Il était surtout connu pour sa collaboration artistique avec l’artiste Marina Abramović avec qui il a été en couple de 1976 à 1988. Leurs 12 années de collaboration ont été marquées de performances poignantes, mais souvent dérangeantes tant pour les artistes que pour les spectateurs.

Le travail réalisé par Ulay et Marina Abramović a été incroyablement important, ils ont eu un impact majeur sur l’art contemporain.

Une citation de :Cindy Baker, artiste et commissaire, Dunlop Art Gallery

Selon Michelle Lacombe, artiste et directrice de la biennale Viva Art-Action, la mort de l’artiste révèle une oeuvre qui existe en périphérie, hors des systèmes dominants.

Il a produit une oeuvre dans l’histoire de l’art-action et de la performance qui a été très fondatrice à travers le monde. Son travail a largement contribué à développer un vocabulaire avec lequel les artistes d'aujourd’hui travaillent encore.

Frank Uwe Laysiepen, mieux connu sous le nom d'Ulay, est né à Solingen en Allemagne, en 1943. Ulay était un photographe qui travaillait avec les Polaroids. Selon Cindy Baker, son travail sur l’identité et le genre était précurseur du courant actuel. Sa pratique contestait la notion de masculinité.

Ulay était un pionnier de la photo en tant que média pour l’art performance. Au moment où les artistes exploraient la vidéo, Ulay créait des images statiques pour explorer le réel plutôt que la perfection.

Ne faire qu'un : la relation amoureuse comme une performance

Ulay rencontre l’artiste serbe Marina Abramović en 1975 et entame alors rapidement une relation artistique et amoureuse. Selon Gary Varro, directeur des festivals Queer City Cinema et Performatorium, leur relation était fusionnelle à l'extrême.

Par l'entremise de performances de longue durée, ils ne deviennent qu’un comme c'est le cas dans Breathing in - Breathing out, une performance où ils s’embrassent en inhalant et en expirant la même respiration jusqu'au point de l’évanouissement.

Leur pratique visait à ne devenir qu’un. Une personne, un seul ego.

Une citation de :Gary , directeur des festivals Performatorium et Queer City Cinema
Ulay et Marina Abramović, face à face, bouches ouvertes.

Malgré une relation tumultueuse, les artistes se sont longtemps définis comme « un corps à deux têtes ».

Photo : Marina Abramovic Institute


Selon Michelle Lacombe, Ulay et Marina Abramović mettaient au défi le spectateur en le projetant dans des contextes performatifs, durs ou violents, mais avec une tendresse sous-jacente. Leur travail démontre bien leur capacité à créer avec peu de matériel et de ressources. Avec leur subjectivité et la spécificité de leur couple, ils construisent une oeuvre forte et cohérente.

En 1980, dans la pièce Rest Energy, Ulay tend une flèche vers le coeur de Marina Abramović sur un arc qu'elle tient. Ce test de confiance qui aurait pu s'avérer fatal pour Marina Abramović voulait illustrer la notion d'interdépendance du couple.

Rompre pour être anonyme plutôt qu’idole

Dans le monde de l’art, le binôme connaît un succès d’estime. Mais, de l’aveu même d’Ulay, c’en est trop.

Le couple rompt et met fin à sa collaboration en 1988 à travers une performance magistrale. Les amoureux séparés marchent alors pendant trois mois de part et d'autre de la Grande Muraille de Chine et se rencontrent au milieu pour rompre. Selon Gary Varro, directeur des festivals Performatorium et Queer City Cinema, cette performance poignante était d’une tristesse magnifique. Il y voit une célébration de leur travail et de leur amour.

Pendant pratiquement 20 ans, les artistes ont complètement cessé de se voir et n’ont plus jamais travaillé ensemble.

Selon Gary Varro, on peut croire qu'Ulay en voulait probablement à Marina Abramović autant qu’il la vénérait. Je crois qu’ils ont rompu parce que Ulay n'aimait pas la célébrité, il voulait arrêter, il ne voulait pas faire partie du cirque.

Ulay retourne alors à sa pratique photographique et se fait moins visible que Marina Abramović, qui poursuit son travail en art-action et devient par la suite une des artistes d'art contemporain les plus connues de la planète.

Lors d’une rétrospective au Museum of Modern Art de New York (MoMA), Marina Abramović présente une performance intitulée The Artist Is Present, dans laquelle elle vit une période de silence avec chaque spectateur assis devant elle. Sa réaction a été particulièrement émotive envers Ulay, lorsqu'elle lui a tendu la main et a versé une larme. La vidéo de l'événement est par la suite devenue virale.

Gary Varros estime que ce moment était marquant, car, selon lui, l'art de la performance consiste plus souvent à évoquer des émotions qu'à les vivre. Cela a été une surprise pour Marina Abramović de faire face à cette personne qu’elle aimait, et qu'elle a fini par détester. Ce qui est plus surprenant encore, c’est que, quatre ans plus tard, Ulay ait intenté un procès à Marina Abramović.

En 2015, Ulay a poursuivi Marina Abramović, affirmant qu'elle ne lui avait pas reconnu de droits d'auteur sur leur travail. En 2016, un tribunal néerlandais a ordonné à Marina Abramović de payer 250 000 euros à Ulay.

Selon Michelle Lacombe, Ulay représentait une pratique sincère et authentique dont beaucoup d'artistes se réclament encore. Il s’agit d’une grande perte dans le milieu, maintenant que la performance se retrouve dans les établissements majeurs et dominants. Il y a un certain romantisme envers un temps où l’art-action vivait dans l'urgence et dans les marges.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !