•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sherbrooke abandonne la signature du nouveau pont des Grandes-Fourches

Le modèle de pont à haubans a été abandonné par la Ville.

Le modèle de pont à haubans a été abandonné par la Ville.

Photo : Ville de Sherbrooke

Radio-Canada

Les élus de Sherbrooke ont décidé d’abandonner, au conseil municipal de lundi soir, la signature initiale à haubans en forme de tipi du nouveau pont des Grandes-Fourches. Ce dernier aura donc une architecture plus conventionnelle et plus sobre et coûtera 15,2 M $ à construire.

La raison de ce changement vient du fait que le pont signature à haubans en forme de tipi, qui rappelait notamment la présence des Abénaquis sur le territoire de Sherbrooke, aurait coûté 27,5 M$ selon l’estimation budgétaire actualisée 2020. C’est 7,8 M$ de plus que prévu initialement, il y a deux ans. Une augmentation qui s’expliquerait par le prix de l’acier qui a augmenté de plus de 50 % entre 2018 et 2020.

Les choses ont évolué avec les coûts qu’on connaît. Je pense que c’est sage [comme décision], explique Vincent Boutin, conseiller municipal du district des Quatre-Saisons.

Je pense que ça allait de soi. Personne n’aurait porté politiquement le fait d’aller vers un projet aussi dispendieux.

Vincent Boutin, conseiller municipal, district des Quatre-Saisons

Même son de cloche du côté de Rémi Demers, conseiller municipal de l’arrondissement de Fleurimont, selon lequel la décision du conseil municipal est empreinte de réalisme. Trop souvent dans des projets semblables, et on le voit un peu partout à travers le Québec, il y a des dépassements de coûts importants, souligne-t-il.

Ça ne dénature pas le projet.

Rémi Demers, conseiller municipal de l’arrondissement de Fleurimont

Ce dernier pense que le plus gros défi sera de rendre les environs plus attrayants. Ça sera le défi de nos équipes. Mais je crois qu’on est capables de le faire, avance-t-il.

Développer le transport actif

Vincent Boutin croit que malgré le fait que le nouveau pont des Grandes-Fourches sera un peu plus standard, cela n’empêchera pas qu’il s’inspire des ponts européens.

De plus, selon lui, le plus important dans ce nouveau projet de la Ville est la notion de transport actif. Il ne faut pas penser qu’on fait un pont pour faire un pont. Ça s’inscrit dans un projet de revitalisation et de développement économique entre la rue Terrill et la rivière Magog, explique-t-il.

Un pont moins cher permettrait à la Ville d’avoir une marge de manœuvre s’il y a de mauvaises surprises ou un coussin financier pour la suite des choses, croit M. Boutin.

Pour la Ville, la structure signature à haubans, qui avait été imaginée par des étudiants en architecture, impliquait un montant additionnel de 5,4 M$. Montant additionnel qui avait été approuvé en 2018 par les élus.

Selon Chantal L’Espérance, c’est une somme que la Ville pourra éventuellement récupérer pour mettre en valeur les nouveaux espaces qui seront construits aux alentours du nouveau pont. C’est le conseil qui devra décider ça dans un deuxième temps, nuance-t-elle.

Le budget global du nouveau pont des Grandes-Fourches est de 41 M$. La part de la Ville de Sherbrooke est toujours estimée à 11,2 M $ alors que celle du ministère du Transport du Québec (MTQ) s’élève à 26 M$.

Les travaux préliminaires seront menés cette année alors que les appels d’offres et la construction devraient être lancés dès 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Politique municipale