•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La librairie Coopsco du pavillon Lucien-Brault de l'UQO ferme ses portes

L'Université du Québec en Outaouais

Une salle de classe de l'Université du Québec en Outaouais (archives)

Photo : Radio-Canada / Olivier Plante

Radio-Canada

Un syndicat dénonce une deuxième réduction des services à l’Université du Québec en Outaouais (UQO), alors que la Coopsco annonce la fermeture de sa librairie du pavillon Lucien-Brault.

Par voie de communiqué, le Syndicat des chargées et chargés de cours de l'UQO (SCCC-UQO) déplore un autre service en moins pour nos membres qui y travaillent! C’est avec consternation que la communauté universitaire a appris la nouvelle.

Une librairie est un service essentiel dans une université, autant dans les activités pédagogiques que dans celles de recherche et de création, peut-on lire dans le communiqué du SCCC-UQO, qui voudrait que la communauté universitaire revoie la question de la sous-traitance de ses établissements.

C’est une deuxième réduction des services en autant de mois pour l’UQO. Au début du mois de février, le même syndicat dénonçait une réduction des services dans les cafétérias de l’UQO et du campus de Saint-Jérôme.

Le porte-parole de l’UQO, Gilles Mailloux, affirme par courriel que ce n’est pas l’UQO qui ferme la librairie, mais bien la coopérative Coopsco qui éprouve des difficultés et doit restructurer ses opérations.

M. Mailloux ajoute que la Coopsco de l’Outaouais maintient ses services à la librairie du pavillon Alexandre-Taché, situé à 1,4 kilomètre du campus Lucien-Brault.

Une pancarte de l'UQO trône devant le campus Alexandre-Taché.

Le campus Alexandre-Taché de l'Université du Québec en Outaouais.

Photo : Radio-Canada / Claudine Richard

De nouvelles habitudes de consommation

Selon les informations partagées par l’UQO, la restructuration survient alors que la Coopsco de l’Outaouais doit procéder à une importante restructuration de ses activités commerciales, notamment en raison des changements d’habitudes de consommation.

Jacques Jolicoeur, directeur général intérimaire de la Coopsco Outaouais, explique que la décision de fermer la librairie est due à la baisse d’achalandage assez dramatique au courant des dernières années.

Il y avait une baisse de 10 % du chiffre d’affaires, tout le temps par rapport à l’année précédente. [­­­…] Au courant de la dernière année dans l'ensemble de nos opérations de librairies en Outaouais, il y a une baisse d’un demi-million de dollars en chiffre d’affaires, c’est assez important. Là, on était en dessous du seuil de rentabilité, soutient M. Jolicoeur.

Le vice-président aux communications du SCCC-UQO et chargé de cours en science politique, Nicolas Harvey, estime que les services de librairie sont essentiels au bon fonctionnement du campus et à la réussite des élèves.

L’UQO a annoncé qu’ils allaient quand même ouvrir un comptoir au début du trimestre pour distribuer des manuels de cours. Cependant, pour les activités de recherche ou pour faire des lectures complémentaires, ça ne sera plus possible au campus Lucien-Brault.

Nicolas Harvey, vice-président aux communications du SCCC-UQO

Près de 75 % des ventes de la coopérative sont faites pendant les deux semaines qui précèdent chaque trimestre, selon l’UQO. Gilles Mailloux soutient que la coopérative ouvrira un point de vente temporaire au pavillon Lucien-Brault où du personnel de la Coopsco procédera à la vente des manuels scolaires au début de chaque trimestre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Éducation