•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manawan en vedette dans une série télévisée

Fanny et Daisy marchent côte à côte au milieu d'une rue résidentielle à Manawan.

Fanny (Ludivine Reding) et Daisy (Jemmy Echaquan-Dubé) arrivent dans la communauté de Manawan.

Photo : Radio-Canada / Encore Télévision

Peu de gens avaient entendu parler de Manawan avant que la communauté atikamekw ne se retrouve au coeur de Fugueuse, l'une des séries télévisées les plus populaires du petit écran. Dans ce village autochtone situé à 90 kilomètres au nord de Saint-Michel-des-Saints, la population est plutôt heureuse de cette visibilité.

Huit élèves sont debout dans la salle de classe, ils sont regroupés avec leur professeur et regardent la caméra. Derrière eux, on peut voir deux tableaux verts et des pupitres.

Les élèves de 5e secondaire nous ont accueillis dans leur classe d'histoire et géographie à l'École secondaire Otapi, à Manawan.

Photo : Radio-Canada / Luc Lavigne

Un après-midi, à la suite de la diffusion de l’épisode qui se déroulait en partie à Manawan, nous rencontrons des jeunes de 16 à 20 ans qui étudient à l’École secondaire Otapi (prononcé odabi). Plusieurs élèves sont fiers de voir leur communauté représentée à la télévision, mais ils apportent des précisions quant à la réalité comparée à la fiction.

« Je trouve ça génial, parce que quand on pose la question à certains : “Est-ce que tu sais c’est quoi Manawan?” ils disent non, pis là, la réponse est juste là, dans Fugueuse.  »

— Une citation de  Jimmy Flamand-Black, élève de l’École secondaire Otapi
Jimmy Flamand-Black assis à son pupitre dans la salle de classe, son visage repose sur son poing fermé et il regarde devant lui.

Jimmy Flamand-Black, 19 ans, élève à l'École secondaire Otapi, à Manawan

Photo : Radio-Canada / Luc Lavigne

Jimmy Flamand-Black commence par nous confier qu’il aurait aimé voir la partie moins bordélique de Manawan dans l’épisode. Il ajoute toutefois que cette visibilité aura l’effet positif de faire connaître la communauté auprès de la population.

Les jeunes dans la classe sont d’accord pour dire que la série a un impact positif pour Manawan. Lorsque j’ai su que Fugueuse [...] venait tourner ici à Manawan, j’ai trouvé ça vraiment bien, ajoute Maggie Ottawa. Par contre, les élèves apportent des précisions sur ce qui se passe dans l’émission par rapport à leur réalité de tous les jours.

La contrebande de drogue, les répercussions d’une agression sexuelle sur une adolescente et la difficulté d’une mère atikamekw à s’occuper de son enfant sont les thèmes abordés dans l'épisode six de Fugueuse - La suite, qui se déroule en partie à Manawan.

« Je trouve qu’on est une communauté unie et qu’on est une grande famille, puis c’est vrai que, comme partout ailleurs, il y a des problèmes sociaux, mais je trouve que ce qu’on a vu à la télé, ils sont allés un peu rough.  »

— Une citation de  Maggie Ottawa, élève de l’École secondaire Otapi
Maggie Ottawa est assise à son pupitre dans la salle de classe, elle porte un manteau et elle regarde la caméra.

Maggie Ottawa, 16 ans, élève à l'École secondaire Otapi à Manawan

Photo : Radio-Canada / Véronik Picard

Shirley Flamand-Black, de son côté, a apprécié l’épisode même dans les aspects négatifs qui y sont présentés. Selon elle, c’était nécessaire de montrer les quartiers moins charmants pour ne pas donner une image trop parfaite de la communauté.

« J’ai été fière de voir qu’on puisse partager à quoi ça ressemble aux autres parce qu’il y en a qui ne savent pas, il y en a qui n’ont aucune idée à quoi ça ressemble, les communautés autochtones.  »

— Une citation de  Shirley Flamand-Black, élève de l’École secondaire Otapi
Shirley Flamand-Black est assise à son pupitre dans la salle de classe, les mains croisées, elle regarde la caméra. Elle est dos à un tableau vert.

Shirley Flamand-Black, 15 ans, élève à l'École secondaire Otapi, à Manawan

Photo : Radio-Canada / Véronik Picard

Manawan en chiffres

  • La population de Manawan est d’environ 2500 habitants.
  • Environ 1000 personnes ont moins de 18 ans.
  • La moyenne d’âge est de 27,5 ans.

Sipi Flamand, vice-chef du Conseil des Atikamekw de Manawan, soutient que, cette année, il y a un intérêt plus grand pour regarder cette série parce qu’on voit Manawan et on voit des gens de la communauté

Sipi Flamand assis à son bureau qui travaille devant son ordinateur portable.

Le vice-chef du Conseil des Atikamekw de Manawan, Sipi Flamand, occupe également le poste de coordonnateur à la mobilisation communautaire.

Photo : Radio-Canada / Luc Lavigne

Il ajoute que cette série apporte une nouvelle perspective sur le plan télévisuel de la communauté atikamekw de Manawan, mais aussi des Premières Nations. Le vice-chef croit également que Fugueuse va permettre de créer une nouvelle image sur les communautés autochtones dans la province.

M. Flamand indique que la communauté désire faire connaître Manawan, notamment sur le plan touristique, il invite les gens à venir à bras ouverts.

Jemmy Echaquan-Dubé, une source d’inspiration

Jemmy Echaquan-Dubé est une jeune atikamekw qui incarne un premier rôle dans Fugueuse - La suite. Elle a fréquenté, comme les jeunes que nous avons rencontrés, l’École secondaire Otapi.

Daisy est entourée d'arbre, elle tient sa fille Hope dans ses bras et les membres de sa communauté sont regroupés autour d'elle.

Daisy (Jemmy Echaquan-Dubé) lors de la scène cérémoniale à la fin de l'épisode 6.

Photo : Radio-Canada / Encore Télévision

Louise-Hélène Blais lui a déjà enseigné et se dit très fière de voir le chemin qu’elle a parcouru, on a plein de talents qui viennent de Manawan, mais on voit souvent juste le côté négatif et ça me désole, alors de voir qu’il y a des élèves qui font leur chemin, qui montrent un côté plus positif de la communauté, je trouve ça vraiment génial.

Le vice-chef de Manawan, Sipi Flamand, met en lumière le manque de diversité dans les occasions d’emploi à Manawan. Il croit que les jeunes vont s’inspirer de Jemmy Echaquan, l’actrice dans la série, ils vont voir qu’il y a d’autres avenues aussi pour avoir un emploi, pour se développer.


Le reportage de Véronik Picard

Le reportage de Véronik Picard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !