•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Police provinciale de l’Ontario a utilisé la technologie controversée Clearview AI

Un groupe de personnes visées par un logiciel de reconnaissance faciale.

La police provinciale de l'Ontario admet avoir utilisé le logiciel de reconnaissance faciale Clearview AI.

Photo : getty images/istockphoto / AndreyPopov

Radio-Canada

La Police provinciale de l’Ontario (PPO) admet avoir utilisé l’application logicielle de reconnaissance faciale controversée Clearview AI, un outil d’intelligence artificielle qui extrait les données d’images provenant d’Internet.

La sergente du corps de police Laura Lee Brown affirme qu’une version d’essai gratuite en ligne du logiciel a bel et bien été utilisée par la PPO.

Elle confirme que ce sont les membres de quatre divisions du corps de police qui ont utilisé Clearview AI.

Les membres de la PPO qui ont essayé le logiciel appartiennent à l’Unité de l’exploitation sexuelle des enfants, l’Unité de la lutte contre la traite des personnes, l’Unité d’investigation numérique et l’équipe des enquêtes sur la cybercriminalité.

Laura Lee Brown

Laura Lee Brown explique que la PPO avait déjà reconnu utiliser une technologie de reconnaissance faciale, mais qu'elle n’avait pas confirmé l’utilisation spécifique de Clearview AI.

La PPO affirme que le logiciel de reconnaissance faciale a servi dans un cas lié à de la pornographie infantile, des tests avec des photos de policiers ont aussi été effectués.

L'utilisation du programme a cessé peu de temps après que la PPO ait été informée de son utilisation par des agents.

Comment Clearview AI fonctionne-t-elle?

Il suffit de téléverser une photo de la personne que vous désirez identifier, et l’application vous montre toutes les images publiques de la personne en question, en plus des sources de chacun des clichés. Selon l’entreprise, l’application a un taux d’efficacité de 75 % et fonctionne même si le visage est obstrué ou capté sous un angle qui n'est pas optimal. Le programme n'est pas disponible pour un usage public.

La police de Toronto avait déjà affirmé en février qu’elle avait utilisé l’application Clearview AI pendant quelques mois.

Elle n’avait toutefois pas voulu confirmer si des arrestations avaient été effectuées à l’aide d’informations obtenues par le biais du logiciel d’intelligence artificielle.

Avec les informations de Myriam Eddahia

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !