•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : des clients se ruent dans les supermarchés

Une dame avec un manteau chaud noir et une tuque grise tient un panier d'épiceries remplie a craquer.

Bernadette Heldsinger a fait le plein de papier de toilette, de noix, de lentilles, de filtres à eau et de désinfectants.

Photo : Radio-Canada / Dominique Levesque

La peur du coronavirus, surtout avec les récents décès dans l’État de Washington, pousse certains Britanno-Colombiens à se précipiter dans les chaînes d’alimentation pour se constituer des réserves.

Un employé de Costco à Vancouver rencontré par Radio-Canada, affirme même que plusieurs produits étaient épuisés le week-end dernier : riz, Spam, thon et papier de toilette. Alors que les livraisons de marchandises sont habituellement déchargées la nuit, dit-il, les employés ont mis les bouchées doubles de jour, pour répondre à la demande.

Encore lundi, l'employé à l'accueil du magasin recommandait aux clients d'acheter les provisions désirées immédiatement, car les stocks de produits populaires seraient moindres en après-midi.

Beaucoup de boîtes vides en carton et quelques paquets de rouleaux de papier de toilette dans un magasin avec des lumières fluorescentes.

Les stocks de papier de toilette, lundi, au magasin Superstore de Vancouver, sont dégarnis.

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

À en juger par le contenu des chariots, les étagères vides et les témoignages des clients, certains produits comme du papier de toilette et du désinfectant sont très prisés lundi à Costco.

Une tablette grise est presque vide.

Les tablettes de lingettes désinfectantes sont quasiment vides au magasin Superstore, lundi 2 mars, a Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

1200 $ de provisions

Bernadette Heldsinger et son mari, qui habitent à Vancouver disent être très préoccupés par la propagation du COVID-19 et notamment le risque de se retrouver un jour en quarantaine à la maison.

3 factures en gros plan totalant plus de 1200 dollars.

Bernadette Heldsinger se constitue des réserves pour sa famille et ses amis en cas de crise du coronavirus.

Photo : Radio-Canada / Dominique Levesque

Depuis deux semaines, le couple fait donc des provisions de denrées non périssables. Il achète aussi du lait et des aliments déshydratés, des filtres à eau et du désinfectant.

J’ai dépensé plus de 1200 $ en deux semaines, à Costco, Whole Foods et IKEA.

Bernadette Heldsinger, vancouvéroise

Mon mari suit toutes les nouvelles sur le coronavirus, explique Mme Heldsinger. Il est très inquiet, alors on fait des provisions que l'on partagera avec notre fils et des voisins du quartier. Nous étions dans l’État de Washington récemment, alors cela fait peur.

A lire aussi :

Les peurs du coronavirus

Pas besoin de paniquer

Un uniforme blanc , un masque et des lunettes de protection sont disposés sur un mannequin dans un magasin.

Les autorités de la santé préconisent le calme face a la crise du coronavirus.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Les autorités de la santé au Canada se veulent rassurantes. Elles soulignent qu’il n’est pas nécessaire de paniquer même si le virus a fait des morts aux États-Unis

La Colombie-Britannique a la situation bien en main, affirme Jocelyn Srigley, directrice du contrôle des infections à la Régie de la santé de la province. La province identifie les cas de coronavirus rapidement et les mets en quarantaine et cela limite la propagation du virus.

Le coronavirus n’est pas beaucoup plus dangereux que la grippe.

Jocelyn Srigley, directrice du contrôle des infections à la Régie de la santé de la Colombie-Britannique

Selon les autorités sanitaires, se laver les mains régulièrement est la meilleure façon de lutter contre le coronavirus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !